Aller au contenu principal

Un méthaniseur au toit plat, moins énergivore

Un digesteur et un post-digesteur imbriqués l’un dans l’autre : grâce à ce procédé, encore peu répandu en France, la SAS Biogaz de l’Orvin, dont la production doit débuter dans deux semaines dans l’Aube, gagne en inertie thermique. De bonne augure dans le contexte de flambée énergétique que l’on connaît.

En les observant de loin, on repère bien souvent les méthaniseurs à leur dôme vert ou gris, coiffant la tête des différentes cuves. Ce ne sera peut-être bientôt plus le cas. À Bouy-sur-Orvin (10), dix agriculteurs finalisent une construction d’un autre genre et encore assez rare en France. Le toit du digesteur est en effet complètement plat et en béton. À l’intérieur, deux cuves circulaires de sept mètres de haut sont situées non pas côte-à-côte, mais l’une dans l’autre. Elles décomposent la matière chacune à leur tour. « On appelle cela le tank in tank », résume Geoffrey Masson, l’un des associés de la SAS Biogaz de l’Orvin. Les coproduits issus de déchets agricoles et industriels pénètrent dans une première cuve, l’anneau extérieur. Huit énormes agitateurs brassent alors, tous dans le même sens pour limiter les flux contraires, la matière afin d’optimiser sa décomposition. 

Sans pompe

Les cuves sont chauffées à 40 °C. Avec le toit plat et recouvert de béton, « on gagne en inertie thermique par rapport à une bâche simple, le gazomètre, qui permet de stocker le gaz produit dans le digesteur », précise Geoffrey Masson. Par ailleurs, un système de surverse positionné entre les deux cuves permet d’acheminer la matière de la première à la seconde de manière gravitaire. « Cette technologie nous a bien plu car elle est sobre en énergie, argumente Geoffrey Masson. On n’a pas besoin de mettre des pompes pour pousser la matière, donc moins besoin d’électricité et il n’est pas nécessaire de chauffer autant qu’avec un gazomètre en guise de couverture. » Une solution moins énergivore, donc d’autant plus appréciée à l’heure où les cours de l’électricité s’envolent.
Pour maîtriser le plus possible ces coûts, la SAS Biogaz de l’Orvin a également installé des panneaux photovoltaïques sur certains bâtiments. Ce qui lui permettra de couvrir 10 % de ses besoins électriques sur une consommation annuelle de 3 000 MWh.

Pour alimenter 4 000 foyers

L’unité de méthanisation permettra de traiter 35 000 tonnes de coproduits ou déchets de l’industrie par an : des cultures intermédiaires mais aussi des pulpes de betterave, ou de la paille dégradée. 
À côté des futurs bureaux, les silos de stockage permettent de compacter l’équivalent de six mois de matière organique. Un stock nécessaire au regard de la production, ininterrompue sur ce type de site. Le biogaz produit est ensuite épuré en biométhane pour être injecté sur le réseau de gaz (GRTgaz). « Il va permettre de produire 4 000 kWh/an, soit la consommation d’environ 4 000 foyers chauffés par an, notamment dans les communes proches de nous », illustre le porteur de projet. Reste alors le CO2 en post-épuration, qui pour l’instant repart dans l’atmosphère. Mais le groupe d’agriculteurs aubois réfléchit à le valoriser localement. •

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Les annonces de Gabriel Attal le 1er février 2024.
Le gouvernement attentif aux demandes des agriculteurs

Le Premier ministre, Gabriel Attal, a présenté le 1er février les premières grandes mesures en faveur des…

Comment maintenir les performances techniques du lin textile ? La génétique, le lin d'hiver, la structure des sols et une approche globale de la rotation sont des pistes d'amélioration.
Pour Terre de lin, la récolte 2024 sera déterminante

Pour l'exercice 2022-2023, les liniculteurs vont approcher une recette de 7 500 euros de l'hectare. Mais cette situation…

Affiche poster Normandie Vibes
Sia 2024 : « une belle occasion de présenter nos spécificités normandes »

Sur le stand de la Normandie inauguré le 26 février l’accent sera mis sur l’importance du bien manger. Au menu de cette…

Bruno Ledru, président de la FNSEA 76.
De l’action revendicative nous allons maintenant entrer dans la construction avec le préfet

Alors que les agriculteurs sortent à peine d’une période intense de mobilisation, Bruno Ledru, président de la FNSEA 76…

Conférence de presse des présidents FNSEA-JA, le 13 février au soir.
« Ni défiance, ni complaisance »

Les présidents de la FNSEA et JA, Arnaud Rousseau et Arnaud Gaillot, ont rencontré le Premier ministre Gabriel Attal le 13…

Les animaux doivent être contenus par des clôtures entretenues sous peine de sanctions.
Animaux divagants : plus d’un incident par semaine

SNCF Réseau Normandie vient de rencontrer la Chambre d’agriculture pour alerter sur les trop fréquentes divagations d’animaux…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole