Aller au contenu principal

Quelle quantité d’herbe disponible dans mes parcelles ?

À l’image du projet Herdect, simplifier et automatiser les mesures d’herbe peut contribuer au maintien, voire au développement du pâturage.

file-alt-63059
Des modèles de hauteur et de pousse de l’herbe à partir d’images aériennes sont à l’étude. Ils pourraient permettre la mise en œuvre d’OAD et remplacer l’herbomètre gourmand en temps pour la gestion des prairies.
© © CRAN

La gestion optimisée des prairies passe par une connaissance précise des disponibilités en herbe et de sa croissance. Elle repose aujourd’hui sur la mise en œuvre d’outils de mesures au sol, principalement des herbomètres qui sont gourmands en temps de travail.

Le projet Herdect a pour ambition d’utiliser des imageries aériennes, de drones et satellites, pour mieux déterminer la disponibilité en fourrage dans les prairies, et ainsi mieux gérer le pâturage entre les entrées et les sorties des animaux des parcelles, prévoir et anticiper les parcelles à faucher. Il a réuni différents partenaires techniques : Agrocampus Ouest, Idele, Inrae et cinq Chambres d’agriculture accompagnées par les fermes expérimentales du Grand Ouest du réseau F@rm XP.

Drones et satellites

Ce projet Herdect a été mis en place en 2017 pour analyser les potentialités de la télédétection dans la connaissance de la disponibilité en fourrage dans les prairies. « C’est la construction d’un outil à destination des éleveurs. À partir d’images satellites, l’objectif est d’avoir une estimation de ce qu’il se passe dans les prairies et ainsi piloter les parcelles, savoir quelles sont celles à débrayer ou à mettre dans le circuit de pâturage. Le projet s’est terminé en 2021. Cela fonctionne en ce qui concerne la capacité à prédire les hauteurs d’herbe mais sa limite technique est la couverture nuageuse. Pour la contourner, un autre test a été réalisé : un modèle de pousse de l’herbe a été compilé au modèle satellite. Cela donne des résultats intéressants qui sont à finaliser. Nous assemblons les briques et nous ne sommes plus très loin d’aboutir. La prochaine étape sera de trouver des fonds et des partenaires qui veulent partir sur ce projet. Nous espérons une mise à disposition auprès des éleveurs dans deux ans », a expliqué Alain Airiaud, responsable du pôle prairie à la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, lors des biennales F@rm XP le 15 mars à Rennes.

Maintenir et développer le pâturage

L’un des enjeux d’Herdect est de pouvoir fournir de manière hebdomadaire aux agriculteurs une valeur de la biomasse disponible dans leurs parcelles via la télédétection et ainsi améliorer leur gestion du pâturage.

Un autre enjeu est d’intéresser un nouveau public à la conduite du pâturage, notamment les étudiants et les jeunes éleveurs, plus sensibles aux nouvelles technologies.

La première étape a été l’élaboration d’un modèle de détermination de la biomasse prairie par télédétection. Pour cela les ingénieurs se sont appuyés sur un dispositif qui allie à la fois des mesures au sol et des images satellites. 4 000 mesures ont été réalisées dans les parcelles avec un herbomètre Grasshoper qui géolocalise chaque point d’impact. 600 mesures de biomasse ont également été réalisées. Ces données ont permis d’élaborer un modèle d’estimation de la hauteur d’herbe et de la biomasse.

Ensuite, des tests de ce modèle ont été mis en place dans les fermes des réseaux "pousse de l’herbe" en Normandie, en Pays de la Loire, en Poitou-Charentes et en Auvergne.

Parallèlement aux mesures effectuées sur le terrain, des hauteurs d’herbe ont été estimées par satellite. Si les mesures de terrain sont effectuées à date fixe chaque semaine, les estimations satellitaires sont obtenues de manière beaucoup moins prévisibles et réparties inégalement à l’échelle de l’année. Les facteurs limitant l’acquisition d’images sont les nuages.

Malgré cela, les hauteurs d’herbe estimées par le satellite sont plutôt bien corrélées avec les hauteurs d’herbe mesurées au sol. Des écarts persistent mais sont compris entre - 1 et 2 cm, ce qui indique une certaine pertinence du modèle. Un coefficient correcteur pourrait être appliqué au modèle de base afin de mieux estimer les hauteurs dans les parcelles.

Intégration dans un OAD pâturage

Viendra ensuite la dernière étape d’appropriation par la profession agricole d’une information régulière de la biomasse herbe sur les exploitations.

Les modèles construits ont pour vocation à être utilisés dans des outils d’aide à la gestion du pâturage.

Dans le cadre du projet Herdect, une enquête a été menée auprès d’une centaine d’éleveurs. Elle a révélé qu’ils sont dans l’attente d’une donnée hebdomadaire sur des classes de hauteur d’herbe plutôt que d’avoir une donnée herbomètre précise.

Plusieurs scénarios d’utilisation du modèle satellite sont envisagés : intégration des hauteurs d’herbe simulées dans un outil déjà existant comme HappyGrass, PâturPlan ou la création d’un nouvel outil d’aide à la décision (OAD).

Coupler les données hauteur d’herbe au besoin alimentaire du troupeau permettrait d’obtenir des indicateurs indispensables pour une gestion fine du pâturage : la quantité d’herbe disponible par parcelle, les parcelles à pâturer en priorité, le nombre de jours d’avance, les parcelles à débrayer, l’estimation de la productivité des prairies.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Frédéric Van Gansberghe, président de Futerro, et Olivier Leducq, directeur général de l'usine Tereos de Lillebonne, lors de la signature du partenariat le 11 avril à Gruchet-le-Valasse.
Tereos : ouverture d'un marché de 150 000 tonnes de dextrose par an

Le groupe coopératif a conclu le 11 avril un partenariat avec l'industriel belge Futerro qui doit ouvrir son usine de…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Donner de la lisibilité aux producteurs bio était l'objectif de la journée.
Porter collectivement des pistes pour améliorer la situation du bio

La Chambre d'agriculture a organisé une journée spéciale le 12 avril au lycée agricole d'Yvetot pour donner des perspectives…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole