Aller au contenu principal

« Pas de stockage de carbone sans prairie »

L’autonomie fourragère d’une exploitation contribue à l’amélioration du bilan carbone net, ou empreinte carbone. L’implantation de cultures pérennes favorisent le stockage du carbone dans le sol et la réduction d’émission de gaz à effet de serre.

Le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) et le protoxyde d’azote (N2O) ont des contributions à l’effet de serre différentes. Ces distinctions sont caractérisées par le pouvoir de réchauffement global (PRG), dont l’unité de référence est l’équivalent CO2 (éqCO2). Par exemple, l’émission de 1 kg de CH4 a le même effet que celle de 28 kg de CO2 (contre 273 kg de CO2 pour 1 kg de NO2 émis).
Le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) et le protoxyde d’azote (N2O) ont des contributions à l’effet de serre différentes. Ces distinctions sont caractérisées par le pouvoir de réchauffement global (PRG), dont l’unité de référence est l’équivalent CO2 (éqCO2). Par exemple, l’émission de 1 kg de CH4 a le même effet que celle de 28 kg de CO2 (contre 273 kg de CO2 pour 1 kg de NO2 émis).
© ACSE

« L’activité d’élevage a un impact sur le climat, c’est un fait. Toutefois, elle apporte une contribution indéniable à son atténuation grâce aux prairies exploitées. Mais sans élevage, pas de prairie. Et sans prairie, pas de stockage de carbone possible sur l’exploitation », prévient Arnaud Jouart, pilote régional carbone et agriculture à la Chambre d’agriculture du Grand Est. Pour ce type d’exploitation, la production d’herbe, associée à l’autonomie fourragère, permet d’optimiser le système et de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). « Penser bas carbone, c’est travailler une forme de résilience climatique avec un système fourrager diversifié capable de faire face aux aléas », souligne Arnaud Jouart.

Privilégier des pratiques agroécologiques

L’implantation de productions fourragères (prairie, méteil, luzerne, etc.) favorise le bilan GES. Par leurs faibles besoins en azote, ces cultures contribuent non seulement à la réduction des émissions de GES mais aussi à la séquestration du carbone dans le sol (80 tonnes/hectare sous prairies). Plusieurs leviers sont envisageables : favoriser l’autonomie protéique (éviter ou réduire les importations de soja brésilien par exemple) et optimiser la capacité de stockage du système de production par des pratiques durables. « Pour être autonome en fourrage, il convient de produire un système qui soit résilient et compatible avec le changement climatique : introduction de prairies, implantation de haies, de couverts ou de cultures intermédiaires, etc. », indique Arnaud Jouart. Comme l’illustrent les références du programme régional ACSE (Air, climat, sol et énergie), les systèmes d’élevage ayant des typologies herbagères ont une empreinte carbone plus faible que les autres systèmes en raison d’un stockage de carbone plus important.
D’après l’Idele, les suivis réalisés dans les élevages laitiers montrent que l’optimisation du système de production peut permettre de réaliser une économie potentielle de marge brute de 30 euros les 1 000 litres de lait (entre les systèmes les moins et les plus optimisés), soit une économie de 13 000 euros/an (pour 440 000 litres de lait vendus). « La prairie a une bonne réputation agroécologique, précise Arnaud Jouart. Cependant, elle ne représente pas une culture à forte valeur ajoutée malgré les nombreux services environnementaux qu’elle rend. Des réflexions sont en cours sur la mise en place de paiements pour services environnementaux (PSE) qui lui attribuerait une meilleure valeur économique ».

Anticiper la transition

Basé sur le volontariat, l’engagement “bas carbone ”, pourtant incitatif, ne fait pas l’unanimité. Et pourtant… Les entreprises agroalimentaires ou agricoles intègrent progressivement des stratégies de décarbonation de leurs activités qui comptent notamment sur la transition carbone des exploitations pour atteindre la neutralité carbone en 2050. « Pour accélérer la mise en œuvre des réflexions sur le bas carbone, l’agriculteur doit trouver des bénéfices y compris économiques, explique Arnaud Jouart. À ce jour, il peut percevoir 32 euros par tonne de CO2 évitée. Cette rémunération est plus ou moins attractive en fonction des fermes, du coût de mise en œuvre, des leviers bas carbone mobilisés et des bénéfices perçus à court terme ».•

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Pour une production de lin en quantité et en qualité

Pour le devenir de la filière, il sera fondamental de récolter de la graine de lin en quantité cette année. Tel est le message…

MécaLive : penser la mécanisation différemment

Le 16 mai à Beuzevillette, plus de 1 200 visiteurs ont arpenté les allées de MécaLive, l’événement “machinisme” organisé par…

Remarquable vitrine de l’élevage, le Comice agricole de Forges-les-Eaux est l’occasion  pour les éleveurs de se distinguer en montrant tout leur savoir-faire et de faire connaître les métiers de l’élevage.
150e édition du Comice agricole

Tradition bien vivante, le Comice agricole de Forges-les-Eaux fête ce week-end son 150e anniversaire. Rendez-…

Concours interrégional Grand Ouest de blondes d’Aquitaine. 53 éleveurs ont soumis leurs animaux aux jugements de Peter Thissen et Thierry Bouas.
Comice agricole de Forges-les-Eaux : les temps forts et coulisses de l’édition 2024

Pour cette 150e édition du Comice agricole de Forges-les-Eaux des 1er et 2 juin, quelques 6 500 personnes sont venues à…

" Ce fut une campagne très éprouvante mais la betterave reste une chance dans nos régions. Savourons cet exercice de tous les records mais sachons rester humbles ", a souligné Olivier de Bohan, président du groupe Cristal Union.
La betterave revient dans la cour des grands

La campagne betteravière 2023-2024 a été définie comme la campagne des records par Samuel Crèvecœur, président de la section…

Nicolas Roux accompagnera son père au concours interrégional blonde d’Aquitaine qui revient à Forges-les-Eaux après 10 ans d’absence.
Plus de 150 animaux au concours interrégional blonde d’Aquitaine

Pascal Roux et son fils Nicolas participeront au concours interrégional blonde d’Aquitaine du Grand Ouest qui débutera dès le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole