Aller au contenu principal

Partager les coûts et l’expérience avec la location en commun 

La hausse du prix du matériel agricole amène certains agriculteurs à réfléchir à de nouveaux modes de fonctionnement avant d’investir. Pour Étienne Accault et Mickaël Berthault, installés en Eure-et-Loir, le choix s’est porté sur une moissonneuse-batteuse en commun et en location.

Au moins 30 % d’augmentation de prix en trois ans pour le secteur de l’agroéquipement, c’est ce qu’a estimé Axema (syndicat français des acteurs industriels de la filière des agroéquipements et de l’agroenvironnement). Dans ce contexte, le renouvellement d’un matériel vieillissant s’accompagne d’une réflexion technico-économique approfondie, d’autant plus quand il s’agit d’une moissonneuse-batteuse. Cette dernière représente en outre un investissement conséquent pour une période d’utilisation très réduite.
Pour Étienne Accault et Mickaël Berthault, agriculteurs à Brou, en Eure-et-Loir, et voisins de parcelle, l’option moisson en commun avec la location d’une moissonneuse-batteuse s’est avérée judicieuse pour l’un comme pour l’autre et s’est concrétisée en 2023. « Pour ma part je faisais appel à un prestataire pour la moisson, relate Étienne Accault, installé sur 163 hectares depuis 2017. Au moment de son départ en retraite, j’ai donc naturellement cherché un autre agriculteur avec qui travailler. En discutant avec mon voisin, le projet s’est concrétisé ».
De son côté, Mickaël Berthault, installé sur 131 hectares depuis 2018, menait une réflexion quant à son matériel de récolte. « Je devais renouveler ma Deutz 5 060 heures équipée d’une coupe de 5 mètres », explique-t-il.

Gagner en confort avec du matériel récent

Pour les deux agriculteurs voisins, qui se sont connus sur les bancs de l’école, le choix d’effectuer la récolte en commun a répondu à des besoins individuels. Pour Mickaël, l’objectif était de disposer d’une moissonneuse-batteuse récente, équipée des automatismes et options électroniques en faveur d’un confort de travail appréciable. Pour Étienne, habitué à une organisation de travail en commun, il s’agissait de travailler au plus près de son siège d’exploitation pour éviter les longues distances, tout en bénéficiant des conseils avisés d’un agriculteur plus expérimenté en travaux de récolte.
Aussi, en cas de situation problématique, pouvoir échanger à deux présente un intérêt. « Nous avons dû récolter une parcelle où tout était couché à la suite d’un coup de vent, se remémorent les deux agriculteurs. Pas évident de moissonner dans ces conditions. En discutant, on a vite pu identifier l’origine variétale du problème. Comme nous avons les mêmes types de sol, c’est plus aisé ». Les deux jeunes agriculteurs partagent leur expérience sur les itinéraires agronomiques, les rendements, les variétés, ou encore les rotations ou certaines techniques comme le colza associé.

La location plutôt que l’achat

En optant pour la location plutôt que l’achat d’une moissonneuse-batteuse, une phase de test a été mise en place afin de confirmer ou non si ce mode d’organisation convient aux deux protagonistes. Le contrat repose sur un engagement sur deux, qui peut être prolongé d’une année si nécessaire. La location est également intéressante financièrement. « Nous avons signé le contrat au bon moment, en juin 2022, avant la forte hausse des prix du matériel, précisent-ils. À l’hectare, nous déboursons 74 euros, frais d’entretien inclus mais hors carburant ».
Pour Étienne, qui avait auparavant recours à un prestataire pour la moisson, l’économie réalisée est d’environ 2 000 à 3 000 euros. D’un point de vue logistique, l’organisation du chantier est facilitée car le parcellaire est regroupé. Le pilotage de la machine est assuré par celui qui exploite les parcelles. « Ça nous paraît plus logique car on connaît mieux les spécificités des champs, s’il y a une haie, par où commencer, etc. », résument les voisins. Mais la location comporte toutefois une exigence de taille : faire preuve de précaution pour être en mesure de retourner un matériel comme neuf une fois le contrat arrivé à échéance. « C’est comme pour une voiture », concluent Mickaël et Étienne. •

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Frédéric Van Gansberghe, président de Futerro, et Olivier Leducq, directeur général de l'usine Tereos de Lillebonne, lors de la signature du partenariat le 11 avril à Gruchet-le-Valasse.
Tereos : ouverture d'un marché de 150 000 tonnes de dextrose par an

Le groupe coopératif a conclu le 11 avril un partenariat avec l'industriel belge Futerro qui doit ouvrir son usine de…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Donner de la lisibilité aux producteurs bio était l'objectif de la journée.
Porter collectivement des pistes pour améliorer la situation du bio

La Chambre d'agriculture a organisé une journée spéciale le 12 avril au lycée agricole d'Yvetot pour donner des perspectives…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole