Aller au contenu principal

Lait. Douze pistes pour réduire ses consommations d’électricité

L’envolée des prix de l’électricité nécessitent d’étudier toutes les pistes permettant de faire des économies. Cela passe par l’amélioration de ses pratiques, avec un effet immédiat, mais également par des investissements qui peuvent être rentabilisés sur quelques années.
La priorité doit être mise sur les “gros consommateurs”, à savoir le tank à lait et le chauffe-eau, qui représentent environ 60 à 70 % des kilowattheures.

Le tank à lait

Selon les mesures réalisées dans les années 2000*, il faut 20 à 27 kWh/1 000 l pour refroidir et maintenir le lait à une température de 3 °C pendant deux jours, soit 15 à 20 000 kWh/an pour une exploitation produisant 750 000 litres.
1. Un tank suffisamment dimensionné vis-à-vis de la production laitière pour refroidir rapidement jusqu’à - 10/15 %.
2. Une laiterie bien ventilée ou un condenseur placé en extérieur pour un fonctionnement dans une “ambiance fraîche” jusqu’à - 15/20 %.
3. Un dépoussiérage régulier du groupe froid (balayette et soufflette) jusqu’à - 20/25 %.
4. Prérefroidisseur de lait (tubulaire dans la majorité des exploitations). Les essais conduits par le GIE-Élevages-Bretagne sur les différentes marques et dans différentes conditions montrent des économies de 40 à 55 %.
Le prérefroidisseur donne des bons résultats avec un consommation d’eau froide de 1,5 à 2 l pour 1 l de lait. La gestion de l’eau (abreuvement des animaux, lavage des quais…) doit être bien réfléchie pour éviter le gaspillage (1 200 à 1 500 m3/an pour 750 000 l de lait). Prévoir 5 à 10 000 euros, avec un retour sur investissement compris entre cinq et huit ans. La dimension du prérefroidisseur doit être adaptée au débit de la traite. Il faut également une parfaite synchronisation entre les débits de la pompe à lait et de la vanne de gestion de l’eau. Le cumul de ces quatre points permet d’atteindre une consommation de 9 à 11 kWh/1 000 l, soit une économie de 7 à 8 000 kWh/an pour une production de 750 000 l.

Le chauffe-eau

5. Ne pas chauffer trop fort. 10 °C supplémentaires représentent 1,16 kWh/100 l, soit une surconsommation de 2 100  kWh/an pour une production de 750 000 l avec une consommation quotidienne de 500 l d’eau chaude. Il est risqué de réduire la température de l’eau pour faire des économies d’électricité, si c’est au détriment de la qualité du lait. Le lavage du tank et de la machine à traire refroidit rapidement l’eau chaude ce qui nécessite d’avoir une température minimale de départ de 65 °C.
6. Disposer d’alertes. Peu d’exploitations agricoles sont équipées de compteurs branchés sur l’alimentation du chauffe-eau (40 à 100 euros). Le compteur “eau chaude” permet de visualiser la consommation effective et de faire la “chasse au gaspi” si des dérives sont constatées. Le compteur de kWh alerte sur les évolutions de consommation : en vieillissant, le chauffe-eau peut s’entartrer et perdre en capacité d’isolation. Il est possible d’observer des surconsommations de 30 à 40 % sur des appareils de plus de 10 ans.
7. Limiter les zones de déperdition. Chauffe-eau proche du point de consommation, tuyauteries bien isolées, bac de lavage fermé…
8. Récupérateur de chaleur sur le tank à lait. Cet équipement récupère les calories du lait pour préchauffer l’eau chaude pendant la phase de refroidissement du lait. Ce dispositif peut se coupler avec le prérefroidisseur. Selon les essais du GIE-Élevages-Bretagne, l’économie au niveau du chauffe-eau varie de 55 à 93 %. Dans le cas d’un achat où d’un renouvellement du tank à lait, l’option “récupérateur de chaleur” doit absolument être étudiée.
9. Chauffe-eau solaire. Les capteurs solaires classiques captent 5 à 600 kWh/an/m², ce qui couvre 40 à 60 % des besoins énergétiques du chauffe-eau. Récompensé par un Innov’Space en 2022, le capteur tubulaire FengTech offre des performances supérieures avec une couverture de 60 à 80 % des besoins : il est actuellement en test sur cinq sites agricoles.
10. Chauffe-eau thermodynamique. Il fonctionne avec une pompe à chaleur (PAC) intégrée au ballon ou montée à l’extérieur. La PAC préchauffe l’eau à 50/55 °C, en consommant trois fois moins d’électricité (COP = 3). La résistance du chauffe-eau prend le relais pour atteindre la température souhaitée (65/70 °C). Le gain est en général de 50/55 %.

Autres équipements

11. Variateur sur pompe à vide : en modulant le débit de la pompe à vide de l’équipement de traite, le variateur autorise des gains de 15 à 20 % de consommation du moteur électrique. Cet équipement est rentabilisé sur les robots de traite ou sur les machines à traire, à condition qu’elles fonctionnent 6 à 7 heures par jour.
12. Racleurs électriques : avec des centrales hydrauliques de 5 à 10 kWh, les modèles à entraînement électro-hydrauliques sont très énergivores. Ils sont progressivement remplacés par des racleurs à corde qui demandent beaucoup moins de puissance (0,5 à 1 kWh), tout en ayant des cycles de fonctionnement plus rapides (70 à 80 % d’économie).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Pour une production de lin en quantité et en qualité

Pour le devenir de la filière, il sera fondamental de récolter de la graine de lin en quantité cette année. Tel est le message…

MécaLive : penser la mécanisation différemment

Le 16 mai à Beuzevillette, plus de 1 200 visiteurs ont arpenté les allées de MécaLive, l’événement “machinisme” organisé par…

Remarquable vitrine de l’élevage, le Comice agricole de Forges-les-Eaux est l’occasion  pour les éleveurs de se distinguer en montrant tout leur savoir-faire et de faire connaître les métiers de l’élevage.
150e édition du Comice agricole

Tradition bien vivante, le Comice agricole de Forges-les-Eaux fête ce week-end son 150e anniversaire. Rendez-…

Concours interrégional Grand Ouest de blondes d’Aquitaine. 53 éleveurs ont soumis leurs animaux aux jugements de Peter Thissen et Thierry Bouas.
Comice agricole de Forges-les-Eaux : les temps forts et coulisses de l’édition 2024

Pour cette 150e édition du Comice agricole de Forges-les-Eaux des 1er et 2 juin, quelques 6 500 personnes sont venues à…

" Ce fut une campagne très éprouvante mais la betterave reste une chance dans nos régions. Savourons cet exercice de tous les records mais sachons rester humbles ", a souligné Olivier de Bohan, président du groupe Cristal Union.
La betterave revient dans la cour des grands

La campagne betteravière 2023-2024 a été définie comme la campagne des records par Samuel Crèvecœur, président de la section…

Nicolas Roux accompagnera son père au concours interrégional blonde d’Aquitaine qui revient à Forges-les-Eaux après 10 ans d’absence.
Plus de 150 animaux au concours interrégional blonde d’Aquitaine

Pascal Roux et son fils Nicolas participeront au concours interrégional blonde d’Aquitaine du Grand Ouest qui débutera dès le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole