Aller au contenu principal

Une petite filière de houblon normand se développe

L’association Houblons de Normandie s’active pour qu’une production de houblon bio se développe dans notre région.


Le nombre de brasseries artisanales normandes a explosé ces dernières années. Certaines souhaiteraient s’approvisionner localement en houblon mais, pour le moment, il provient majoritairement d’Allemagne et d’Amérique du Nord qui sont les plus gros producteurs.
Toutefois, une petite filière de houblon normand se développe tranquillement afin de répondre à quelques micro-brasseries en recherche de matières premières locales.

Une jeune association
Une association normande est née en 2019, qui regroupe aujourd’hui 90 membres : une soixantaine de brasseurs, huit producteurs de houblon et des passionnés de bière. Elle est animée par Guillaume Mesnildrey de la Chambre d’agriculture de Normandie.
« Houblons de Normandie a trois grands objectifs : représenter le houblon normand auprès de FranceAgriMer, accueillir et accompagner les porteurs de projets, apporter des références technico-économiques en participant à des essais de variétés, mettre en relation houblonniers et brasseurs, et coordonner la commercialisation du houblon normand de qualité », explique Benoît Lamy, président de l’association, producteur de houblon et agriculteur dans le Calvados.
Le houblon français est produit majoritairement en Alsace (470 hectares) et dans le Nord (30 ha), et 85 % de cette production française est exportée. « Quelques brasseurs normands aimeraient acheter du houblon produit localement mais les quantités produites aujourd’hui sont trop faibles.  Pour couvrir les besoins en Normandie, il faudrait produire sur le territoire environ 20 tonnes, ce qui représente 20 ha. Aujourd’hui, au sein de l’association il y a environ 4 ha ».
Benoît Lamy a planté 1,30 ha chez lui. Il a 13 variétés choisies en fonction de leur disponibilité, du climat, des attentes des brasseurs. « Aujourd’hui, le problème majeur pour mettre en place une production de houblon est le financement et la main-d’œuvre.  L’implantation du premier hectare coûte 100 000 euros, compte tenu du matériel spécifique à avoir. Chaque hectare suivant coûte environ 20 000 euros. Il faut également beaucoup de main-d’œuvre pour la mise en place de l’houblonnière. Un hectare c’est plus de 4 km de câbles, plus de 80 poteaux de 5 m de haut, 3 km de ficelle, environ 2 000 pieds de houblon. Je conseille à ceux qui veulent se lancer de faire un petit essai dans un coin du jardin, planter quelques pieds pour se faire la main ».
L’association organise sur deux jours une initiation à la culture du houblon avec Houblon de France. Elle intéresse des agriculteurs qui souhaitent se diversifier, des brasseurs, des gens qui font une reconversion professionnelle avec retour à la terre. Des sessions vont se mettre en place en 2022. •

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Pissy-Pôville se prépare au Festival de la terre 2022
Petite commune de près de 1 300 habitants, idéalement situées à quelques kilomètres de Rouen (15 km), Pissy-Pôville se prépare le…
abricotiers
Fruits d’été : face aux GMS, les producteurs brandissent la menace de l’agroécologie

L’AOP Pêches et abricots de France menace de «suspendre» certains projets agroécologiques (vergers écoresponsables,…

Dans le marais, la fauche réglementée a un goût amer
Dans la réserve naturelle de l’estuaire de la Seine, les agriculteurs sont contraints de respecter une réglementation quant à la…
Prix du lait : le compte n’y est vraiment pas
Alors que la hausse des prix du lait a tardé à s’enclencher, la mécanique se grippe et les principaux opérateurs de la filière…
Foncier : le ministère publie le prix des terres par région agricole pour 2021

Le barème indicatif de la valeur vénale moyenne des terres agricole en 2021 est paru au Journal officiel le 7 août.…

Le colza érucique : les mérites d’une filière maîtrisée et locale
Avec 45 % de teneur minimale en acide érucique, l’huile de ce colza est destinée au marché de l’oléochimie (détergent, solvant,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 288 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole