Aller au contenu principal

Surmonter les obstacles à la lutte contre le puceron sur betterave

Le Contrat de solutions comprend 45 partenaires agricoles engagés ensemble pour trouver des solutions concrètes, efficaces et durables pour protéger les cultures. Aujourd’hui, plus de 100 solutions sont déjà disponibles pour réduire l’utilisation et l’impact des produits phytosanitaires. Allons voir du côté des moyens de lutte contre
les pucerons, vecteurs de jaunisses virales sur betterave.

Un OAD, gratuit et accessible sur le site de l’ITB, permet de suivre l’évolution du risque d’infestation.
© J.-C. Gutner

Les évolutions récentes, notamment réglementaires, ont amené les agriculteurs à repenser leurs systèmes de cultures et leurs itinéraires techniques afin de pallier les difficultés agronomiques rencontrées. Innovation variétale, technicité, digitalisation et pratiques agronomiques de pointe sont devenues des outils essentiels pour les agriculteurs. L’interdiction des néonicotinoïdes ne fait pas exception. Elle a rendu la lutte contre les pucerons, notamment en culture de betterave, complexe et souvent moins efficace.
En effet, les pucerons sont vecteurs de jaunisses virales qui entraînent des dégâts considérables en culture de betterave avec un impact direct sur la production et les rendements.

Remplacer les traitements de semences

Avec l’interdiction des néonicotinoïdes, il est maintenant fortement recommandé de compléter ou de remplacer les traitements de semences par de nouveaux traitements en végétation accompagnés d’actions prophylactiques (ex. : gestion de déterrage pour limiter les réservoirs de virus au semis). Ces évolutions ont engendré de nouvelles difficultés pour les agriculteurs. Il est notamment difficile pour eux de savoir quand positionner au mieux les traitements et le risque d’apparition de résistances est élevé.
Afin de dompter ces obstacles, un outil d’aide à la décision (OAD), gratuit et accessible sur le site de l’Institut technique de la betterave (ITB), a été créé en 2019. Comme le décrit la fiche 73 du Contrat de solutions de la FNSEA, “Alerte pucerons” se présente sous la forme d’une carte interactive qui permet à l’agriculteur de suivre l’évolution du risque d’infestation dans son secteur géographique. La couleur des points correspond au nombre de traitements préconisés en fonction du risque de transmission de la jaunisse par les pucerons dénombrés sur le terrain. Pour un suivi précis de la situation, cette carte est mise à jour dès la saisie de nouvelles observations (pour la plupart hebdomadaires).

Prioriser avant tout les chantiers

Grâce à cet OAD, il est plus facile pour l’agriculteur de prioriser ses chantiers et de planifier le moment le plus opportun pour déclencher une intervention dans ses parcelles. Le nombre de traitements peut ainsi être diminué d’un à deux suivant les conditions de l’année, soit une économie de 40 à 100 euros/ha par rapport aux trois traitements systématiques théoriques.
Autre avantage non négligeable, le risque d’apparition de résistances réduit avec le nombre de traitements aphicides.
Une meilleure appropriation et diffusion sont nécessaires pour que cet outil se généralise chez les planteurs de betterave. D’autant plus qu’il y a du neuf dans l’air ! L’ITB et Inrae travaillent actuellement sur le caractère prédictif de l’outil afin d’estimer les dates de dépassement des seuils de risques en fonction des variables climatiques locales. •
 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Frédéric Van Gansberghe, président de Futerro, et Olivier Leducq, directeur général de l'usine Tereos de Lillebonne, lors de la signature du partenariat le 11 avril à Gruchet-le-Valasse.
Tereos : ouverture d'un marché de 150 000 tonnes de dextrose par an

Le groupe coopératif a conclu le 11 avril un partenariat avec l'industriel belge Futerro qui doit ouvrir son usine de…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Donner de la lisibilité aux producteurs bio était l'objectif de la journée.
Porter collectivement des pistes pour améliorer la situation du bio

La Chambre d'agriculture a organisé une journée spéciale le 12 avril au lycée agricole d'Yvetot pour donner des perspectives…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole