Aller au contenu principal

Agriculteur en difficulté : oser demander de l’aide.

Problèmes économiques, soucis personnels : Parfois, on traverse une mauvaise passe. A l’Atex ou à la MSA, des conseillers sont formés pour aider à s’en sortir. A condition de les solliciter.

file-alt-64149
L’Atex ou la MSA accompagnent et soutiennent les agriculteurs en difficulté.
© C.B.

Comment garder le cap quand on n’arrive plus à vivre de son métier ? « Un jour de septembre 2017, un de mes fournisseurs m’a dit : je veux mon argent ! Mais moi, je n’avais pas la trésorerie. Nous étions en pleine crise laitière et j’avais accumulé les dettes. » rappelle Paul Dupont*, éleveur laitier en Normandie, qui produit 400 000 l de lait par an. La situation bascule vite. « J’ai contacté ma conseillère de gestion pour trouver une solution. Elle m’a rapidement orienté vers l’Atex, où j’ai obtenu un rendez-vous ». Le conseiller de l’association réalise alors un audit global de l’exploitation : historique, contexte social, résultats technico-économiques et financiers. Un plan d’action est établi avec l’agriculteur pour sortir de la situation.

Ses conclusions dressent une situation pas catastrophique mais provoque une grosse colère de la part de l’éleveur : « vous voulez prendre ma place ? » lance-t-il. Paul Dupont est menacé d’une coupure d’eau et ne peut plus faire face à ses besoins alimentaires. A sa situation économique s’ajoute sa situation personnelle. L’agriculteur est récemment séparé et alterne la garde de ses 3 enfants. Il décroche et entame alors une sévère dépression. « J’ai choisi mon métier mais je n’avais pas pris de vacances depuis 10 ans, sans gagner ma vie. On est gagné par un énorme sentiment de solitude » explique l’éleveur, qui bénéficiera d’un suivi psychologique et restera 9 mois sous antidépresseurs. « Heureusement, des gens ont été là pour m’aider » relève-t-il et souligne notamment le travail de la MSA.« J’ai fait la connaissance d’une assistante sociale. » « A la MSA, nous avons un dispositif très réactif pour prévenir la crise suicidaire et c’est dans ce contexte que je suis très vite intervenue » explique Brigitte Rault, assistante sociale à la MSA de Haute-Normandie. Paul Dupont exprimait des idées noires. « Une visite à domicile m’a permis de faire connaissance, d’évaluer sa situation tout en créant un climat de confiance. Je lui ai proposé un soutien et de l’aide. » Il se voit par exemple proposer un séjour répit de5 jours à Cabourg (Centre AVMA de la MSA), pour souffler en famille. « C’est une pause très bien pensée, avec du temps pour nous, beaucoup de visites, un soutien et un regard » commente l’agriculteur. Paul Dupont est parti l’esprit libre : durant son absence, le travail de traite a été confié à un agent du services de remplacement.

Un conseiller de l’Atex accompagne encore Paul et lui rend visite régulièrement. L’association l’encourage à poursuivre son activité. « Ils regardent où en est ma situation financière » commente l’agriculteur. Aujourd’hui encore, si la trésorerie reste un problème, un prêt de restructuration de sa dette a été accordé par sa banque. « Sur le plan technique, je ne suis pas trop mauvais, alors mes marges de manœuvre sont quasiment nulles ». « Son savoir-faire est bon. C’est un agriculteur qui valorise très bien l’herbe sur son exploitation ce qui lui permet d’obtenir un coût alimentaire très faible » développe Xavier Larchevêque. « De plus en plus souvent, les agriculteurs attendent beaucoup trop avant de nous appeler. Heureusement, dans ce dossier, l’agriculteur a actionné les bonnes alarmes. Notre présence apporte de la clarté au dossier, ce qui favorise les relations avec les fournisseurs et la banque. »

Si Paul regarde devant lui, positive et parle de sa situation avec recul, le quotidien reste difficile. La banque prend les précautions nécessaires pour ne pas mettre davantage l’agriculteur en difficulté. « Le Crédit agricole a décidé de m’épauler mais a un regard sur tout ce que je fais et décide. Ça reste très dur à vivre ». Brigitte Rault et Xavier Larchevêque restent à son écoute afin de l’accompagner au redressement de sa situation.

* Le prénom et le nom ont été changés.

 

Atex, appui technique et economique aux exploitations agricoles.Tel : 02.32.78.80.20

Msa, service social.Tel : 02.35.10.42.35.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole