Aller au contenu principal

La construction d’une filière de chanvre à fibre longue

En investissant dans une faucheuse de chanvre, la coopérative Terre de Lin donne la possibilité à ses adhérents de se familiariser avec cette plante à fibre.

Le fauchage du chanvre textile se termine sur l’ensemble du secteur de Terre de Lin. Avec une bonne centaine d’hectares cultivés cette année sur les départements de la Seine-Maritime et de l’Eure, la coopérative et les quelques adhérents qui se sont lancés sur des petites surfaces apprennent ensemble à tout connaître de cette plante qui était jusqu’à présent davantage produite pour son chènevis que pour sa fibre longue.
« Cela fait quelques années que la coopérative s’intéresse aux plantes à fibre et pour certains adhérents se trouvant dans des bassins de captage, le chanvre pourrait être une réponse car il ne nécessite pas d’intrants. Nous avons également quelques clients européens qui s’y intéressent mais aujourd’hui tout reste à construire », explique Stéphane Vasselin, responsable du service agronomie chez Terre de Lin.

Le frein de la mécanisation levé

Jusqu’alors, le plus gros frein était la mécanisation de la récolte pour cette plante qui peut atteindre jusqu’à 2 mètres de hauteur. Cette dimension ne permet pas de passer les nappes dans les teilleuses. Des constructeurs se sont penchés sur le problème et proposent aujourd’hui des machines qui coupent la plante à mi-hauteur et déposent au sol des andains de 80 cm de long. L’acquisition d’une faucheuse Hyler par Terre de Lin va ainsi permettre de progresser dans la connaissance de cette plante et dans la construction d’une filière chanvre à fibre longue.
La machine est au point et les fauchages se sont bien passés. Le rouissage commence donc. « Les exigences sont les mêmes que pour le lin. Cependant le chanvre devrait être plus rapide à rouir car son épaisseur de fibres est moins importante. La nappe est posée sur les étaux, favorisant la circulation de l’air. Il devrait également sur-rouir moins vite que le lin et cela est plutôt une bonne chose car la récolte est plus tardive. Pour l’enroulage, il semble nécessaire de condenser assez fort la nappe ».
Pour le teillage, les premiers essais de 2022 ont montré que la cadence était moins bonne que celle du lin mais tout cela est à optimiser. Des marges de progrès sont encore possibles.
En ce qui concerne les variétés, la génétique est aujourd’hui plutôt orientée vers la production de chènevis. Le travail sera important pour trouver des variétés de chanvre à fibre longue.

L’importance des conditions de semis

Côme Pesquet cultive du chanvre depuis quatre ans sur son exploitation de Grainville-la-Teinturière. Il a commencé avec 20 ares au début pour essayer, et cette année il a semé quatre hectares. « Le fauchage du chanvre était un point important. J’ai augmenté la surface cette année car il y a maintenant une solution avec la faucheuse automotrice Hyler. J’avais deux parcelles dont une qui a moins bien poussé. Je pense que le couvert détruit trop tard a capté trop d’azote pour sa décomposition, aux dépens du chanvre », explique l’agriculteur qui insiste sur l’importance du semis.
 « J’ai semé le 20 mai, peut-être un peu tard. Le chanvre a un pouvoir germinatif très faible. Il faut semer 500 graines pour espérer en voir lever 250. De plus, il faut tenir compte de la problématique corbeaux et de l’historique de la parcelle qui doit être propre. L’approche fertilisation azotée est la même que pour le lin mais il y a encore beaucoup de choses à affiner », explique l’agriculteur.
Si tout s’est bien passé cette année, la verse peut être un frein à la récolte du chanvre. Concrètement une parcelle versée ne sera pas récoltable pour la fibre.
Des essais sur son exploitation, avec l’Agence de l’eau et l’association Lin et Chanvre Bio (LCBio), ont montré qu’un lin conduit en zéro phyto avec un précédent chanvre est aussi bien qu’un lin conduit en conventionnel. « Le pivot du chanvre semble améliorer la structure, ce qui est bénéfique derrière pour le lin. Le retournage et l’enroulage s’effectuent comme pour le lin. Nous sommes équipés en matériel lin, cela ne pose donc pas de problème. Il y a seulement quelques réglages à faire sur l’enrouleuse car l’andain de pied et l’andain de tête ne sont pas de la même épaisseur. Aujourd’hui il y a encore beaucoup de choses à affiner au niveau technique », conclut l’agriculteur qui, avec 6,5 tonnes à 19 % de filasse, est content de sa récolte 2022. •
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Pour une production de lin en quantité et en qualité

Pour le devenir de la filière, il sera fondamental de récolter de la graine de lin en quantité cette année. Tel est le message…

MécaLive : penser la mécanisation différemment

Le 16 mai à Beuzevillette, plus de 1 200 visiteurs ont arpenté les allées de MécaLive, l’événement “machinisme” organisé par…

Remarquable vitrine de l’élevage, le Comice agricole de Forges-les-Eaux est l’occasion  pour les éleveurs de se distinguer en montrant tout leur savoir-faire et de faire connaître les métiers de l’élevage.
150e édition du Comice agricole

Tradition bien vivante, le Comice agricole de Forges-les-Eaux fête ce week-end son 150e anniversaire. Rendez-…

Concours interrégional Grand Ouest de blondes d’Aquitaine. 53 éleveurs ont soumis leurs animaux aux jugements de Peter Thissen et Thierry Bouas.
Comice agricole de Forges-les-Eaux : les temps forts et coulisses de l’édition 2024

Pour cette 150e édition du Comice agricole de Forges-les-Eaux des 1er et 2 juin, quelques 6 500 personnes sont venues à…

" Ce fut une campagne très éprouvante mais la betterave reste une chance dans nos régions. Savourons cet exercice de tous les records mais sachons rester humbles ", a souligné Olivier de Bohan, président du groupe Cristal Union.
La betterave revient dans la cour des grands

La campagne betteravière 2023-2024 a été définie comme la campagne des records par Samuel Crèvecœur, président de la section…

Nicolas Roux accompagnera son père au concours interrégional blonde d’Aquitaine qui revient à Forges-les-Eaux après 10 ans d’absence.
Plus de 150 animaux au concours interrégional blonde d’Aquitaine

Pascal Roux et son fils Nicolas participeront au concours interrégional blonde d’Aquitaine du Grand Ouest qui débutera dès le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole