Aller au contenu principal

Une petite filière de houblon normand se développe

L’association Houblons de Normandie s’active pour qu’une production de houblon bio se développe dans notre région.


Le nombre de brasseries artisanales normandes a explosé ces dernières années. Certaines souhaiteraient s’approvisionner localement en houblon mais, pour le moment, il provient majoritairement d’Allemagne et d’Amérique du Nord qui sont les plus gros producteurs.
Toutefois, une petite filière de houblon normand se développe tranquillement afin de répondre à quelques micro-brasseries en recherche de matières premières locales.

Une jeune association
Une association normande est née en 2019, qui regroupe aujourd’hui 90 membres : une soixantaine de brasseurs, huit producteurs de houblon et des passionnés de bière. Elle est animée par Guillaume Mesnildrey de la Chambre d’agriculture de Normandie.
« Houblons de Normandie a trois grands objectifs : représenter le houblon normand auprès de FranceAgriMer, accueillir et accompagner les porteurs de projets, apporter des références technico-économiques en participant à des essais de variétés, mettre en relation houblonniers et brasseurs, et coordonner la commercialisation du houblon normand de qualité », explique Benoît Lamy, président de l’association, producteur de houblon et agriculteur dans le Calvados.
Le houblon français est produit majoritairement en Alsace (470 hectares) et dans le Nord (30 ha), et 85 % de cette production française est exportée. « Quelques brasseurs normands aimeraient acheter du houblon produit localement mais les quantités produites aujourd’hui sont trop faibles.  Pour couvrir les besoins en Normandie, il faudrait produire sur le territoire environ 20 tonnes, ce qui représente 20 ha. Aujourd’hui, au sein de l’association il y a environ 4 ha ».
Benoît Lamy a planté 1,30 ha chez lui. Il a 13 variétés choisies en fonction de leur disponibilité, du climat, des attentes des brasseurs. « Aujourd’hui, le problème majeur pour mettre en place une production de houblon est le financement et la main-d’œuvre.  L’implantation du premier hectare coûte 100 000 euros, compte tenu du matériel spécifique à avoir. Chaque hectare suivant coûte environ 20 000 euros. Il faut également beaucoup de main-d’œuvre pour la mise en place de l’houblonnière. Un hectare c’est plus de 4 km de câbles, plus de 80 poteaux de 5 m de haut, 3 km de ficelle, environ 2 000 pieds de houblon. Je conseille à ceux qui veulent se lancer de faire un petit essai dans un coin du jardin, planter quelques pieds pour se faire la main ».
L’association organise sur deux jours une initiation à la culture du houblon avec Houblon de France. Elle intéresse des agriculteurs qui souhaitent se diversifier, des brasseurs, des gens qui font une reconversion professionnelle avec retour à la terre. Des sessions vont se mettre en place en 2022. •

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole