Aller au contenu principal

Négociations commerciales : après la charte, la FNSEA et les JA demandent « des actes »

Les fédérations représentant les industriels et les distributeurs ont « toutes » signé la charte engageant leurs adhérents à respecter certains principes dans le cadre de la réouverture des contrats sur les tarifs des produits alimentaires, a annoncé le gouvernement à l'issue de la réunion de suivi des négociations commerciales le 31 mars. Les distributeurs prennent l'engagement « d'être souples » dans l'interprétation des clauses de renégociation et d'accepter de les déclencher « même lorsque les seuils ne sont pas atteints ». Ils s'engagent, par ailleurs, à ne pas appliquer de pénalités logistiques lorsque les fournisseurs font la démonstration que les perturbations rencontrées sont liées à la crise ukrainienne ou à l'influenza. De leur côté, les fournisseurs devront «faire preuve de transparence» et « justifier leurs demandes de hausse ». « En cas de manque d'offre, ils s'engagent à avertir les distributeurs et appliquer une clé de redistribution équitable » entre leurs clients, explique le cabinet du ministre. La possibilité d'étendre la charte aux produits non-alimentaires - une demande portée par l'Ilec (marques nationales) - sera étudiée lors d'une nouvelle réunion de suivi, la semaine prochaine.

Les syndicats attendent de voir

Après la signature, de la charte d'engagement sur la réouverture des contrats en aval, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA) exigent « des actes » de la part des distributeurs et attendent « des hausses de tarifs immédiates ». Les syndicats « ont martelé devant tous les acteurs la nécessité de ne pas éluder la situation économique vécue par les producteurs et étayée régulièrement par les données chiffrées et actualisées de FranceAgriMer ». Le même jour, Michel Édouard-Leclerc, déclarait chez nos confrères de RMC vouloir « maintenir des marqueurs de prix bas ». Des propos jugés « outranciers et indécents » par les syndicats. Ces derniers assurent que « demander des hausses de tarifs est aujourd'hui encore plus légitime qu'il y a trois mois », rappelant le niveau « historique » du prix des intrants. Ils estiment que le point de vue du distributeur est « bien le signe que certaines enseignes de la grande distribution n'ont toujours aucun scrupule à écraser leurs fournisseurs ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole