Aller au contenu principal

Projet Valobois : pour développer les débouchés du bois bocager

Projet d’expérimentations, Valobois a pour objectif de valoriser la plaquette bocagère en litière animale 
et en bois raméal fragmenté (BRF)* destiné à l’épandage sur les cultures. Il est copiloté par la Fédération 
des Cuma Normandie Ouest et la Chambre régionale d’agriculture de Normandie. C’est un projet partenarial permettant de mutualiser l’expertise de l’Institut de l’élevage, la ferme expérimentale de La Blanche Maison (50) 
et la Société d’investissement légumière et maraîchère de Basse Normandie (Sileban).

Très peu de références existent aujourd’hui sur l’utilisation du bois déchiqueté pour la litière de vaches laitières. Dans l’essai mené à la ferme expérimentale de La Blanche Maison, l’objectif est de pouvoir disposer de références technico-économiques et environnementales fiables sur l’utilisation de plaquettes bocagères en litière animale dans le contexte des systèmes laitiers normands. C’est dans ce cadre que seront évaluées les modalités d’utilisation du bois déchiqueté en litière, les aspects logistiques, les impacts sur les performances animales, les observations relatives au bien-être animal, l’organisation du travail et la valorisation agronomique du produit épandu sur les cultures.

Le bois, une alternative à la paille

À l’occasion de la mise en service d’une nouvelle stabulation de vaches laitières permettant la conduite du troupeau de 90 vaches en deux lots, l’un sur une litière 100 % copeaux de bois et l’autre sur une litière 100 % paille, une première courte phase d’observations a été réalisée à la fin de l’hiver 2022/2023 jusqu’à la mise à l’herbe des animaux. Cette première période a permis de commencer à appréhender la gestion de ce type de litière produite à partir des haies de la ferme, dans un nouveau bâtiment bien ventilé, avec un malaxage de la litière bois au vibroculteur réalisé deux fois par jour. L’ensemble des mesures relatives à la gestion de la litière, les performances du troupeau, la propreté des animaux, etc., seront réalisées sur l’hiver complet 2023/2024. La valorisation agronomique de ce type d’effluent fera également l’objet d’expérimentations à la ferme expérimentale de La Blanche Maison.

L’analyse des coûts de production

Le bois déchiqueté utilisé pour l’expérimentation a été produit sur l’exploitation, notamment avec les déchiqueteuses de la Cuma Ecovaloris. L’ensemble des postes du chantier de production de bois déchiqueté ont été analysés :
 - le coût de l’abattage : 18 €/tonne ;
- le déchiquetage : 20 €/tonne ;
- le transport entre le chantier et le silo : 4,5 €/tonne. 
Le coût total d’une tonne de plaquettes en auto-production est de 42,5 €/tonne. 
La Fédération des Cuma mène une enquête auprès des utilisateurs de litières afin d’identifier les pratiques et les ressentis des éleveurs normands qui pratiquent déjà la litière bois déchiqueté. Deux pratiques majoritaires se distinguent : les éleveurs utilisant une couche de bois puis une couche de paille par-dessus, et la technique utilisant une litière 100 % bois déchiqueté avec un malaxage de la matière régulièrement.  
« À ce jour, nous estimons qu’une cinquantaine d’éleveurs utilise du bois déchiqueté en litière sur le territoire de la Normandie », précise Mathieu Gadeau de la Fédération des Cuma.

Du BRF sur cultures

L’utilisation de BRF en grandes cultures est très peu pratiquée en Normandie. C’est un moyen très intéressant pour remonter les niveaux de matière organique des sols. Cette méthode comporte des atouts mais également un risque important lié à des faims d’azote pour la culture en place. 
C’est dans cette optique que la Chambre régionale d’agriculture de Normandie a mis en place une expérimentation à l’ouest de Rouen. Jean-Philippe Chenault en charge des questions sols et fertilité précise le dispositif : « On a sur le site cinq modalités testées différentes. Deux doses avec du BRF, donc un produit relativement frais, deux avec des plaquettes sèches, et un témoin. BRF et plaquettes ont été épandus à l’automne 2022 dans un couvert avant maïs ». Cette expérimentation vise à suivre l’impact de l’épandage sur les fournitures en azote et la réponse de la culture en termes de production et qualité. 

Des expérimentations de BRF ont également débuté dans une succession culturale légumière, sur la station d’expérimentation du Sileban L’objectif est d’évaluer différents itinéraires techniques intégrant des apports carbonés massifs, en particulier de la plaquette bocagère produite par la filière bois-énergie agricole. Le système de culture de référence contient des choux et des poireaux servant à évaluer les effets des apports. « Un équivalent de 50 et 100 tonnes de plaquettes par hectare ont été incorporées au sol avant culture ou utilisées en paillage de la culture en place, précise Charlez Bougouin en charge de l’expérimentation au Sileban. Ces cultures sont intéressantes à tester pour mesurer l’impact sur le rendement et la qualité du produit, un enjeu important pour la filière ».

Ce projet, débuté en 2022, financé par la Région Normandie et des fonds Feader, se terminera fin 2024. Aujourd’hui, l’ensemble des expérimentations et enquêtes prévues dans le projet Valobois sont en cours de réalisation. Il permettra d’avoir les éléments technico-économiques pour que agriculteurs et conseillers puissent mettre en œuvre ces techniques. •

* Le BRF est issu du broyage de jeunes branches de feuillus. 
La plaquette bocagère désigne le bois déchiqueté produit à partir des haies bocagères. En fonction de sa granulométrie et de son taux d’humidité, la plaquette est valorisée en bois-énergie, en paillage, en litière ou comme amendement sur les sols.

--------------------------------------

Plus d’information 

- Jean-Philippe Chenault, Chambres d’agriculture de Normandie, par mail : jeanphilippe.chenault@normandie.chambagri.fr ;
- Patrick Massabie, Idele, par mail : patrick.massabie@idele.fr ;
- Mathieu Gadeau, Fédération des Cuma Normandie Ouest, par mail : mathieu.gadeau@cuma.fr
- Charlez Bougoin, Sileban, par mail : bougouin.charlez@gmail.com ;
- Flore Lepeltier, ferme expérimentale de La Blanche Maison, par mail : f.lepeltier@blanche-maison.fr 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Frédéric Van Gansberghe, président de Futerro, et Olivier Leducq, directeur général de l'usine Tereos de Lillebonne, lors de la signature du partenariat le 11 avril à Gruchet-le-Valasse.
Tereos : ouverture d'un marché de 150 000 tonnes de dextrose par an

Le groupe coopératif a conclu le 11 avril un partenariat avec l'industriel belge Futerro qui doit ouvrir son usine de…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Donner de la lisibilité aux producteurs bio était l'objectif de la journée.
Porter collectivement des pistes pour améliorer la situation du bio

La Chambre d'agriculture a organisé une journée spéciale le 12 avril au lycée agricole d'Yvetot pour donner des perspectives…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole