Aller au contenu principal

Implanter un pois de printemps

L'implantation reste l'étape clé de l'itinéraire technique du pois protéagineux de printemps. Une bonne implantation suivie d'une levée précoce, homogène et d'une bonne nodulation permettent d'obtenir une culture plus robuste.

Une parcelle à bonne réserve hydrique pour sécuriser son potentiel

Le pois de printemps peut être soumis en fin de cycle à un stress hydrique qui limite la mise en place des composantes de rendement.​​​​ ​​​​​​​Il est important de choisir une parcelle avec une réserve hydrique suffisante afin d'assurer une nutrition satisfaisante. Évitez également les sols séchants, les argiles lourdes et les limons battants hydromorphes, moins propices au développement des racines et des nodosités. Le choix d'une parcelle irrigable peut représenter un réel atout pour la culture. En cas de printemps chaud et sec, l'irrigation permet de prolonger la floraison et d'assurer le bon remplissage des gousses. La valorisation de l'eau s'élève de 5 à 8 q/ha par tour de 30 mm.

Évaluer le risque aphanomyces 

Choisissez une parcelle exempte d'aphanomyces : le cycle de ce champignon coïncide parfaitement avec celui du pois de printemps. En cas de printemps doux et humide, les pertes de rendement peuvent être importantes. Afin de conforter son choix, vous pouvez utiliser l'outil EVA, développé par l'institut. Cet outil d'aide à la décision (OAD) établit une première évaluation du risque aphanomyces permettant de limiter le recours à une analyse de sol systématique. 

Semer tôt dans des conditions ressuyées

Semer son pois de printemps précocement est l'un des principaux leviers pour limiter les risques climatiques lors de l'élaboration du rendement (excès thermique, stress hydrique).

Attention tout de même à semer dans des conditions ressuyées et à bien préparer le lit de semence afin d'assurer un développement optimal du système racinaire et des nodosités.

Le pois doit bénéficier d'un sol aéré sur 15-20 cm. Si le sol est mal nivelé ou refermé après un hiver pluvieux, une reprise sur 5-10 cm est conseillée avant toute implantation.

Le pois de printemps se sème à 3-4 cm de profondeur

Une densité de semis sans excès

Il est important de respecter les densités de semis selon les sols. Une surdensité accroît les risques de maladies à la floraison et augmente la compétition hydrique. Dans le cas d'utilisation de semences de fermes, un test du taux de germination est fortement recommandé et la densité doit être ajustée en conséquence.​​​​​​​

Un roulage conseillé 

Le roulage permet de niveler le sol, facilitant la récolte, notamment dans les sols caillouteux. Cette pratique limite également le risque de phytotoxicité des herbicides de prélevée.​​​​ •

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Comment maintenir les performances techniques du lin textile ? La génétique, le lin d'hiver, la structure des sols et une approche globale de la rotation sont des pistes d'amélioration.
Pour Terre de lin, la récolte 2024 sera déterminante

Pour l'exercice 2022-2023, les liniculteurs vont approcher une recette de 7 500 euros de l'hectare. Mais cette situation…

Affiche poster Normandie Vibes
Sia 2024 : « une belle occasion de présenter nos spécificités normandes »

Sur le stand de la Normandie inauguré le 26 février l’accent sera mis sur l’importance du bien manger. Au menu de cette…

Bruno Ledru, président de la FNSEA 76.
De l’action revendicative nous allons maintenant entrer dans la construction avec le préfet

Alors que les agriculteurs sortent à peine d’une période intense de mobilisation, Bruno Ledru, président de la FNSEA 76…

Conférence de presse des présidents FNSEA-JA, le 13 février au soir.
« Ni défiance, ni complaisance »

Les présidents de la FNSEA et JA, Arnaud Rousseau et Arnaud Gaillot, ont rencontré le Premier ministre Gabriel Attal le 13…

« C’est une passion pour nous de participer aux concours »

Adhérent à l’AS76, Corentin Godefroy, polyculteur-éleveur lait à Saumont-la-Poterie, est accompagné et suivi par le centre de…

Les animaux doivent être contenus par des clôtures entretenues sous peine de sanctions.
Animaux divagants : plus d’un incident par semaine

SNCF Réseau Normandie vient de rencontrer la Chambre d’agriculture pour alerter sur les trop fréquentes divagations d’animaux…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole