Aller au contenu principal

Prendre en compte la santé physique et mentale au travail

La santé au travail fait partie des axes abordés par le réseau mixte technologique travail en élevage sur la période 2014-2019. Cinq grandes thématiques sur le sujet ont été recensées.

file-alt-64340
© J. C. Gutner


Bien que les risques portant atteinte à la santé physique et psychologique des éleveurs soient réels, sa préservation n’est pas toujours leur priorité. Le réseau mixte technologique (RMT) travail en élevage 2014/2019 s’est donc intéressé au sujet à travers cinq grands axes. « La première étude, menée par des étudiants d’AgroSup Dijon, s’est penchée sur la façon dont est abordée cette question dans le cadre de l’enseignement agricole. En effet, la formation initiale apparait comme une période privilégiée pour sensibiliser les futurs éleveurs aux risques professionnels », souligne Thierry Bellec de la chambre d’agriculture de Bretagne et co-animateur avec Gabrielle Sicard (InterAfocg) de l’axe santé du RMT. Il ressort de ce travail que la santé physique est plutôt bien abordée dans les référentiels de l’enseignement agricole. « La santé morale est, quant à elle, approchée par le biais d’initiatives pédagogiques novatrices variées, expliquées par l’enseignant à partir de sa propre expérience et de sa sensibilité personnelle. Ce sujet est moins souvent traité que la santé physique et de façon moins informelle car peu formalisé dans les référentiels. Les apprenants sont, dans la plupart des cas, réceptifs aux messages liés à la santé sous toutes ses formes, même si, pour certains la notion d’invincibilité» domine. »

Une sensibilité, propre à chacun
Une autre étude, nommée Air éleveur, a permis de caractériser la manière dont les travailleurs perçoivent les risques liés à leur métier, de faire le point sur leur exposition aux poussières et aux gaz et d’en cerner les impacts sur leur santé. « Ainsi, si la plupart des éleveurs identifient des risques professionnels, leur attitude varie fortement entre ceux qui en ont une réelle conscience et prennent des mesures pour s’en protéger et ceux qui les dénient. Les résultats du projet seront rassemblés dans un guide de sensibilisation et de prévention avant la fin de l’année », observe Thierry Bellec.
Dans une démarche de prévention des risques psycho-sociaux afin d’aider les exploitants à mieux faire le lien entre travail et santé, à développer leur activité en conjuguant santé et performances et à trouver de nouvelles manières de faire, le projet Esopt (et si on parlait travail) a été mis en place et se poursuit jusqu’en 2020.
« Des entretiens ont également été conduits auprès de spécialistes ou non de la santé afin de connaître leur perception sur la santé au travail des éleveurs. Cinq profils ont ainsi pu être mis en lumière. En menant des actions en lien avec la santé, les techniciens pourraient être des lanceurs d’alerte, ce sujet étant l’affaire de tous. »

Santé, principale ressource  de la performance
Le dernier axe abordé sur cette thématique a permis de faire le lien entre santé et entreprise. « En effet, prendre en compte la santé dans le développement d’une activité de travail contribue à la pérennité de l’entreprise, à plus de fiabilité, à plus de qualité et ainsi à la production de la santé. »
Pour la troisième et dernière période 2020/2024 du RMT, quatre axes ont été retenus : les différentes formes d’organisation du travail, les relations sociales et sociétales, le travail en pratique, l’organisation collective du travail dans les territoires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole