Aller au contenu principal

Un investissement intéressant avec peu de travail

Après avoir installé il y a plus de 10 ans des panneaux photovoltaïques sur un bâtiment qu’il a agrandi, Régis Détappe, récemment retraité de Monchy-Humières (Oise), ne regrette pas cet investissement dont il apprécie la rentabilité.

Son installation étant désormais amortie au bout de 12 ans, la vente de l’électricité constitue un complément de revenu pour Régis Détappe, jeune retraité de l’agriculture.
Son installation étant désormais amortie au bout de 12 ans, la vente de l’électricité constitue un complément de revenu pour Régis Détappe, jeune retraité de l’agriculture.
© © D. L.-C.

« En 2010, parce que l’Europe voulait réduire sa production, a été mis en place un plan sucre avec des financements pour les planteurs qui acceptaient de réduire leurs surfaces betteravières ou même d’arrêter, d’introduire une nouvelle culture, avec des aides pour la construction de bâtiments. Comme j’en avais un pas très fonctionnel à quelques kilomètres, à Gournay-sur-Aronde (60), et que c’étaient les débuts du photovoltaïque, j’ai commencé à réfléchir à ce que je pouvais faire », explique Régis Détappe. Il se renseigne, va à la rencontre d’agriculteurs qui ont installé des panneaux, pas très nombreux alors, reçoit des prestataires et commence à aligner les chiffres. « À l’époque, les panneaux coûtaient très cher et il y avait des contraintes car on ne pouvait pas les installer sur du bac acier. Finalement, le cahier des charges a évolué et c’est devenu possible », poursuit-il.
Il finit par signer avec Baudoux Construction pour un investissement de 200 000 euros. Le prestataire fournit les panneaux photovoltaïques qui viennent de chez Agriwatt, l’exploitant agricole ne souhaitant avoir qu’un seul interlocuteur. Régis Détappe double la surface de son bâtiment en le prolongeant dans la longueur (25 m de long pour 20 m de large en plus), garde le toit deux-pans exposé Sud et n’a aucune difficulté pour le raccordement puisqu’il y a seulement 15 m pour rejoindre le réseau. Juridiquement, Régis Détappe créée une société à son nom, qui loue la surface de toiture à son exploitation agricole. « À l’époque, j’ai signé un contrat de vente d’électricité avec la Sicae Oise pour un prix de 50 centimes du kilowattheure et une durée de 20 ans. La maintenance est assurée par Agriwatt. »

Rentabilité à la clé

La mise en production a démarré en 2011, Régis Détappe étant parmi les premiers à se lancer dans l’aventure du photovoltaïque dans l’Oise. Avec plus de 10 ans de recul, il ne cache pas sa satisfaction. « Je dispose d’un hangar fonctionnel où on peut stocker du blé, du lin et le miscanthus. Je n’ai eu aucune panne si ce n’est quelques panneaux abîmés par la grêle, qu’il a fallu changer. Depuis le début, la production effective est supérieure au prévisionnel. Maintenant, mon installation est amortie et la vente de l’électricité est un supplément de revenus non négligeable », confie-t-il.
Côté entretien, peu d’intervention, si ce n’est un lavage effectué une fois par an par Agriwatt grâce à un robot. « En cas de panne, Agriwatt me prévient et me demande d’aller vérifier sur place. C’est rare et je peux dire qu’il n’y a presque aucun travail à fournir. » 
Le retraité insiste quand même sur la nécessité de se renseigner auprès de son assureur avant de se lancer dans un projet photovoltaïque. En effet, l’assurance peut interdire de stocker sous des panneaux photovoltaïques certains produits potentiellement inflammables, comme de la paille.
Régis Détappe sait qu’au bout de 20 ans, les panneaux seront à changer et que d’ici-là, les onduleurs, prévus pour 10 ans, devront être renouvelés. « À la fin du contrat avec la Sicae, je verrai ce que je ferais. Aujourd’hui, le prix d’achat de l’électricité est de 10 centimes par kWh, mais le coût des panneaux a été largement divisé et ils sont beaucoup plus productifs que les miens (plus de deux fois plus). Finalement, je pense que la rentabilité est maintenue. C’est sans risque dans mon cas car mon fils Damien, qui a repris l’exploitation familiale, dispose avec ce bâtiment d’un outil de travail très fonctionnel et presque amorti. Cette activité, qui demande peu de travail, fait un excellent complément de revenus pour ma retraite », conclut Régis Détappe avec un large sourire. • 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Pour une production de lin en quantité et en qualité

Pour le devenir de la filière, il sera fondamental de récolter de la graine de lin en quantité cette année. Tel est le message…

MécaLive : penser la mécanisation différemment

Le 16 mai à Beuzevillette, plus de 1 200 visiteurs ont arpenté les allées de MécaLive, l’événement “machinisme” organisé par…

Remarquable vitrine de l’élevage, le Comice agricole de Forges-les-Eaux est l’occasion  pour les éleveurs de se distinguer en montrant tout leur savoir-faire et de faire connaître les métiers de l’élevage.
150e édition du Comice agricole

Tradition bien vivante, le Comice agricole de Forges-les-Eaux fête ce week-end son 150e anniversaire. Rendez-…

Concours interrégional Grand Ouest de blondes d’Aquitaine. 53 éleveurs ont soumis leurs animaux aux jugements de Peter Thissen et Thierry Bouas.
Comice agricole de Forges-les-Eaux : les temps forts et coulisses de l’édition 2024

Pour cette 150e édition du Comice agricole de Forges-les-Eaux des 1er et 2 juin, quelques 6 500 personnes sont venues à…

" Ce fut une campagne très éprouvante mais la betterave reste une chance dans nos régions. Savourons cet exercice de tous les records mais sachons rester humbles ", a souligné Olivier de Bohan, président du groupe Cristal Union.
La betterave revient dans la cour des grands

La campagne betteravière 2023-2024 a été définie comme la campagne des records par Samuel Crèvecœur, président de la section…

Nicolas Roux accompagnera son père au concours interrégional blonde d’Aquitaine qui revient à Forges-les-Eaux après 10 ans d’absence.
Plus de 150 animaux au concours interrégional blonde d’Aquitaine

Pascal Roux et son fils Nicolas participeront au concours interrégional blonde d’Aquitaine du Grand Ouest qui débutera dès le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole