Aller au contenu principal

Recrudescence d’avortements bovins imputés au virus de Schmallenberg

Apparue en 2011 en Allemagne et aux Pays-Bas, cette maladie a rapidement circulé en Europe en 2012 et 2013. Depuis, elle évoluait de manière sporadique chez les bovins et les ovins. Cependant, depuis l’été dernier, on constate plus d’avortements qui lui sont imputés.

© Shutterstock

Quelles manifestations cliniques ?

Chez l’adulte, le virus de Schmallenberg peut engendrer une hyperthermie avec diarrhée. Sur une vache gestante, les symptômes varient selon le moment de la contamination : naissance de veaux malformés si la vache est gestante de 1,5 à 4 mois (voir figure 1), avortement ou prématurité. Les malformations fréquentes sont :
- déformation ou blocage d’une articulation d’un ou plusieurs membres ;
- malformation de la colonne vertébrale ;
- anomalie du port de tête (torticolis) ;
- raccourcissement de la mâchoire inférieure ;
- hydrocéphalie : “grosse tête”.
Dans certains cas, les veaux naissent vivants et en bonne forme mais développent des signes nerveux (parfois discrets) et meurent dans les heures ou jours suivant leur naissance.
Aucun traitement n’existe à ce jour. L’immunité à la suite du passage de la maladie semble très efficace et durable. Le virus est transmis par un Culicoides (petit moucheron), qui se reproduit quand il fait chaud (de 13 à 35 °C) et humide, mais est sensible à la sécheresse et la pluie.

Avortements chez les bovins : des causes variées

Chez les bovins, les causes d’avortement sont nombreuses avec trois maladies majeures – fièvre Q, BVD, néosporose –, recherchées dans le cadre d’avortements en série. Cependant, on constate depuis plusieurs mois que la recherche de ces maladies “fréquentes” ne donne pas toujours la cause des avortements. Certains vétérinaires ont donc fait la recherche du passage du virus de Schmallenberg (sérologie, recherche d’anticorps), recherche qui s’est avérée positive. Le graphique (voir figure 2)  présente les pourcentages de vaches positives quand l’analyse a été demandée, en cas d’avortements en série ; en sachant que cette analyse est aujourd’hui peu demandée, son importance relative est donc surestimée. Mais il est important d’y penser en cas d’avortements ou de mortinatalités, quand les causes majeures d’avortements ont été écartées. On peut également souligner la forte présence du BHV (herpès virus) en cas d’avortements en série ; on considère aujourd’hui qu’il potentialise les avortements, mais c’est rarement le seul responsable des avortements.

Quelles prises en charge en cas d’avortement ?

La déclaration d’un avortement bovin est obligatoire et se fait auprès de votre vétérinaire sanitaire. La prise en charge des frais vétérinaires et de l’analyse de recherche de la brucellose sont couverts par l’État dans le cadre de la surveillance de cette maladie.
En cas d’épisodes d’avortements groupés, pour les adhérents au GDMA, les analyses complémentaires sont prises en charge à 50 %. En raison de l’impact des avortements dans un cheptel, il est important de dépister l’agent pathogène responsable. Pour une partie de ces maladies, des vaccins existent. Votre vétérinaire sanitaire et le GDMA sont à votre écoute. •
 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole