Aller au contenu principal

Une collecte lancée pour sauver la ferme Verschuere

L'éleveur de Saint-Aubin-en-Bray (60) espère profiter de la générosité citoyenne pour faire face à la condamnation prononcée à son encontre le 8 mars dernier par la Cour d'appel d'Amiens dans une affaire de conflit de voisinage.

file-alt-63107
Vincent Verschuere ne désarme pas après sa condamnation par la Cour d'appel d'Amiens. Il réfléchit à la manière de répondre aux injonctions de la justice et au financement des dommages et intérêts qu'il doit régler à ses voisins.
© EARL Verschuere

« Non à la démolition ». Le message est clair, la famille Verschuere n'a pas l'intention de baisser les bras. Après sa condamnation par la Cour d'appel d'Amiens le 8 mars dernier à payer plus de 100 000 euros de dommages et intérêts à des riverains de son exploitation pour "troubles anormaux du voisinage", Vincent Verschuere espère bien trouver une solution pour ne pas avoir à démolir son bâtiment d'élevage. Passé le choc de la décision de justice, ses proches ont lancé une cagnotte en ligne pour récolter des fonds. Les raisons de cette initiative sont multiples : « Premièrement, ils n'ont pas ce montant sur leurs comptes... Deuxiemement, sans son outil de travail, Vincent ne peut plus continuer son activite? », explique Coralie Verschuere, à l'origine de la cagnotte sur la plateforme leetchi.

Trois mois pour réagir

Depuis sa condamnation par la justice amiénoise, Vincent Verschuere dispose d'un délai « de trois mois » pour proposer des aménagements sur ses installations pour permettre d'en réduire les nuisances. S'il n'y parvient pas, il sera contraint de démolir le bâtiment montré du doigt qui abrite une partie de son troupeau et sa salle de traite. Dans le même temps, l'éleveur de Saint-Aubin-en-Bray chercherait encore des recours judiciaires contre la décision qui s'est abattue sur lui.

« Aucune erreur » de la part de l'éleveur

Les dons collectés sur la plateforme serviraient donc « à financer ces démarches ou dans le plus sinistre scénario à rembourser les indemnités », détaille Coralie Verschuere. Au passage, cette dernière en profite pour « remettre l'église au milieu du village », et répond à quelques accusations qui accablent la ferme Verschuere : « Ils (Vincent et sa mère, associés au sein d'une EARL, ndlr) ont respecté toutes les procédures, effectué tous les aménagements possibles pour réduire le bruit, réduire au maximum leur impact environnemental, améliorer la qualité de vie de leurs animaux, et s'intégrer au maximum dans le paysage. Sans ce bâtiment, Vincent ne pouvait pas reprendre la ferme. Ce n'était pas son choix de s'installer sur cet emplacement, mais son dernier recours pour reprendre la ferme familiale. Par ailleurs, il y avait déjà de l'activité auparavant sur cet emplacement, qui faisait déjà partie de la ferme. Ils ont obtenu une dérogation pour s'installer à moins de 30 mètres des habitations par les autorités publiques. Aucune erreur de leur part n'a été commise ».

Au regard du nombre de soutiens qu'a reçu Vincent Verschuere depuis le début de cette affaire, atteindre le montant attendu d'ici un peu moins de trois mois ne devrait être qu'une formalité. Mais tant que rien ne bouge, difficile pour lui de se projeter dans un avenir serein pour son exploitation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole