Aller au contenu principal

Lin ou paille : le dispositif “sécurité balles d’Orenge“

Le constructeur de Raffetot a mis au point un dispositif automatique et rapide qui remplace le sanglage pour éviter la chute des balles de lin, de foin ou de paille depuis un plateau.

Les trois rangées de balles de chaque côté du plateau sont maintenues par un portant armé de griffes qui viennent serrer l’édifice.
© Orenge

« C’est un dispositif que nous proposons en option sur notre gamme de plateaux agricoles ou routiers, mais que nous pouvons également adapter aux plateaux des autres marques », précise Adrien Brument, commercial chez Orenge. Le système Sécurité balles ressemble à un portant à vêtement et, actionné par hydraulique depuis la cabine du tracteur, il resserre ses griffes autour des balles, rondes ou carrées. Les trois rangées complètes de balles sont arrimées et ne peuvent plus chuter.
« Il faut trente minutes pour sangler un convoi et l’agriculteur ou son salarié doit monter sur le plateau. Avec notre système, c’est fait en trente secondes et l’opérateur ne monte plus sur le plateau. Ce sont des risques en moins », poursuit le commercial.
Propos confirmés par Pierre-Henri Boitrel, agriculteur à Épinay, dans le Sud de l’Eure. « Je me suis équipé de deux plateaux pour rentrer mon lin et si des systèmes différents existent chez d’autres constructeurs, mon choix s’est vite porté sur le dispositif d’Orenge. Je viens de le tester pendant deux semaines et je suis satisfait de mon choix : c’est simple et facile d’utilisation », se réjouit-il. L’exploitant a choisi cette option plutôt que les freins à air, l’extension possible de la longueur du plateau ou même le toit. « La première raison est la sécurité car on évite le sanglage, risqué car il faut monter sur le plateau. La seconde est le gain en chargement. Au lieu de deux rangées de chaque côté du plateau et une troisième au milieu, on fait trois rangées pleines de chaque côté. »

Moins de temps sur la route

Résultat : sur un plateau, Pierre-Henri Boitrel met 10 ballots supplémentaires sur son plateau de 12 m, soit 20 % de plus. Quand des kilomètres séparent les parcelles du corps de ferme et que de nombreux tours sont nécessaires pour rentrer la totalité de la récolte, gagner des voyages est appréciable. Un argument de poids que développe Orenge. « En mettant plus de balles sur le plateau, l’agriculteur économise ainsi un tour au bout de cinq chargements, ce n’est pas rien », avance Adrien Brument.
L’entreprise propose aussi d’installer son système Sécurité balles sur des plateaux d’autres marques. Elle réalise une étude de faisabilité et fournit un devis pour un travail sur mesure. Mais la vente de plateaux déjà équipés reste sa principale activité, avec notamment cinq modèles de base, d’une capacité comprise entre 7,5 et 21 tonnes. Deux modèles, les ORL 180 et 210, sont même disponibles en version 40 km/h. •
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Frédéric Van Gansberghe, président de Futerro, et Olivier Leducq, directeur général de l'usine Tereos de Lillebonne, lors de la signature du partenariat le 11 avril à Gruchet-le-Valasse.
Tereos : ouverture d'un marché de 150 000 tonnes de dextrose par an

Le groupe coopératif a conclu le 11 avril un partenariat avec l'industriel belge Futerro qui doit ouvrir son usine de…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Donner de la lisibilité aux producteurs bio était l'objectif de la journée.
Porter collectivement des pistes pour améliorer la situation du bio

La Chambre d'agriculture a organisé une journée spéciale le 12 avril au lycée agricole d'Yvetot pour donner des perspectives…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole