Aller au contenu principal

Emploi
Un Label emploi pour faciliter vos recrutements

Cette démarche régionale de labellisation s’adresse aux employeurs du secteur agricole installés en Normandie. Son objectif est de faire reconnaître les bonnes pratiques de gestion du personnel pour une entreprise en apposant ce label au sein de l’entreprise, mais aussi sur ses outils de communication, ou bien encore sur la diffusion d’une offre d’emploi.

© Shutterstock

Pour pouvoir accéder au Label emploi, il est obligatoire de disposer d’un document unique d’évaluation des risques (DUER) à jour. 

Un premier pas vers la labellisation 

Pour rappel, ce document doit être présent dans chaque entreprise depuis 2001 et plus particulièrement pour les employeurs ou utilisateurs de main-d’œuvre (stagiaire, apprenti, salarié, salarié de groupement d’employeurs, intérimaire, etc.).
Ce document recense les risques associés à chaque atelier ou activité exercée sur l’entreprise. L’évaluation de ces risques se fait en fonction des mesures de prévention mises en place au sein de l’exploitation. L’objectif de ce document est d’améliorer la sécurité et la santé physique et mentale de l’ensemble des personnes pouvant travailler dans l’entreprise afin d’améliorer également la productivité.
Dans la conditionnalité sociale de la Pac, le DUER est un des éléments qui vous sera demandé par la l’inspection du travail (DREETS). Si vous n’en possédez pas, s’il n’est pas à jour, ou même si vous ne l’avez pas porté à la connaissance de votre salarié, des pénalités peuvent s’appliquer sur le montant de vos aides Pac. 

Des solutions pour obtenir le DUER 

Il est possible de réaliser son DUER soi-même, un format spécifique n’est pas encore exigé.
Cependant, des éléments doivent obligatoirement être présents, à savoir :
- un inventaire des risques et dangers par unité de travail (activité ou atelier) ;
- une synthèse de l’évaluation des risques avec la liste des actions de prévention et de protection des salariés déjà mises en place ou à mener.
Vous souhaitez être accompagné dans la réalisation de votre DUER et être en règle ? Plusieurs organismes peuvent vous proposer un accompagnement individuel ou collectif.

Formation collective

Des sessions de formations en Normandie vous sont proposées pour élaborer vous-même votre DUER.
En petit groupe, vous serez accompagné par un conseiller de la Chambre d’agriculture, une juriste ou conseillère de la FDSEA et un conseiller en prévention des risques de la MSA. Les points réglementaires seront rappelés, la méthodologie pour constituer votre DUER vous sera présentée via l’outil Systera. Cet outil en ligne permettra de balayer l’ensemble de vos unités de travail ou activités, d’identifier les risques et d’annoter les mesures de prévention à réaliser. Le plan de prévention final s’agrémente automatiquement, vous n’avez plus qu’à suivre annuellement votre DUER et le cas échéant, à tout moment dès lors qu’un changement est à noter dans l’entreprise impactant la santé et la sécurité, en le mettant à jour de chez vous via un compte en ligne. L’échange entre participants et les exemples de cas concrets avec les différents intervenants illustre bien les apports sur cette thématique. •

Plus d’information sur le Label emploi :
Agriculture recrute : Denis Moreau, agrirecrutenormandie@gmail
Chambre d’agriculture : Jean-Marc Morcet, jean-marc.morcet@normandie.chambagri.fr
FRSEA Normandie : Pascaline Bellier de Fromont, pascaline.bellierdefromont@reseaufnsea.fr
Terres de métiers : Nadège Gautier, ngautier@terresdemploi.fr

 

Formation DUER en collectif en Normandie
- 23 novembre 2023 et 12 janvier 2024 – Lisieux (14)
- 7 et 14 décembre 2023 – Vire (14)
- 11 et 18 janvier 2024 – Avranches (50)
- 16 et 25 janvier 2024 – Mortagne-au-Perche (61)
- 1er et 13 février 2024 – Ifs (14)
- 5 et 12 mars 2024 – Saint-Lô (50)
- 19 mars et 2 avril 2024 – Bayeux (14)

Inscription : Marie-Hélène Bouillet à la Chambre d’agriculture :
marie-helene.bouillet@normandie.chambagri.fr au 02 33 06 48 48 ou votre FDSEA.

Vous souhaitez un accompagnement individuel personnalisé ?
Contactez directement votre conseiller départemental qui vous indiquera le type d’accompagnement le plus approprié pour votre structure.
Seine-Maritime : service juridique emploi Valérie Mondher : 02 35 59 45 00, valerie.mondher@fnsea76.fr

Une fois le DUER établi et après avoir fait le point sur les équipements de protection individuelle, vous pouvez remplir l’autodiagnostic pour initier votre démarche de labellisation et obtenir a minima le niveau 1 du label.

 

En début d’année, Nadège Mahé a participé à la formation “Rédiger mon Document unique d’évaluation des risques”. Elle emploie trois salariés, accueille des stagiaires et est membre du Service de remplacement.

Mes pratiques aujourd’hui sont plus vertueuses

Initialement, j’avais réalisé mon DUER sur un tableur Excel, mais je souhaitais avoir un outil pratique d’utilisation et être en règle par rapport à la réglementation en vigueur.
 

Pourquoi avoir choisi cette formation ?
Sur deux jours espacés d’une semaine, c’est une bonne formule. Après une première journée de formation où nous abordons la partie réglementaire et où nous manipulons l’outils Systera, nous pouvons avancer sur notre propre DUER chez nous. Sur la deuxième journée, nous pouvons ainsi interroger les personnes sur toutes les questions que nous nous sommes posées. En salle nous échangeons avec les intervenants, mais aussi entre exploitants avec des exemples concrets. Tout est passé en revue pour chaque activité, puis des points réglementaires et des conseils pratiques nous sont donnés. 
 

Qu’est-ce qui vous plu ?
L’échange entre participants est très enrichissant. Nous partageons les mêmes problématiques et nous nous transmettons nos solutions. Je suis ravie d’avoir appris, échangé, témoigné. Mes pratiques aujourd’hui sont plus vertueuses. Ce que j’ai appris, c’est que l’on devait faire contrôler périodiquement nos appareils ou matériels de levage. Et bonne nouvelle, il est possible de le contrôler soi-même via une habilitation.
 

Qu’avez-vous mis en place à la suite de cette formation ?
J’ai passé en revue l’ensemble des affichages obligatoires pour qu’ils soient à jour et visibles par tous dans nos locaux de l’exploitation. J’ai renouvelé les équipements de protection individuelle, les extincteurs et mis une trousse de premiers secours dans chaque tracteur. Avec les salariés et associés, nous nous sommes réunis pour parler du sujet santé et sécurité au travail afin de porter à la connaissance de tous, les risques et points de vigilance à avoir sur notre entreprise, mais aussi les bonnes pratiques à adopter pour éviter tout accident. Les échanges ont été constructifs, les salariés se sentent rassurés.
 

Quel est votre bilan ?
S’intéresser à la santé et sécurité sur son entreprise, c’est protéger ses salariés, ses associés, son entourage et soi-même. Nous sommes donc plus confiants dans la réalisation de nos tâches et abordons le travail avec plus de sérénité au quotidien.
Propos recueillis par Nadège Gautier

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole