Aller au contenu principal

Le plan chasse dévoilé

Le gouvernement a dévoilé, le 9 janvier, son plan chasse pour l’année 2023. La chasse pourra continuer à être pratiquée le dimanche. Elle sera en revanche interdite sous l’emprise de l’alcool. Formation, information et sanctions sont aussi des axes sur lesquels l’exécutif entend mettre l’accent.

© i stock images

Après de nombreuses années de polémiques, le gouvernement entend mettre un peu d’ordre dans la pratique de la chasse. Il a, pour ce faire, présenté le 9 janvier son plan qui vise à « garantir la sécurité des Français, partout et tous les jours, c’est la première des priorités », a indiqué Bérangère Couillard, secrétaire d’État à la Transition écologique, responsable de ce dossier. L’objectif est de tendre vers le « zéro accident » insiste le ministère qui ne donne pas de date butoir pour l’atteindre. Le nombre d’accidents de chasse ne cesse de se réduire d’année en année. L’Office français de la biodiversité (OFB) a recensé, en 2022, 90 accidents de chasse au total (blessures corporelles liées à l’utilisation d’une arme de chasse), dont huit mortels. Parmi ces derniers, deux ont concerné des victimes non-chasseuses.
Comme à l’accoutumée, ce sont les chasseurs qui sont eux-mêmes les premières victimes de ces accidents (86 %). Ces derniers surviennent majoritairement lors de la chasse au grand gibier (59 %). Pour rappel, l’année 2000 a comptabilisé 232 accidents de chasse dont 39 mortels.

Parmi les nouvelles mesures

Ce “plan de sécurité à la chasse 2023” comprend 14 mesures parmi lesquels l’interdiction de pratiquer la chasse « sous l’emprise de l’alcool ou de stupéfiants. Des audits de sécurité des zones sensibles seront réalisés et la promotion des techniques de chasse les plus sûres sera poursuivie », certifie le ministère. Il ajoute que « le gouvernement créera début 2023 une contravention pour sanctionner l’acte de chasse sous l’emprise excessive de l’alcool puis favorisera la création d’un délit par voie législative ». En cas d’accident grave, des suspensions et des retraits de permis de chasse avec interdiction de le repasser pourraient être appliqués comme dans le cas du permis de conduire.

Application numérique

Sur le volet prévention, le ministère souhaite renforcer les formations décennales (déjà obligatoires) à la sécurité en leur donnant un côté encore plus pratique, notamment sur la manipulation des armes, une sorte d’ISTC à la mode civile*. L’objectif est de former un chasseur sur deux d’ici 2025 et la totalité des chasseurs d’ici 2029.
De même le plan envisage de former les organisateurs de battues d’ici fin 2025, ce qui représente environ 200 000 personnes, en rappelant notamment les règles de sécurité et les enjeux de communication avec les riverains. À ce titre, le gouvernement entend créer d’ici l’automne 2023, une « application numérique d’État sur les lieux et temps de chasse ». Grâce à l’obligation de déclaration par les organisateurs de chasse collective, cette application « permettra à chaque Français d’identifier les zones et horaires non chassés à proximité de chez lui », soutient le ministère de la Transition écologique. Encore faudra-t-il régler le problème de certaines zones blanches, très nombreuses en zone rurale, pour que l’information passe bien. Enfin, le plan chasse 2023 prévoit une standardisation des panneaux de signalisation des chasses « en septembre 2025 au plus tard ».

* Au sein des armées françaises, les militaires sont astreints à connaître par cœur les règles de l’instruction sur le tir de combat (ISTC) et à suivre une ou plusieurs séances de maniement opérationnel de l’armement léger (Moal).

 

Accidents et incidents de chasse

En termes de sécurité à la chasse, il est important de distinguer entre incidents et accidents de chasse. Les premiers recouvrent les dommages matériels par utilisation d’une arme, sans blessure corporelle. Quant aux accidents de chasse, ils engendrent des blessures corporelles, voire des décès, par utilisation d’une arme.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Crise du bio : de grands opérateurs encouragent les déconversions
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Morine au mois de juillet du calendrier Belles des prés
L’édition 2023 s’est vendue comme des petits pains. Imaginé et créé par le photographe Johann Baxt, le calendrier Belles des prés…
Exonération de taxe foncière : nouvelle extension pour les agriculteurs
La deuxième loi de finances rectificative pour 2022 a étendu l’exonération de taxe foncière aux bâtiments affectés à un usage…
Dossiers agricoles : une année 2023 très chargée
De la mise en œuvre de la nouvelle Pac à la gestion de l’eau, en passant par l’agrivoltaïsme ou la loi d’orientation et d’avenir…
Travail administratif : mode d'emploi pour être plus serein
Conseils pratiques, calendrier réglementaire, formations ou encore logiciel de gestion... Les Chambres d’agriculture de Normandie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole