Aller au contenu principal

Sanitaire : vigilance IBR

La rhinotrachéite infectieuse bovine (IBR) peut contaminer très rapidement tout un élevage. Explication.

Le virus est transmis par les sécrétions nasales, puis il reste présent à vie dans l’animal, bloqué par l’immunité.
© GDMA 76

L’IBR est due à un herpès virus dont l’animal ne pourra jamais se débarrasser (virus de la même famille que celle du “bouton de fièvre”). Cette maladie est réglementée depuis 2006, elle est donc soumise à un dépistage obligatoire et pénalise fortement l’économie d’un élevage non indemne.

Un animal contaminé restera porteur du virus toute sa vie

Le virus est transmis par les sécrétions nasales, puis il reste présent dans l’animal, bloqué par l’immunité. L’animal est “porteur latent” du virus. Un stress (autre maladie, allotement, vêlage, etc.) peut alors permettre la recirculation du virus dans l’organisme. Cette recirculation peut être à l’origine d’une transmission très importante à de nouveaux animaux au sein du troupeau. Bien souvent, l’animal réexcrète du virus mais ne présente aucun signe clinique : un grand nombre d’animaux peut être contaminé sans qu’on ne le sache ! L’ampleur de la contamination d’un cheptel peut rapidement être proche de 100 % si les conditions favorables sont réunies (contacts rapprochés, bâtiment fermé, stress/symptômes qui entraînent une excrétion accrue).
Attention, la transmission du virus peut aussi se faire par les airs sur une distance supérieure à 30 m ! De plus, il faut être vigilant au matériel contaminé par des sécrétions nasales : bétaillère, couloir, parc. Il est peu résistant sur ce type de surface mais si des animaux touchent peu de temps après du matériel contaminé, le risque est très élevé. 
Les principales voies de contamination sont donc : des bovins en divagation, du matériel en commun, des achats, des contacts étroits de voisinage.

Une réglementation stricte

Chaque élevage a un statut défini vis-à-vis de l’IBR. Ce statut implique un dépistage sérologique tous les six mois en laitier (lait de tank) ou tous les ans en atelier allaitant. De même, en cas d’achat, il est obligatoire de faire une prise de sang quinze jours minimum après l’arrivée d’un bovin (sauf en cas de dérogation : transport direct sans rupture de charge depuis une exploitation indemne).
En cas de circulation d’IBR, l’élevage devient non indemne. Il ne peut plus vendre ses animaux dans un élevage indemne ; seulement dans des ateliers dérogatoires (sous conditions), à la boucherie ou dans certains pays. En concertation avec l’éleveur, le vétérinaire et le GDMA, un plan de lutte est élaboré, adapté à chaque situation. Une vaccination des animaux positifs, voire de l’ensemble du troupeau doit être instaurée afin d’éviter une circulation virale dans le troupeau. 
Les restrictions commerciales, les actes vétérinaires (dépistage et/ou vaccination), la réforme anticipée ainsi que les pertes liées aux cas cliniques font de cette maladie une contrainte économique majeure pour un élevage. C’est également une grande source de stress, et une perte de temps pour trier les bovins et organiser les différents actes de prophylaxie.

La Situation en Seine-Maritime

La Seine-Maritime compte une quarantaine d’élevages en situation nécessitant un plan de surveillance accru concernant l’IBR. Cette année, grâce aux efforts conjoints des éleveurs concernés, des vétérinaires et du GDMA, plusieurs élevages ont pu sortir de cette situation et acquérir un statut indemne ; tandis que d’autres sont en passe de sortir de cette situation. Cependant, au vu de la grande contagiosité de cette maladie, il faut rester extrêmement vigilant pour éviter de nouvelles contaminations. Bien souvent, la divagation de bovins est la première cause de contamination, soyons vigilants. • 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Pour une production de lin en quantité et en qualité

Pour le devenir de la filière, il sera fondamental de récolter de la graine de lin en quantité cette année. Tel est le message…

MécaLive : penser la mécanisation différemment

Le 16 mai à Beuzevillette, plus de 1 200 visiteurs ont arpenté les allées de MécaLive, l’événement “machinisme” organisé par…

Remarquable vitrine de l’élevage, le Comice agricole de Forges-les-Eaux est l’occasion  pour les éleveurs de se distinguer en montrant tout leur savoir-faire et de faire connaître les métiers de l’élevage.
150e édition du Comice agricole

Tradition bien vivante, le Comice agricole de Forges-les-Eaux fête ce week-end son 150e anniversaire. Rendez-…

Concours interrégional Grand Ouest de blondes d’Aquitaine. 53 éleveurs ont soumis leurs animaux aux jugements de Peter Thissen et Thierry Bouas.
Comice agricole de Forges-les-Eaux : les temps forts et coulisses de l’édition 2024

Pour cette 150e édition du Comice agricole de Forges-les-Eaux des 1er et 2 juin, quelques 6 500 personnes sont venues à…

" Ce fut une campagne très éprouvante mais la betterave reste une chance dans nos régions. Savourons cet exercice de tous les records mais sachons rester humbles ", a souligné Olivier de Bohan, président du groupe Cristal Union.
La betterave revient dans la cour des grands

La campagne betteravière 2023-2024 a été définie comme la campagne des records par Samuel Crèvecœur, président de la section…

Nicolas Roux accompagnera son père au concours interrégional blonde d’Aquitaine qui revient à Forges-les-Eaux après 10 ans d’absence.
Plus de 150 animaux au concours interrégional blonde d’Aquitaine

Pascal Roux et son fils Nicolas participeront au concours interrégional blonde d’Aquitaine du Grand Ouest qui débutera dès le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole