Aller au contenu principal

Une petite filière de houblon normand se développe

L’association Houblons de Normandie s’active pour qu’une production de houblon bio se développe dans notre région.


Le nombre de brasseries artisanales normandes a explosé ces dernières années. Certaines souhaiteraient s’approvisionner localement en houblon mais, pour le moment, il provient majoritairement d’Allemagne et d’Amérique du Nord qui sont les plus gros producteurs.
Toutefois, une petite filière de houblon normand se développe tranquillement afin de répondre à quelques micro-brasseries en recherche de matières premières locales.

Une jeune association
Une association normande est née en 2019, qui regroupe aujourd’hui 90 membres : une soixantaine de brasseurs, huit producteurs de houblon et des passionnés de bière. Elle est animée par Guillaume Mesnildrey de la Chambre d’agriculture de Normandie.
« Houblons de Normandie a trois grands objectifs : représenter le houblon normand auprès de FranceAgriMer, accueillir et accompagner les porteurs de projets, apporter des références technico-économiques en participant à des essais de variétés, mettre en relation houblonniers et brasseurs, et coordonner la commercialisation du houblon normand de qualité », explique Benoît Lamy, président de l’association, producteur de houblon et agriculteur dans le Calvados.
Le houblon français est produit majoritairement en Alsace (470 hectares) et dans le Nord (30 ha), et 85 % de cette production française est exportée. « Quelques brasseurs normands aimeraient acheter du houblon produit localement mais les quantités produites aujourd’hui sont trop faibles.  Pour couvrir les besoins en Normandie, il faudrait produire sur le territoire environ 20 tonnes, ce qui représente 20 ha. Aujourd’hui, au sein de l’association il y a environ 4 ha ».
Benoît Lamy a planté 1,30 ha chez lui. Il a 13 variétés choisies en fonction de leur disponibilité, du climat, des attentes des brasseurs. « Aujourd’hui, le problème majeur pour mettre en place une production de houblon est le financement et la main-d’œuvre.  L’implantation du premier hectare coûte 100 000 euros, compte tenu du matériel spécifique à avoir. Chaque hectare suivant coûte environ 20 000 euros. Il faut également beaucoup de main-d’œuvre pour la mise en place de l’houblonnière. Un hectare c’est plus de 4 km de câbles, plus de 80 poteaux de 5 m de haut, 3 km de ficelle, environ 2 000 pieds de houblon. Je conseille à ceux qui veulent se lancer de faire un petit essai dans un coin du jardin, planter quelques pieds pour se faire la main ».
L’association organise sur deux jours une initiation à la culture du houblon avec Houblon de France. Elle intéresse des agriculteurs qui souhaitent se diversifier, des brasseurs, des gens qui font une reconversion professionnelle avec retour à la terre. Des sessions vont se mettre en place en 2022. •

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Paiements couplés bovins : quels changements en 2023 ?
L’aide couplée aux bovins est sans aucun doute celle qui a connu le plus de bouleversements. Elle fusionne les aides aux bovins…
Dégrèvement de la taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFNB) : les précisions
À la demande de la FNSEA 76, de JA 76 et de la Chambre d’agriculture, et compte tenu de la sécheresse estivale, le préfet de…
« Il est urgent de s’organiser collectivement pour mener une lutte efficace et responsable »
Au vu du nombre de foyers de grippe aviaire qui se sont multipliés, le niveau de risque a été relevé il y a quelques jours sur…
Influenza aviaire : trois zones de contrôles temporaires dans le 76
Des cygnes morts à Saint-Aubin-le-Cauf, un goéland trouvé mort à Octeville-sur-Mer ainsi qu’une basse-cour touchée à Anneville-…
Table ronde sur la décarbonation lors du Sima 2022
La décarbonation passera par le mix énergétique
La FNSEA a organisé le 7 novembre sur le Sima une table-ronde sur le thème du machinisme agricole face aux enjeux de la…
« Le vin normand, il faut l’inventer ! »
« Que le vin coule à flot ! » Ce dicton deviendra peut-être une vérité ces prochaines années dans les plaines normandes. La…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 288 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole