Aller au contenu principal

Le plan de relance, levier pour préserver la filière lin ?

Une délégation de trois députés français s’est rendue en Pologne début septembre et a pu constater le dynamisme de la filature de Safilin.

Dans le cadre du groupe de travail parlementaire sur la filière du lin face à la crise de la Covid-19, Xavier Batut, député de Seine-Maritime, accompagné de Séverine Gipson, députée de l’Eure, et de Jean-Marie Fiévet, député des Deux-Sèvres, s’est rendu en Pologne, du 1er au 3 septembre derniers, pour constater sur place le dynamisme de la filature Safilin, avec deux sites de production et 550 employés. La délégation parlementaire a d’abord été reçue à Varsovie, mardi 1er septembre, par Frédéric Billet, ambassadeur de France en Pologne, pour une rencontre très stimulante sur les enjeux de la filière du lin en France et plus largement en Europe. Le lendemain, les parlementaires et deux membres de la direction de la Confédération européenne du lin et du chanvre, sont allés à Szscytno pour visiter la filature au mouillé de l’entreprise Safilin. Cette entreprise française produit chaque année environ 3 000 tonnes de fil à destination des marchés mode et linge de maison.

 

Excellence du fil de lin européen

Les parlementaires ont également pu apprécier le savoir-faire de l’entreprise dans la préparation des fibres, produites dans des teillages de Normandie, des Hauts-de-France ou encore de Belgique, permettant à Safilin de proposer un produit unique et contribuant à l’excellence du fil de lin européen. « Safilin, une entreprise du groupe A. Salmon, porte actuellement des réflexions sur la relocalisation d’une partie de son activité de filature, en France, se réjouit Xavier Batut. Cette entreprise a très à cœur de répondre à l’intérêt croissant des consommateurs et des professionnels pour une meilleure traçabilité des produits textiles et pour une fibre naturelle respectueuse de l’environnement, ne nécessitant que peu d’intrants pour sa culture ». De plus, ce secteur nécessite de la main d’œuvre :« Filateur, ce n’est pas un métier, c’est une somme de savoir-faire » a souligné Olivier Guillaume, directeur de Safilin. La question de la formation a été abordée. De longs échanges ont également été tenus entre les députés et les représentants de la filière sur la nécessité de soutenir la recherche et le développement, notamment pour la fibre à destination technique. A leur retour, les parlementaires ont été reçu par Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture, pour travailler sur les attentes de la filière dans le cadre du plan de relance. Beaucoup d’attentes sur les difficultés de la filière devraient trouver des solutions dans la partie agricole du plan, par exemple, pour soutenir le stockage de paille chez les liniculteurs, soutenir l’innovation, et pour s’adapter aux évolutions climatiques... Au niveau textile, ce serait aussi une occasion de retrouver une souveraineté nationale avec la réimplantation de filature en France.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole