Aller au contenu principal

Les betteraves françaises sont malades.

La jaunisse gagne du terrain. Avec une perte estimée à 10 % du chiffre d’affaires pour les betteraviers, la filière se demande : « qui va payer ? ».

Le 8 juillet, les betteraviers ont lancé un cri d’alerte sur le « jaunissement » des champs de betteraves. « La situation agronomique se détériore très fortement », explique Franck Sander, président de la CGB. La maladie gagne du terrain chaque semaine du sud vers le nord et a maintenant atteint le département de l’Eure. Elle est donc aux portes de la Seine-Maritime. Conséquence pour les planteurs que dénonce la CGB, une baisse de 10 % de leurs revenus, soit 100 millions d’euros pour 26 000 agriculteurs français. Pour le syndicat, cela ne peut plus durer. Le retrait des néonicotinoïdes est responsable de cette situation.

 

Une météo favorable aux ravageurs

Les pucerons sont très nombreux cette année, pour diverses raisons, dont une météo qui leur est favorable. « Cela montre les limites des produits insecticides autorisés et utilisés ». Les symptômes de la maladie sont facilement repérables :  des feuilles jaunes et cassantes. Cela conduit à une perte d’efficacité de la photosynthèse et donc d’une perte de rendement dont pour l’instant, « nous n’avons pas de lisibilité ». La CGB évoque jusqu’à 50 % de baisse de rendement sur certaines parcelles. Et « pas de solution pour l’an prochain ». Le changement climatique avec des hivers plus doux et des printemps plus chauds conduisent à une pression forte des ravageurs dès le stade 2ème feuille. C’était le cas dans le département du Loiret dès avril. Le 25 mai, la région Centre était la première région à alerter, lorsque les betteraves ont commencé à jaunir. Les zones au sud de Paris sont celles qui sont le plus gravement touchées. « Jour après jour, la carte change de couleur », insiste Franck Sander. « L’Eure qui est en orange passe au rouge aujourd’hui ».La CGB a rappelé que la filière était déjà en grande difficulté avec la fermeture de plusieurs sucreries. Elle demande à rencontrer le nouveau ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, pour lui faire part de ses inquiétudes. Parmi les pistes, il y a bien la piste génétique mais elle n’aboutira pas avant plusieurs années, selon le syndicat. Pour rappel, 2018 était la dernière année où les néonicotinoïdes étaient autorisées et utilisées. En 2019, les deux produits autorisés -flonicamide et spirotetramate ont été utilisés, et il y a eu peu d’infestation. « Mais aujourd’hui, ces produits s’avèrent inefficaces ». De plus, la CGB ajoute que cela nécessite deux à quatre traitements par parcelle, contre zéro auparavant. Le surcoût par hectare a été chiffré à 80 euros. « Tout ceci pour une culture qui ne produit ni fleurs ni pollen, c’est donc un non-sens environnemental », martèle Franck Sander. La filière se retrouve dans une impasse technique et compte bien se faire entendre avec les preuves apportées par les photos des champs de 2020. Elle demande une solution efficace de protection pour les semis 2021 en enrobage de semences pour réduire les passages en plein champs ; un système d’indemnisations pour les sinistrés et un soutien public renforcé pour la recherche contre la jaunisse. La France n’est pas seule dans ce cas, la Suisse, le Royaume Uni et la Belgique sont également en grande difficulté face à la maladie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Comment maintenir les performances techniques du lin textile ? La génétique, le lin d'hiver, la structure des sols et une approche globale de la rotation sont des pistes d'amélioration.
Pour Terre de lin, la récolte 2024 sera déterminante

Pour l'exercice 2022-2023, les liniculteurs vont approcher une recette de 7 500 euros de l'hectare. Mais cette situation…

Affiche poster Normandie Vibes
Sia 2024 : « une belle occasion de présenter nos spécificités normandes »

Sur le stand de la Normandie inauguré le 26 février l’accent sera mis sur l’importance du bien manger. Au menu de cette…

Bruno Ledru, président de la FNSEA 76.
De l’action revendicative nous allons maintenant entrer dans la construction avec le préfet

Alors que les agriculteurs sortent à peine d’une période intense de mobilisation, Bruno Ledru, président de la FNSEA 76…

Conférence de presse des présidents FNSEA-JA, le 13 février au soir.
« Ni défiance, ni complaisance »

Les présidents de la FNSEA et JA, Arnaud Rousseau et Arnaud Gaillot, ont rencontré le Premier ministre Gabriel Attal le 13…

« C’est une passion pour nous de participer aux concours »

Adhérent à l’AS76, Corentin Godefroy, polyculteur-éleveur lait à Saumont-la-Poterie, est accompagné et suivi par le centre de…

Les animaux doivent être contenus par des clôtures entretenues sous peine de sanctions.
Animaux divagants : plus d’un incident par semaine

SNCF Réseau Normandie vient de rencontrer la Chambre d’agriculture pour alerter sur les trop fréquentes divagations d’animaux…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole