Aller au contenu principal

Du colza associé à des plantes compagnes pour un gain avéré

Semer des légumineuses dans le colza est une pratique qui se répand. Gain en rendement et économie d’azote sont les principaux avantages. La Groupe Carré abordait le sujet lors d’une journée technique le 22 juin, sur sa ferme pilote de Gouy-sous-Bellone (62).

colza associé à des plantes compagnes
© Cérience

Trois quintaux par hectare de plus en moyenne, et 30 unités d’azote économisées. Comptez aussi sur une amélioration de l’exploitation racinaire, une diminution du risque altises et méligèthes, du nombre d’adventices, et donc une réduction de l’indice de fréquence de traitement (IFT). Ce sont les résultats qui se dégagent des essais que mènent le négoce nordiste Groupe Carré (62), et le semencier Cérience, sur le colza associé à des plantes compagnes. Comptez entre 30 et 60 euros/ha de semences certifiées selon les espèces choisies, pour 30 à 130 euros/ha de marge supplémentaire. La technique est donc vite rentable au vu de ses bénéfices. Mais ces résultats dépendent cependant d’une technique bien maîtrisée.
Première étape : réussir le semis. « Il faut pouvoir semer le plus tôt possible après la moisson, idéalement avant une pluie annoncée », préconise-t-on au Groupe Carré. Le facteur limitant, pour le semis de plantes compagnes, est alors le matériel. Le plus adapté est un semoir double trémie pour un semis en un seul passage : une trémie pour le colza, l’autre pour la plante compagne. Avec une simple trémie, le semis en un seul passage peut aussi être envisagé, avec un mélange colza-plante compagne bien dosé. Un semis des plantes compagnes au semoir à céréales, puis un semis du colza cinq jours plus tard au semoir à précision se pratique également. La nutrition optimale du colza devra alors être assurée pour une bonne levée : « Un apport de phosphore au semis, ainsi que de fertilisant minéral ou organique sont des facteurs favorables à l’obtention d’un colza robuste ».
Quelles espèces choisir ? Des légumineuses essentiellement, pour leur apport d’azote. « Les espèces sont choisies au regard de leur facilité d’implantation et de destruction ». Selon les pratiques de l’agriculteur, telle espèce sera plus judicieuse qu’une autre. La fèverole est plébiscitée, mais la lentille et le fenugrec sont également appréciés pour leur précocité et leur vulnérabilité au gel. 
Autres critères de choix : la rapidité de croissance à l’automne, ou encore la puissance du système racinaire pour lutter contre l’hydromorphie. Le semencier Cerience propose un mélange avec 50 % de trèfle d’Alexandrie et 50 % de fenugrec, à semer entre 5 et 10 kg/ha.

Un désherbage raisonné

L’association de plantes compagnes nécessite d’adapter les programmes de désherbage classiques du colza, tout particulièrement les interventions antidicotylédones. « Le risque est de détruire la plante compagne avant qu’elle ne soit suffisamment développée pour bénéficier au colza. » La technique est donc à réserver pour des parcelles relativement propres. La destruction du couvert, elle, se fait en général en entrée d’hiver, par voie chimique. •

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Frédéric Van Gansberghe, président de Futerro, et Olivier Leducq, directeur général de l'usine Tereos de Lillebonne, lors de la signature du partenariat le 11 avril à Gruchet-le-Valasse.
Tereos : ouverture d'un marché de 150 000 tonnes de dextrose par an

Le groupe coopératif a conclu le 11 avril un partenariat avec l'industriel belge Futerro qui doit ouvrir son usine de…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Donner de la lisibilité aux producteurs bio était l'objectif de la journée.
Porter collectivement des pistes pour améliorer la situation du bio

La Chambre d'agriculture a organisé une journée spéciale le 12 avril au lycée agricole d'Yvetot pour donner des perspectives…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole