Aller au contenu principal

La pulvérisation localisée passe au banc de test avec Arvalis

Depuis 2018, Arvalis teste plusieurs solutions de pulvérisation ciblée, en simultané ou en différé.
Retour sur les essais effectués en maïs et en prairie avec les capteurs de Carbon Bee.

La réduction des usages de produits phytopharmaceutiques est au cœur des recherches des constructeurs pour répondre aux enjeux de biodiversité et aux attentes sociétales. C’est la pulvérisation ciblée qui apparaît aujourd’hui comme la meilleure solution en traitant uniquement les adventices présentes. Arvalis étudie depuis 2018 l’efficacité de ces systèmes en vérifiant la capacité des capteurs et des algorithmes à repérer les adventices, puis à pulvériser en différé ou en simultané. Les essais se déroulent sur les Digifermes de Boigneville (Essonne) et de Saint-Hilaire-en-Woëvre (Meuse) sur plus de 100 hectares chaque année.

Capteurs et algorithmes

Arvalis – Institut du végétal teste des solutions sur des applications « tout sauf culture », sur chardons et sur rumex en prairie. « L’objectif est de qualifier l’algorithme en vérifiant, sur le terrain, la détection ou non des adventices par les capteurs », explique Caroline Desbourdes, spécialiste agriculture de précision chez Arvalis. Une carte de détection est créée grâce à un algorithme, en passant dans la parcelle avec un tracteur ou un drone, équipé de capteurs.
Pour confirmer les zones d’adventices, les cartes générées sont ensuite comparées manuellement sur le terrain. Arvalis note 80 à 90 % de bonne détection. L’ingénieure précise : « Les algorithmes continuent de s’améliorer grâce à l’entraînement sur de nouvelles images ».

Pulvérisation en différé...

Pour ses tests, Arvalis utilise notamment une rampe prototype de Carbon Bee de 9 mètres, équipée de trois capteurs RVB (prise de vue dans le spectre visible) et hyperspectral (dans plusieurs spectres de la lumière, notamment infrarouges). Les essais sont effectués à différentes vitesses, par paliers de 6 à 14 km/h. La carte obtenue est composée de zones « à pulvériser » et « à ne pas pulvériser », délimitées par des nœuds (points) qui constituent des polygones. Les cartes de préconisation sont ensuite introduites dans un pulvérisateur avec coupure de tronçons tous les deux mètres.
Les tests ont relevé que le poids de la carte peut rapidement faire saturer les consoles et provoquer des décalages. « La carte doit alors souvent être retravaillée pour éviter les latences »,
complète Caroline Desbourdes. De plus, pour appliquer les doses au bon endroit, la pulvérisation en différé demande une précision exacte avec un GPS RTK. La solution offre cependant un moindre investissement que la pulvérisation simultanée.

... ou en simultané

Les promesses de la pulvérisation simultanée sont grandes : capter les images, les traiter et agir en pulvérisant, le tout en temps réel. Les constructeurs se sont massivement lancés dans le développement de ces solutions, à l’image de Berthoud, en partenariat avec Carbon Bee. Le Sniper de 30 mètres de la marque, équipé des mêmes capteurs que la rampe prototype, a été soumis aux tests d’Arvalis, qui a mis en évidence des imprécisions lors de la pulvérisation sans qu’elles ne soient systématiques. Celles-ci devraient s’amoindrir avec l’évolution des algorithmes et de la communication informatique entre capteurs et pulvérisateurs.
Autre inconvénient : la complexité pour anticiper la quantité de bouillie à préparer avant application, contrairement au système en différé qui permet de l’estimer en amont. L’injection directe reprendrait alors du sens avec d’un côté les matières actives et de l’autre, une cuve d’eau claire.
Carbon Bee, également partenaire de Kuhn, pour l’I-spray, propose désormais ses capteurs adaptables sur des pulvérisateurs existants. •
 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Les annonces de Gabriel Attal le 1er février 2024.
Le gouvernement attentif aux demandes des agriculteurs

Le Premier ministre, Gabriel Attal, a présenté le 1er février les premières grandes mesures en faveur des…

Comment maintenir les performances techniques du lin textile ? La génétique, le lin d'hiver, la structure des sols et une approche globale de la rotation sont des pistes d'amélioration.
Pour Terre de lin, la récolte 2024 sera déterminante

Pour l'exercice 2022-2023, les liniculteurs vont approcher une recette de 7 500 euros de l'hectare. Mais cette situation…

Affiche poster Normandie Vibes
Sia 2024 : « une belle occasion de présenter nos spécificités normandes »

Sur le stand de la Normandie inauguré le 26 février l’accent sera mis sur l’importance du bien manger. Au menu de cette…

Bruno Ledru, président de la FNSEA 76.
De l’action revendicative nous allons maintenant entrer dans la construction avec le préfet

Alors que les agriculteurs sortent à peine d’une période intense de mobilisation, Bruno Ledru, président de la FNSEA 76…

Conférence de presse des présidents FNSEA-JA, le 13 février au soir.
« Ni défiance, ni complaisance »

Les présidents de la FNSEA et JA, Arnaud Rousseau et Arnaud Gaillot, ont rencontré le Premier ministre Gabriel Attal le 13…

Les animaux doivent être contenus par des clôtures entretenues sous peine de sanctions.
Animaux divagants : plus d’un incident par semaine

SNCF Réseau Normandie vient de rencontrer la Chambre d’agriculture pour alerter sur les trop fréquentes divagations d’animaux…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole