Aller au contenu principal

Santé animale
Influenza aviaire : vigilance absolue !

L’élevage avicole de la Seine-Maritime a encore été frappé par le virus de l’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) la semaine dernière. Ailleurs en France, la situation n’est pas meilleure. Un nouveau cas de grippe aviaire a ainsi été détecté dans un élevage de dindes à Sailly-Flibeaucourt (Somme), entraînant l’abattage de 27 000 dindes. Et un élevage de poules pondeuses a été décimé la semaine passée dans la Meuse.

© Pascal Le Douarin

Après un été marqué par l’absence de répit sur le front de l’IAHP, avec de nombreuses mortalités de goélands et de fous de bassan constatées sur le littoral, deux élevages ont été touchés, une basse-cour et un élevage commercial. Ces deux élevages ont dû subir un abattage total.

Zone de contrôle temporaire (ZCT)

Une zone de contrôle temporaire (ZCT) a été mise en place (arrêté préfectoral du 14/9/2022) autour de la commune de La Remuée et concerne 58 communes pour une durée minimale de 21 jours à partir du 14 septembre. Dans ces dernières les volailles doivent être enfermées ou sous filet. Tous les mouvements d’entrées ou de sorties des exploitations avicoles sont interdits. La Direction départementale de la protection des populations (DDPP) pourra accorder des dérogations pour des sorties vers des abattoirs sous les conditions suivantes, et portées par les abatteurs :
- dans les 24 h avant le départ des galliformes pour toute sortie d’animaux demandée à titre dérogatoire par un éleveur ;
- dans les 24 h précédant le départ de palmipèdes vers l’abattoir si les palmipèdes ont été maintenus claustrés depuis au moins 8 jours avant leur départ ;
- dans les 72 h précédant toute sortie de l’élevage pour les palmipèdes avec réalisation systématique d’écouvillons cloacaux et trachéaux sur au moins 20 individus.
De plus, au sein de la ZCT, « le transport et l’introduction dans le milieu naturel de gibier à plumes, y compris les galliformes est interdit ». À la suite du foyer détecté à Eu, les contraintes imposées par l’arrêté du 19 septembre 2022 sont plus lourdes pour tous les acteurs de la filière avicole. En effet, dans la mesure où c’est un élevage qui a été touché, l’arrêté met en place une zone de protection (3 km) et une zone de surveillance (10 km) autour du foyer de la ville d’Eu. Un arrêté analogue a été pris dans le département voisin de la Somme.

Zone de protection et zone de surveillance

La règle de base, définie par l’arrêté du 19 septembre 2022, est la suivante : « l’introduction, la sortie, le transport et la mise en place de volailles et des autres oiseaux captifs ainsi que des œufs sont interdits au sein de la zone réglementée. »
Les sorties vers les abattoirs peuvent être autorisées par dérogation par la DDPP, sous réserve d’information préa­lable, de visite vétérinaire (24 h maximum avant départ en zone de surveillance) et pour les élevages en zone de protection de prélèvements pour tests virologiques (48 h maximum avant le départ).
Quant à la production d’œufs en zone réglementée, elle doit également respecter des contraintes imposées par l’arrêté. Ainsi, la DDPP peut autoriser, sous couvert d’un protocole validé, le mouvement d’œufs de consommation d’un élevage en zone réglementée vers un centre de conditionnement situé hors zone réglementée aux conditions suivantes :
- visite par un vétérinaire sanitaire pour établir un état des lieux des mesures de biosécurité en place ;
- utilisation d’emballage à usage unique ou apte au nettoyage désinfection ;
- transport sans rupture de charge.
Pour les élevages de moins de 250 poules pondeuses, il demeure possible de vendre les œufs directement aux consommateurs en zone réglementée.
Dans la zone réglementée, toutes les activités de chasse au gibier à plumes et au gibier d’eau sont interdites.

Un seul mot d’ordre : la biosécurité

La situation de la Seine-Maritime au regard de l’influenza aviaire est absolument inédite. Une épée de Damoclès jamais connue est au-dessus de tous nos élevages et met en péril l’ensemble de la filière avicole locale.
Il est impératif de limiter les mouvements de personnes et de véhicules entres les élevages avicoles où qu’ils soient en Seine-Maritime, d’appliquer strictement les mesures de biosécurité, d’user des pratiques de nettoyage désinfection et d’appeler au civisme les citoyens non éleveurs détenant des volailles que ce soit pour la production de quelques œufs ou pour le loisir de la chasse au gibier d’eau.
En effet, le comportement de tous peut impacter la vie économique d’entreprises et de familles irrémédiablement. Il s’agit de la survie de la filière avicole seinomarine ! •

Les communes en zone de protection
Étalondes, Eu, Ponts-et-Marais, Saint-Pierre-en-Val, Saint-Rémy-Boscrocourt.
 
Les communes en zone de surveillance
Baromesnil, Canehan, Criel-sur-Mer (y compris le domaine public maritime au droit de la commune), Cuverville-sur-Yères, Flocques (y compris le domaine public maritime au droit de la commune), Guerville, Incheville, Longroy, Melleville, Le Mesnil-Réaume, Millebosc, Monchy-sur-Eu, Saint-Martin-le-Gaillard, Sept-Meules, Touffreville-sur-Eu, Le Tréport (y compris le domaine public maritime au droit de la commune), Villy-sur-Yères.
 
Les communes concernées par la zone de contrôle temporaire
Angerville-l’Orcher, Bernières, Beuzeville-la-Grenier, Beuzevillette, Bolbec, Bréauté, Épouville, Épretot, Étainhus, Fontaine-la-Mallet, Fontenay, Gainneville, Gommerville, Gonfreville-l’Orcher, Graimbouville, Gruchet-le-Valasse, Harfleur, Houquetot, La Cerlangue, La Frenaye, La Remuée, La Trinité-du-Mont, Lanquetot, Le Havre, Les Trois-Pierres, Lillebonne, Lintot, Manéglise, Manneville-la-Goupil,  Mélamare, Mirville, Montivilliers, Nointot, Octeville-sur-Mer, Oudalle, Parc-d’Anxtot, Raffetot, Rogerville, Rolleville, Rouville, Sainneville, Saint-Antoine-la-Forêt, Saint-Aubin-Routot, Sainte-Adresse, Saint-Eustache-la-Forêt, Saint-Gilles-de-la-Neuville, Saint-Jean-de-Folleville, Saint-Jean-de-la-Neuville, Saint-Laurent-de-Brèvedent, Saint-Martin-du-Manoir, Saint-Nicolas-de-la-Taille, Saint-Romain-de-Colbosc, Saint-Vigor-d’Ymonville, Saint-Vincent-Cramesnil, Sandouville, Tancarville, Vattetot-sous-Beaumont, Virville.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Comment maintenir les performances techniques du lin textile ? La génétique, le lin d'hiver, la structure des sols et une approche globale de la rotation sont des pistes d'amélioration.
Pour Terre de lin, la récolte 2024 sera déterminante

Pour l'exercice 2022-2023, les liniculteurs vont approcher une recette de 7 500 euros de l'hectare. Mais cette situation…

Affiche poster Normandie Vibes
Sia 2024 : « une belle occasion de présenter nos spécificités normandes »

Sur le stand de la Normandie inauguré le 26 février l’accent sera mis sur l’importance du bien manger. Au menu de cette…

Bruno Ledru, président de la FNSEA 76.
De l’action revendicative nous allons maintenant entrer dans la construction avec le préfet

Alors que les agriculteurs sortent à peine d’une période intense de mobilisation, Bruno Ledru, président de la FNSEA 76…

Conférence de presse des présidents FNSEA-JA, le 13 février au soir.
« Ni défiance, ni complaisance »

Les présidents de la FNSEA et JA, Arnaud Rousseau et Arnaud Gaillot, ont rencontré le Premier ministre Gabriel Attal le 13…

« C’est une passion pour nous de participer aux concours »

Adhérent à l’AS76, Corentin Godefroy, polyculteur-éleveur lait à Saumont-la-Poterie, est accompagné et suivi par le centre de…

Les animaux doivent être contenus par des clôtures entretenues sous peine de sanctions.
Animaux divagants : plus d’un incident par semaine

SNCF Réseau Normandie vient de rencontrer la Chambre d’agriculture pour alerter sur les trop fréquentes divagations d’animaux…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole