Aller au contenu principal

La production fromagère, une histoire de famille depuis 1965

Difficile de se passer du neufchâtel pour les fêtes de fin d’année. D’abord parce qu’il n’a pas d’égal et ensuite parce que derrière chaque “cœur”, se cache une histoire de la famille et un morceau du pays de Bray à préserver. 

Quand on évoque la production fromagère dans la famille Thillard, il faut remonter aux années 1965. À cette date, le neufchâtel n’est pas encore une appellation d’origine contrôlée mais l’exploitation fabrique déjà du fromage. Depuis, l’atelier de transformation ne s’est jamais arrêté, et la reconnaissance de l’AOC en 1977 ne va que le renforcer. Étienne Thillard, quant à lui, s’est installé en 1984, d’abord avec ses parents, puis avec son frère. S’il reconnaît ne pas trop s’intéresser à la production fromagère au début, préférant s’occuper du troupeau de vaches normandes, le départ de son frère à la retraite l’a contraint à mettre la « main à la pâte ». Au début avoue-t-il, « je préférais être sur la ferme. Avec le temps, j’ai appris à aimer fabriquer et mouler ces fromages à tel point que je laisse volontiers le soin des vaches à mon gendre désormais ». L’histoire de famille ne s’arrête en effet jamais chez les Thillard. En 2021, sa fille et son gendre rejoignent l’exploitation et font ainsi perdurer la tradition fromagère de la ferme. Car c’est bien la tradition et la pérennité du patrimoine qu’évoque Étienne Thillard quand on lui demande ce qui motive tous les membres de la famille à faire encore du neufchâtel. Bien sûr, la vente de fromage est une réelle diversification nécessaire pour cette exploitation de petite taille. « Avec seulement 70 vaches laitières et 160 hectares dont 60 ha en herbe, il nous serait difficile de vivre tous sans le neufchâtel », précise l’exploitant mais c’est « d’abord la passion pour ce fromage qui nous anime ».

Une fabrication fermière

Pour ce qui est du fromage, justement, Étienne Thillard est assez fier d’expliquer toutes les étapes de sa fabrication et plus encore de montrer que le moulage se fait encore à la main. « Nous ne sommes sans doute pas les seuls mais probablement parmi les derniers à mouler nos fromages à la main », explique Étienne alors même que Sylvie, sa femme, et Vanessa, sa nièce, réalisent des "bondes", l’une des formes reconnues par l’AOC (NDLR : six formes de neufchâtel existent : la bonde cylindrique, la double bonde, le carré, la briquette, le cœur et le gros cœur). « Depuis quelques années, on a réduit les quantités de sel apportés à nos fromages, pour répondre aux attentes de nos clients », explique Étienne Thillard.
Pour ce qui est de sa commercialisation justement, le marché local est évidemment prépondérant : les restaurants, des épiceries fines, la grande distribution, les fromageries telle que celle d’Isneauville par exemple, proposent des produits Thillard. Mais les fromages s’exportent aussi en dehors des limites du département, partout en France. Pour compléter leur gamme, et proposer un fromage à eux, les Thillard proposent un "malakof", à base de neufchâtel et enrichi de crème, et un "bray lin", toujours à partir de neufchâtel mais assorti de graines de lin. De quoi réaliser un joli plateau de fromages, 100 % brayon, sur lequel l’on pourrait aussi ajouter du graval, situé à quelques kilomètres de l’exploitation. •

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Pour une production de lin en quantité et en qualité

Pour le devenir de la filière, il sera fondamental de récolter de la graine de lin en quantité cette année. Tel est le message…

MécaLive : penser la mécanisation différemment

Le 16 mai à Beuzevillette, plus de 1 200 visiteurs ont arpenté les allées de MécaLive, l’événement “machinisme” organisé par…

Remarquable vitrine de l’élevage, le Comice agricole de Forges-les-Eaux est l’occasion  pour les éleveurs de se distinguer en montrant tout leur savoir-faire et de faire connaître les métiers de l’élevage.
150e édition du Comice agricole

Tradition bien vivante, le Comice agricole de Forges-les-Eaux fête ce week-end son 150e anniversaire. Rendez-…

Concours interrégional Grand Ouest de blondes d’Aquitaine. 53 éleveurs ont soumis leurs animaux aux jugements de Peter Thissen et Thierry Bouas.
Comice agricole de Forges-les-Eaux : les temps forts et coulisses de l’édition 2024

Pour cette 150e édition du Comice agricole de Forges-les-Eaux des 1er et 2 juin, quelques 6 500 personnes sont venues à…

La tonte de Rumba à quelques jours du concours.
Pas moins de cinq vaches laitières pour Coralie Aupert

À tout juste 22 ans, la jeune femme se présente pour la seconde fois au concours interdépartemental de la race prim’holstein…

Nicolas Roux accompagnera son père au concours interrégional blonde d’Aquitaine qui revient à Forges-les-Eaux après 10 ans d’absence.
Plus de 150 animaux au concours interrégional blonde d’Aquitaine

Pascal Roux et son fils Nicolas participeront au concours interrégional blonde d’Aquitaine du Grand Ouest qui débutera dès le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole