Aller au contenu principal

Pierres en lumières : lorsque la lumière sublime notre patrimoine

Le 13 mai prochain, le patrimoine normand s’illumine pour le festival nocturne “Pierres en lumières”. Cet événement, organisé par le Département et la Fondation du patrimoine, ouvre la saison touristique et culturelle 2023.

Le manoir du Catel à Écretteville-lès-Baons
Le manoir du Catel à Écretteville-lès-Baons participe à Pierres en lumières. La plus vieille maison forte de Normandie a obtenu le grand trophée de la plus belle restauration de France en 2013.
© Catherine Hennebert

Cette 8e édition propose un programme riche d’initiatives privées ou publiques dans des sites remarquables : édifices d’époque médiévale, chapelles, églises et autres éléments du patrimoine religieux, domaines et manoirs, usines ou manufactures, vestiges militaires, parcs et jardins… seront mis en lumière le temps d’une soirée et ouverts gratuitement au public. Certains lieux proposeront des animations telles que des concerts, des expositions, des visites guidées.

64 sites en lumières

Par exemple, le manoir du Catel, à Écretteville-lès-Baons, la plus ancienne maison forte de Normandie, mettra en lumière ses façades et sa cour intérieure. Son propriétaire, Frédéric Toussaint, évoquera l’histoire du site et la soirée sera placée sous le signe de la gastronomie au Moyen Âge.
À Bolbec, une animation colorée sera proposée sur les façades de l’atelier-musée textile et une visite commentée de l’atelier “de la balle de coton au tissu” se fera en nocturne avec des effets d’ombres et de lumières.
À Aumale, la chapelle du Cardonnoy du XIIIe siècle sera mise en lumière avec 800 bougies et le groupe Célimène offrira un concert baroque.
À Dieppe, c’est un concert sur le thème jazzy-Années folles au château illuminé.
Dans les rues d’Harfleur, une déambulation théâtrale nocturne autour d’Arsène Lupin se fera à la lampe torche. 
À Heurteauville, la chapelle du Bout du vent sera mise en lumière, et lectures et chants de marins animeront la soirée.
À Saint-Martin-de-Boscherville, un défilé aux lampions jusqu’aux jardins de l’abbaye se terminera par un bal festif.
Le phare d’Ailly à Sainte-Marguerite-sur-Mer sera ouvert au public et mis en lumière.
Au Colombier d’Heuqueville, c’est une ambiance celtique qui animera la soirée, avec petite transhumance, tonte de moutons et transformation de la toison en laine, cardage, quenouille, rouet et tricotage…
Voici quelques exemples des 64 animations proposées le 13 mai par les communes ou communautés de communes, le monde associatif, les particuliers propriétaires de domaines ou demeures de caractères. 

Un succès collectif

« C’est le département de l’Orne qui, en 2009, a été à l’initiative de cet événement qui s’est étendu à l’ensemble des départements normands. Cette initiative unique en France est le fruit d’un succès collectif entre le Département de Seine-Maritime, la Fondation du patrimoine, les associations et les particuliers »,se réjouit Pierre Loue, délégué départemental de la Fondation du patrimoine.
« Ce festival est une mobilisation sans précédent des forces vives de notre département. Pour 2023, la participation est encore en hausse avec 64 sites. En 2022, ce sont 7 000 visiteurs qui ont participé à cette soirée », a précisé Patrick Tessère, vice-président en charge de la culture au conseil départemental, qui a rappelé les actions du Département en faveur du patrimoine : 73 dossiers de subventions traités en 2022 sur le dispositif restauration du patrimoine pour une enveloppe budgétaire de 2,1 millions d’euros. 32 projets soutenus en animation du patrimoine, 22 biens labellisés au titre du label petit patrimoine rural, 65 visites de conseils techniques. 
Depuis quelques années, le Département encourage l’ensemble des participants à privilégier les bougies, flambeaux et éclairage LED pour illuminer leur édifice. En 2023, la plupart des participants respectent cette pratique. •

Plus d’information sur le programme : https://www.seinemaritime.fr/mes-activites/patrimoine/valorisation-du-p…

 

Le label de la Fondation du patrimoine

La Fondation du patrimoine a été fondée en 1996 pour venir au secours du petit patrimoine dans les villages. Elle accompagne les projets pour trouver des financements publics et privés. « Nous avons plusieurs outils à notre disposition : la collecte de dons, le label pour les porteurs de projet de patrimoine privé, le fonds régional normand dont le budget sera multiplié par deux pour atteindre 600 000 euros et permettre ainsi d’accompagner les diagnostics sanitaires des églises, et enfin le mécénat », explique Pierre Loue, délégué départemental de la Fondation du patrimoine.
Le label de la Fondation du patrimoine est destiné aux propriétaires privés d’un site bâti ou non bâti (parcs ou jardins), ne bénéficiant pas du régime des Monuments historiques. Il peut être attribué à un site présentant des qualités architecturales ou paysagères distinctives, dont les travaux n’ont pas débuté, concerné par un projet de restauration de qualité et visible de la voie publique ou rendu accessible au public.
 
Des déductions fiscales
Le bâtiment, le parc ou le jardin doivent être situés dans une zone rurale, un bourg ou une petite ville de moins de 20 000 habitants, ou en site patrimonial remarquable (SPR), ou en site classé au titre du Code de l‘environnement. En dehors de ces zones, un bâtiment non habitable caractéristique du patrimoine rural peut également être éligible : un pigeonnier, un lavoir, un moulin…
Le label concerne des travaux extérieurs réalisés dans l’intention de préserver ou restituer l’authenticité du bâtiment (façade, toiture, menuiseries extérieures), parc ou jardin. Le programme de travaux est validé par l’Unité départementale de l’architecture et du patrimoine (ministère de la Culture).
La délivrance du label peut permettre au propriétaire de bénéficier d’une déduction du montant des travaux de ses revenus imposables et d’une aide financière de la Fondation du patrimoine. Sous certaines conditions, des aides complémentaires de collectivités peuvent être envisagées. La communauté de communes d’Yvetot est la première collectivité en Seine-Maritime à s’impliquer dans ce dispositif. •
C. H.
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole