Aller au contenu principal

Foncier : le GFA une solution d’avenir ?

Le 28 septembre 2023, les présidents des sections départementales des fermiers et métayers se sont retrouvés pour évoquer de multiples sujets comme le Groupement foncier agricole (GFA), l’indice de fermage ou encore le PLOAA, ceci sous la présidence de Sébastien Delafosse.

Le fauchage du chanvre textile avec une faucheuse Hyler.
© Terre de Lin

Tous les ans, les présidents des sections départementales des fermiers et métayers de la FNSEA ont pour habitude de se retrouver à la rentrée. Ce fut chose faite le 28 septembre dernier dans les locaux de la FNSEA à Paris, sous la présidence de Sébastien Delafosse. L’occasion pour les 70 présidents présents de faire le tour de l’actualité et remonter les problématiques locales.

Faciliter l’installation des jeunes

Plus précisément, la Section nationale des fermiers et métayers (SNFM) a planché principalement sur le Groupement foncier agricole (GFA), un sujet important qui pourrait être un outil déployé dans le cadre du portage de foncier en vue « de faciliter l’installation et la transmission », précise Sébastien Delafosse. Les départements de la Marne et de l’Ain ont partagé leur expérience, notamment leur gestion du foncier avec leurs fermiers.
Créée en 1970, cette société civile spécifique à l’agriculture qu’est le GFA s’est implantée au fil du temps. On en compte 28 dorénavant répartis sur 2 550 ha, qui protègent le fermier et le foncier agricole. Son principe est simple : des investisseurs extérieurs s’associent pour acheter et louer du foncier à un fermier. Cela semble être un bon compromis d’entraide entre investisseurs et fermiers. « Le groupement acquiert alors les terres pour le compte du fermier en place qui ne peut acheter seul. Il peut également être sollicité pour faciliter l’installation d’un jeune », explique Antoine Bertin, de la Marne. « C’est un thème important pour l’avenir des jeunes, évoqué dans le Pacte et la loi d’orientation et d’avenir agricoles (PLOAA). Il nous faut trouver des solutions pour leur venir en aide. Il nous semble plus opportun pour les futurs installés d’investir dans leur outil de production que dans le foncier pour que leur outil soit viable économique et vivable », ajoute-t-il. Et la SNFM dénonce l’absence des problématiques du foncier dans la PLOAA.  

Lisser l’indice du fermage

L’indice de fermage a également été abordé. La dernière variation de l’indice national du fermage était de + 5,63 %. Cette augmentation est la résultante de la hausse du revenu brut d’exploitation agricole (RBEA) de l’année passée et des bons résultats agricoles. De manière à réduire les variations, la SNFM préconise « un tunnel » et ainsi de tendre vers un lissage des taux trop hauts certaines années, et difficilement absorbables pour les fermiers. 

Vigilance sur l’agrivoltaïsme

La SNFM reste aussi vigilante quant au développement des projets agrivoltaïques sur l’ensemble du territoire et travaille à la sécurisation du fermier sur les terres par l’intermédiaire d’un bail “agrivoltaïque”. Pour répondre à la demande sociétale, « nous n’avons d’autres choix que de faire de la production au sol », indique le président national. « Bien sûr, il est facile de poser des panneaux au sol sur des terres agricoles, et heureusement, la loi impose une production agricole dessous. Mais sécuriser le fermier en place qui a un bail répondant aux obligations du statut du fermage est impératif », indique-t-il. « Il nous faudra trouver une solution pour protéger le fermier, faire entendre notre voix pour faire respecter le statut du fermage », poursuit-il. « C’est ainsi qu’on trouvera un équilibre entre production alimentaire et production d’énergie sur nos territoires », conclut-il. •

 

Congrès national

Le 76e congrès national de la SNFM se tiendra les mercredi 31 janvier et jeudi 1er février 2024 en Seine-Maritime. Il sera précédé de la traditionnelle commission viticole et cultures pérennes le 30 janvier. Le thème de la table ronde portera sur “le bail cessible : une opportunité”.  Si le thème a déjà été abordé, il s’agit de trouver les solutions pour le rendre « attractif », dixit Sébastien Delafosse.  

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Pour une production de lin en quantité et en qualité

Pour le devenir de la filière, il sera fondamental de récolter de la graine de lin en quantité cette année. Tel est le message…

MécaLive : penser la mécanisation différemment

Le 16 mai à Beuzevillette, plus de 1 200 visiteurs ont arpenté les allées de MécaLive, l’événement “machinisme” organisé par…

Remarquable vitrine de l’élevage, le Comice agricole de Forges-les-Eaux est l’occasion  pour les éleveurs de se distinguer en montrant tout leur savoir-faire et de faire connaître les métiers de l’élevage.
150e édition du Comice agricole

Tradition bien vivante, le Comice agricole de Forges-les-Eaux fête ce week-end son 150e anniversaire. Rendez-…

Concours interrégional Grand Ouest de blondes d’Aquitaine. 53 éleveurs ont soumis leurs animaux aux jugements de Peter Thissen et Thierry Bouas.
Comice agricole de Forges-les-Eaux : les temps forts et coulisses de l’édition 2024

Pour cette 150e édition du Comice agricole de Forges-les-Eaux des 1er et 2 juin, quelques 6 500 personnes sont venues à…

" Ce fut une campagne très éprouvante mais la betterave reste une chance dans nos régions. Savourons cet exercice de tous les records mais sachons rester humbles ", a souligné Olivier de Bohan, président du groupe Cristal Union.
La betterave revient dans la cour des grands

La campagne betteravière 2023-2024 a été définie comme la campagne des records par Samuel Crèvecœur, président de la section…

Nicolas Roux accompagnera son père au concours interrégional blonde d’Aquitaine qui revient à Forges-les-Eaux après 10 ans d’absence.
Plus de 150 animaux au concours interrégional blonde d’Aquitaine

Pascal Roux et son fils Nicolas participeront au concours interrégional blonde d’Aquitaine du Grand Ouest qui débutera dès le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole