Aller au contenu principal

Mal-être : se faire accompagner pour mieux rebondir

Dans le cadre d’une feuille de route opérationnelle lancée par quatre ministères afin de renforcer les actions de prévention des situations de mal-être et d’accompagner les exploitants et les salariés agricoles qui y font face, Olivier Damaisin, coordinateur national interministériel en charge d’assurer un plan d’actions efficace au déploiement de cette feuille de route, s’est déplacé en Normandie pour rencontrer les acteurs de terrain partenaires de ce plan d’actions regroupés au sein de comités techniques départementaux.

Après avoir endossé le costume d’ambassadeur agricole du plan d’investissement France 2030 pour l’agriculture, Olivier Damaisin, auteur d’un rapport interministériel sur le mal-être agricole, remis au Premier ministre en décembre 2020, a succédé depuis le 1er avril dernier à Daniel Lenoir, inspecteur général des affaires sociales pour gérer la feuille de route “sur le mal-être et l’accompagnement des populations agricoles en difficulté” voulue par le gouvernement. Nommé dès lors coordinateur national interministériel par quatre ministères – Agriculture et Souveraineté alimentaire, Santé et Prévention, Travail et Solidarités –, Olivier Damaisin s’est déplacé les 20 et 21 septembre en Seine-Maritime et dans l’Eure à la rencontre des acteurs départementaux – réunis en comités techniques départementaux* – qui œuvrent dans les territoires à l’accompagnement et la prévention du mal-être en agriculture. Il les a également suivis dans des exploitations pour écouter les témoignages d’agriculteurs confrontés à toutes sortes de difficultés dans leur quotidien (voir page suivante).

Réagir 27-76 a 40 ans

Le jeudi 21 septembre, Olivier Damaisin, accompagné d’Emmanuel Gérat, administrateur de l’État qui l’appuie dans sa mission, est venu rencontrer les conseillers d’entreprise de l’association Réagir 27-76 à la Chambre d’agriculture de Bois-Guillaume ainsi que ses partenaires. Créée en 1983 – il y a 40 ans –, Réagir (ex-Atex) est une association loi 1901 qui se charge d’accompagner les agriculteurs fragilisés qui sollicitent ses services sachant que les causes qui les ont mis dans cette situation sont souvent multifactorielles comme l’a souligné en introduction Olivier Damaisin : « les problèmes financiers, les conflits familiaux, les accidents de la vie, l’épuisement, la solitude, l’isolement, la pénibilité du travail, la surcharge administrative, la multiplication des contrôles très difficiles à vivre, la prédation, l’agribashing, les problèmes de voisinage voire les vols ».

Il est donc nécessaire de bien savoir identifier toutes ces situations pour intervenir de façon efficace et pérenne, sachant que « nul n’est à l’abri un jour ou l’autre de se retrouver dans un tel contexte et qu’aucune catégorie d’exploitants n’est épargnée ».

Au plus près du terrain

« En 2023, Réagir 27-76 ce sont 10 conseillers d’entreprise à l’expertise variée répartis sur les deux départements qui ont eu 1 135 rendez-vous avec des agriculteurs, souligne Xavier Larchevêque, directeur de l’association Réagir 27-76 et conseiller d’entreprise. En 2022, il y a eu six comités pour valider les adhésions (47 dossiers présentés), effectuer des révisions et enregistrer des sorties, avec une moyenne d’un rendez-vous par adhérent tous les deux mois ».
Très concrètement, l’association apporte écoute, mise en relation avec les partenaires de l’association, aujourd’hui très nombreux**, et/ou les familles, mais aussi médiation, suivi pas à pas, etc. Bien évidemment, elle est en contact permanent avec les travailleurs sociaux de la MSA, avec qui elle concourt à la mise en place d’un certain nombre d’aides (droit au RSA, à la prime d’activité, à la rénovation du logement, à l’aide au répit et au remplacement...). En parallèle de ce travail conjoint avec l’adhérent, l’association fournit aussi un certain nombre de conseils réglementaires (cahier d’épandage, télédéclaration Pac, etc.), technico-économiques (budget prévisionnel de trésorerie, calcul de marges brutes, audit, bilan fourrager, etc.), d’accompagnements à l’octroi d’aides spécifiques (aide aux petits investissements du département, aides bio, etc.). ainsi que des formations.
Pour informer ses adhérents et partenaires, elle publie tous les mois une lettre à leur intention.

Ne pas attendre pour se faire aider

« Depuis deux ou trois ans, nous constatons qu’un nombre plus important d’agriculteurs viennent à nous directement », ajoute Xavier Larchevêque avant de conseiller : « Il ne faut jamais attendre d’être en difficulté et plus on se fait aider tôt, plus il est facile de sortir de l’impasse dans laquelle on se trouve ». Et Mireille Lamy Cadou, présidente de l’association Réagir 27-76 de conclure : « Dans notre accompagnement, l’agriculteur est acteur et c’est lui qui décide. » •

 

* Les membres des comités techniques : DDTM, DDPP, ARS, MSA, Chambre d’agriculture, Réagir et Solidarité Paysans.

** MSA, Chambre d’agriculture de l’Eure, conseil départemental de l’Eure, Crédit Agricole et Cerfrance puis quelques années plus tard la Chambre d’agriculture de la Seine-Maritime, le conseil départemental de la Seine-Maritime, la FNSEA 76, JA 76, Nat’Up, Sevépi, Lepicard Agriculture et le Crédit Mutuel notamment.

Lire aussi " Nous sommes dans un inconfort permanent "

 

Déploiement d’un réseau de “sentinelles” sur le territoire

Dans le cadre de la feuille de route, les comités départementaux techniques et pléniers, dédiés à la prévention du mal-être agricole de la Seine-Maritime et de l’Eure, ont engagé plusieurs travaux dont la mise en place d’un réseau de “sentinelles”.
La mission de la sentinelle est de repérer et orienter les personnes en situation de mal-être au sein de la population agricole. L’objectif ciblé est de pouvoir intervenir le plus précocement possible dans les situations
de mal-être. Devenir une sentinelle nécessite une formation spécifique pour acquérir les compétences et réflexes nécessaires. Cette formation est cofinancée par la MSA et l’Agence régionale de santé (ARS) et n’engendre pas de frais pour les participants. Les sentinelles intègrent un réseau structuré où elles vont trouver à la fois l’ensemble des ressources nécessaires à leur rôle, mais aussi un dispositif de soutien pour elles-mêmes.
Deux sessions de formation sont prévues pour cette fin d’année : le 12 octobre à Évreux et le 14 novembre à Bois-Guillaume.
Toute personne souhaitant s’y inscrire ou obtenir des compléments d’information peut contacter la MSA à cette adresse mail : bechu.geraldine@hautenormandie.msa.fr

 

Agri’écoute

Un service d’écoute dédié au monde agricole et rural est en place 7 j/7 et 24 h/24. Vous pouvez contacter le service par téléphone au 09 69 39 29 19 (prix d’un appel local) ou par tchat sur agriecoute.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole