Aller au contenu principal

Fongicide colza : point de situation en Normandie

À ce jour, on estime qu'environ une parcelle sur deux a atteint le stade G1, stade pivot pour la protection anti-sclerotinia.

La cylindrosporiose sur une feuille de colza.
La cylindrosporiose sur une feuille de colza.
© Terres Inovia

Il peut être prudent selon les cas, de gérer le risque cylindrosporiose, habituellement observé dans la région. Mieux vaut opter, si ce n'est déjà fait, pour une protection efficace vis-à-vis des deux maladies.

Braver la météo pour positionner le fongicide de base, au stade G1

Le traitement au stade G1 (10 premières siliques de moins de 2 cm) reste le pivot de la protection fongicide en colza. Les conditions actuelles ne sont pas simples pour l'intervention. Si ce n'est pas déjà fait, il faudra saisir le premier créneau dès que possible car l'efficacité repose essentiellement sur une action préventive des molécules.

  • Le sclerotinia, maladie peu fréquente mais très nuisible, est la cible n° 1. L'application, au stade G1 est le meilleur compromis pour maximiser la protection de la tige principale.
  • La cylindrosporiose, maladie fréquente dans la région mais relativement peu nuisible, est également contrôlable. Les fongicides visent dans ce cas à limiter les contaminations des siliques. En l'absence d'apparition brutale de la maladie, une application à base de triazole positionnée à G1 et/ou lors du relais 10-12 jours après, suffit généralement à préserver le potentiel. Certaines variétés très peu sensibles permettent d'écarter le risque (ex : Archivar, Attica, LG Armada, LG Aviron, LG Atlas, LG Austin, RGT Kanzzas).

Fongicide au stade G1 puis relais 10-15 jours après : que montrent les références ?

Dans le cas de floraison longue, pour les colzas à haut potentiel, il est souvent tentant de réaliser deux fongicides à 10-15 jours d'intervalle.

Les gains de rendement procurés par le 2e fongicide ne sont pourtant pas systématiques. Ils sont difficiles à prédire car ils dépendent fortement de la météo printanière et du développement des maladies de fin de cycle (cylindrosporiose, alternaria). À l'exception des années humides, les gains nets sont en tendance assez limités en Normandie et Île-de-France même s'ils sont supérieurs aux autres régions : 1,0 q/ha en moyenne (- 3,3 à + 6,6 q/ha) d'après une vingtaine d'essais conduits depuis 2014.

Ces gains dépendent aussi du choix du produit et de la dose appliquée au stade G1. En 2016, année très humide par exemple, le gain net atteignait 2,5 q/ha, contre 0,3 q/ha les années sans risque particulier.•

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole