Aller au contenu principal

Se former à distance : est-ce une bonne idée ?

La pandémie de Covid-19 a provoqué un regain d’intérêt pour l’enseignement par correspondance.
La formation agricole n’y échappe pas. Des solutions existent pour ceux qui souhaitent préparer un diplôme ou simplement accroître leurs connaissances tout en restant chez eux. Mais attention cela ne convient pas à tout le monde.

Si la formation à distance donne la possibilité de choisir son rythme et son lieu de travail, elle requiert auto-discipline et motivation.
© ISTOCK

Pendant la crise sanitaire, les établissements de formation à distance ont vu leur nombre d’inscriptions monter en flèche. La tendance semble bien se poursuivre. Ce sont aujourd’hui plus d’un millier d’étudiants qui suivent une formation au Centre national d’enseignement agricole par correspondance (Cneac), contre 700 avant la pandémie. L’établissement est sous contrôle pédagogique de l’État et toutes les formations qui y sont dispensées sont agréées par le ministère de l’Agriculture. Les diplômes préparés vont ainsi du bac pro ou technologique au BTS agricole. Et ce, dans divers secteurs professionnels : les productions animales, les productions végétales, les activités hippiques, l’horticulture, la viticulture, l’aménagement paysager, la gestion et la protection de la nature, les services à la personne et le marketing.
Les étudiants viennent de la France entière. « Il y a vraiment tous les départements même ceux d’outre-mer, souligne Bernard Berthaud, directeur du Cneac. Nous comptons aussi quelques élèves habitant à l’étranger, en Italie ou en Angleterre ».
Deux profils se distinguent. Des jeunes en formation scolaire classique, mais aussi de nombreux adultes. L’enseignement à distance présente pour ces derniers l’avantage de leur permettre de mener de front leur emploi et leur formation. « On note ces dernières années un nouvel engouement autour des métiers en lien avec la nature, l’élevage… constate Bernard Berthaud. On voit arriver dans notre centre de plus en plus de personnes qui souhaitent s’orienter vers une double activité ou entamer une reconversion », explique-t-il.  

Des sessions de regroupement

Chaque élève se voit remettre les cours complets avec des exercices d’application ainsi que des devoirs à envoyer. Il reçoit ses devoirs corrigés et notés et peut bénéficier d’explications complémentaires si besoin.
Des sessions de regroupement sont également organisées à Argenton-sur-Creuse (36), siège du Cneac, une semaine par trimestre, pour préparer les élèves aux examens, comme tout candidat issu d’un établissement agricole. De même pour les stages à effectuer en entreprises, lesquels font partie intégrante de bon nombre de formations.
Ainsi, le Cneac ne se voit pas comme un concurrent des lycées agricoles locaux, mais davantage comme un relais pour permettre à un maximum de personnes de se former.
Cela permet d’accéder à des formations que l’on n’a pas forcément près de chez soi. De réduire les coûts : pas de frais d’hébergement lié à la formation, pas de frais de transport.
Tous ces avantages ne signifient pas forcément que ce mode d’enseignement convienne à tout le monde. Il requiert une bonne dose d’organisation, de motivation et d’auto-discipline.
« Cependant, le taux d’abandon n’est pas plus élevé que dans l’enseignement classique, insiste le directeur du Cneac. Les personnes qui optent pour les cours à distance apprécient cette façon de travailler de manière plus souple, à leur rythme. »
De plus, les réseaux sociaux, les forums de discussion, les visioconférences sont aujourd’hui de bons moyens de rompre ce potentiel isolement. •
 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Frédéric Van Gansberghe, président de Futerro, et Olivier Leducq, directeur général de l'usine Tereos de Lillebonne, lors de la signature du partenariat le 11 avril à Gruchet-le-Valasse.
Tereos : ouverture d'un marché de 150 000 tonnes de dextrose par an

Le groupe coopératif a conclu le 11 avril un partenariat avec l'industriel belge Futerro qui doit ouvrir son usine de…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Donner de la lisibilité aux producteurs bio était l'objectif de la journée.
Porter collectivement des pistes pour améliorer la situation du bio

La Chambre d'agriculture a organisé une journée spéciale le 12 avril au lycée agricole d'Yvetot pour donner des perspectives…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole