Aller au contenu principal

Pommes de terre transformées : 35 millions d’euros demandés.

Comme désormais de coutume, la section pomme de terre de la FNSEA 76 s’est réunie ce vendredi 15 mai par téléphone pour faire un large tour d’horizon de l’actualité de la filière. La crise sanitaire touche aussi la pomme de terre et principalement le marché de la transformation.

file-alt-63661
La filière pomme de terre transformée cherche des marchés de dégagement pour écouler leurs stocks.
© JC GUTNER

Avec la fermeture de la restauration hors foyer, les principaux acteurs industriels ont vu leurs débouchés se fermer et donc, les stocks de pomme de terre en attente de transformation, grossir. La filière estime ainsi que plus de 450 000 tonnes sont stockées en France. L’union nationale des producteurs de pomme de terre (UNPT) mène actuellement une enquête auprès de producteurs pour affiner au mieux cette estimation et ainsi se retourner vers les pouvoirs publics pour trouver des leviers d’accompagnement. Car si les contrats sont majoritairement honorés par les industriels, les pommes de terre sont toujours en ferme. La profession cherche donc activement des marchés de dégagement. Certaines alternatives de valorisation des stocks ont été identifiées (alimentation du bétail, méthanisation, dons, filière amidon, etc.), et présentées aux pouvoirs publics français et européens. Mais, elles ne pourront être mises en œuvre sans un soutien financier public, évalué à 35 millions d’euros maximum pour le retrait de ces volumes. Pour Patrick Lecarpentier, président de la section, « si les producteurs de Seine-Maritime, essentiellement tournés vers le marché du frais sont à peu près préserver de cette crise, il faut absolument trouver des solutions de dégagements pour ceux qui en ont besoin et pour assurer l’équilibre global de la filière ». Ainsi, si des éleveurs recherchent des pommes de terre pour compléter leurs rations, « qu’ils prennent contact avec la FNSEA 76 pour que les mises en relation se fassent », ajoute-t-il. En pomme de terre comme dans d’autres filières, l’avenir est pour le moins incertain. Avec des surfaces emblavées équivalentes voire supérieures aux autres années, nul ne sait ce que sera le marché de la pomme de terre pour cette campagne 2020. Et même si les contrats passés sont en baisse, le report sur le marché libre du frais risque de peser sur l’ensemble des prix. En fin de réunion, les délégués présents ont acté le principe de réaliser à distance de vote du nouveau bureau de la section. Patrick Lecarpentier ne souhaitant pas se représenter, c’est David Deprez, agriculteur à Auppegard qui a été élu président.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Étienne Derycke devant la serre destinée aux particuliers.
Une installation aux premiers plants

Au mois de mars, JA Normandie a rencontré Étienne Derycke, récemment installé dans le bocage virois en production de plants…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole