Aller au contenu principal

Le miscanthus s’enracine progressivement

Polyvalent, facile à cultiver et avec un impact environnemental positif, le miscanthus devient une option attractive pour qui veut diversifier ses cultures et contribuer à une agriculture plus durable. Hervé Foulloy, polyculteur-éleveur dans l’Oise, a franchi le pas et fournit du combustible à sa commune.

C’est dans la petite commune de Conchy-les-Pots, dans les Hauts-de-France, au nord de Compiègne, où, dit-on, Jean-Baptiste Clément, alors en route pour la Belgique, aurait écrit les paroles de son célèbre Temps des cerises, associé au souvenir de la Commune de Paris de 1871, qu’Hervé Foulloy produit du miscanthus depuis maintenant quatre ans. « Début 2019, j’ai appris que le maire souhaitait installer une chaudière fonctionnant au miscanthus. Je me suis renseigné et j’ai vu qu’il n’y avait que très peu de producteurs. En janvier 2020, on signait le contrat et en avril, je plantais », raconte-t-il.
Avec sa chaudière biomasse Heizomat de 200 kW, la municipalité chauffe la mairie, l’école et un cabinet médical, soit une surface d’environ 1 200 m2. « L’avantage principal est économique, poursuit l’agriculteur. Si l’installation de la chaudière est chère, le coût sur la facture reste moindre qu’avec du fuel. Et c’est une énergie renouvelable et locale ! » Pour couvrir les besoins, qui varient de 40 à 50 tonnes/an, Hervé Foulloy dispose d’une parcelle de 4 hectares, pour 10 à 12 tonnes récoltées à l’hectare. « Mon miscanthus est payé 130 euros/tonne, indexé sur l’indice des fermages. »

Des avantages agronomiques et écologiques

En plus de diversifier son assolement, l’herbe à éléphant (autre nom du miscanthus) vient aussi valoriser une parcelle à faible potentiel de l’exploitant : « C’est une terre sableuse mais pas séchante. On pouvait tout juste y faire des céréales. Une terre moyenne voire mauvaise appropriée au miscanthus. » La plante s’avère en effet peu exigeante et pousse sur des sols marginaux où d’autres cultures seraient moins rentables. La plantation, au printemps, se fait à partir de rhizomes. Une opération pour laquelle l’exploitant picard a fait appel à Novabiom. Les frais (plants et chantiers de plantation) sont d’environ 3 000 à 3 500 euros/ha, qui sont lissés sur une longue période. Car une fois établi, le miscanthus peut être récolté annuellement pendant environ 15 à 20 ans. « À l’exception d’un passage au glyphosate avant la première levée, il n’y a plus rien à faire ! », précise-t-il. Cette culture ne réclame que peu d’eau, ne nécessite aucun fertilisant et résiste bien aux maladies et aux parasites. Si, durant la phase d’établissement, le miscanthus peut être sensible à la concurrence des adventices, ensuite « il étouffe tout » avec ses 2 à 3 mètres de hauteur.
Quant à la récolte, elle a lieu tous les ans à la fin de l’hiver, lorsque la teneur en humidité est au plus bas. « On utilise une ensileuse. » Finalement, « les marges ne sont pas énormes, mais c’est une plante qui demande peu de temps de travail. »
Pour Nelly Zaghdoudi, chargée de mission agronomie environnement à la Chambre d’agriculture de l’Oise, les avantages de cette graminée originaire d’Asie ne s’arrêtent pas là : « En tant que culture vivace avec un système racinaire profond, elle aide à stabiliser le sol et à réduire l’érosion. Elle favorise la biodiversité en offrant un habitat à diverses espèces animales ». Sans oublier ses capacités de stockage du carbone.
Attention toutefois, « la plante est sensible à la dessiccation. Il est conseillé de planter le miscanthus à proximité du lieu où il doit être utilisé à cause d’une faible densité de 100 kg/m3. Pour être rentable, il faut que la livraison soit à maximum 20 kilomètres. »

« C’est le maire qui a tout déclenché »

Reste la question des opportunités. Selon France Miscanthus, la surface dédiée au « roseau de Chine » (autre nom du miscanthus !) est passée de 7 500 à 11 000 ha en France depuis 2020, dont 20 % sont utilisés pour la combustion. Les autres utilisations sont le paillage et la papeterie. Un manque de débouchés qui peut freiner. « Le fait que ce soit une culture pérenne peut en bloquer certains et le marché énergétique est encore en développement, explique Nelly Zaghdoudi. Il faut essayer de motiver les collectivités, qui peuvent y trouver leur compte avec le Plan climat-air-énergie territorial (PCAET). »
« Dans mon cas c’est le maire qui a tout déclenché. En s’y intéressant, il a offert un débouché. Il ne faut pas se lancer avant d’obtenir un contrat.», indique Hervé Foulloy, qui s’est étonné, compte tenu de toutes les qualités agronomiques et environnementales du miscanthus, « qu’il ne soit pas considéré comme une surface d’intérêt écologique. » À bon entendeur…•

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Comment maintenir les performances techniques du lin textile ? La génétique, le lin d'hiver, la structure des sols et une approche globale de la rotation sont des pistes d'amélioration.
Pour Terre de lin, la récolte 2024 sera déterminante

Pour l'exercice 2022-2023, les liniculteurs vont approcher une recette de 7 500 euros de l'hectare. Mais cette situation…

Affiche poster Normandie Vibes
Sia 2024 : « une belle occasion de présenter nos spécificités normandes »

Sur le stand de la Normandie inauguré le 26 février l’accent sera mis sur l’importance du bien manger. Au menu de cette…

Bruno Ledru, président de la FNSEA 76.
De l’action revendicative nous allons maintenant entrer dans la construction avec le préfet

Alors que les agriculteurs sortent à peine d’une période intense de mobilisation, Bruno Ledru, président de la FNSEA 76…

Conférence de presse des présidents FNSEA-JA, le 13 février au soir.
« Ni défiance, ni complaisance »

Les présidents de la FNSEA et JA, Arnaud Rousseau et Arnaud Gaillot, ont rencontré le Premier ministre Gabriel Attal le 13…

« C’est une passion pour nous de participer aux concours »

Adhérent à l’AS76, Corentin Godefroy, polyculteur-éleveur lait à Saumont-la-Poterie, est accompagné et suivi par le centre de…

Les animaux doivent être contenus par des clôtures entretenues sous peine de sanctions.
Animaux divagants : plus d’un incident par semaine

SNCF Réseau Normandie vient de rencontrer la Chambre d’agriculture pour alerter sur les trop fréquentes divagations d’animaux…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole