Aller au contenu principal

La souveraineté en production porcine menacée

Les producteurs de porcs s'interrogent sur leur avenir. Réunie le 5 janvier, la section porcine de la FRSEA a échangé sur les difficultés que la production connaît pour être acceptée.

Engraissement de porcs Label rouge sur paille.
© G. Lefèvre

Veut-on encore une production porcine en France ? Nombreuses sont les filières agricoles qui s'interrogent de la sorte. La production porcine n'y échappe pas et c'est à cette question que les membres de la section porcine de la FRSEA ont réfléchi. Car, si l'acceptation de la production et de ses contraintes par le voisinage n'est plus une découverte, la conjoncture économique devrait rendre les producteurs optimistes. Les cours permettent en effet de couvrir les coûts de production et d'investir pour moderniser ou rationaliser les élevages. Or, il s'avère que c'est sur le plan administratif que les freins sont mis à ces investissements, faute d'autorisation. Les producteurs mettent en cause certains excès de zèle de l'administration chargée des installations classées qui rejette des demandes au nom de manques mineurs aux dossiers d'autorisation. Les rejets successifs parviennent à décourager des producteurs qui finissent par jeter l'éponge et abandonner la production. De plus, le producteur doit mettre en œuvre les " meilleures techniques disponibles " et l'on comprend que chaque contrôle des installations classées, tous les trois ans, peut aboutir au retrait de l'autorisation ce qui place le producteur dans l'incertitude permanente quant à la poursuite de son activité.

Structures

La réglementation agricole elle-même ne favorise pas toujours le développement de la production porcine. En effet, le schéma directeur régional des exploitations agricoles, en calculant des équivalences en surface pénalise la production porcine : " si l'on produit les céréales pour nos aliments, nos surfaces agricoles sont comptées deux fois ", déplorent-ils. D'autant que la mise en place des dispositions de la loi Sempastous, qui encadre les mouvements de foncier sous forme de parts de société, impacte les producteurs de porcs dont l'activité est souvent le fait d'exploitations sociétaires.

IED

Enfin, les producteurs de porcs n'acceptent pas le compromis survenu en trilogue au niveau européen sur la directive sur les émissions polluantes (IED). En effet, " le compromis sacrifie les viandes blanches au profit des élevages de ruminants " estiment-ils. Cet accord entre la Commission, le Conseil des ministres, et le Parlement européen doit encore être ratifié en mars par le Parlement européen. Les producteurs de porcs demandent aux députés de rejeter le compromis qui abaisse les seuils d'autorisation et imposera, de facto lors de l'application du texte, des contraintes supplémentaires à de nombreux éleveurs. La défense de l'élevage est un sujet qui semble faire consensus dans les discours politiques. Pour les producteurs de porcs, il serait bon qu'il se traduise concrètement dans les décisions politiques et leur application administrative.•

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Pour une production de lin en quantité et en qualité

Pour le devenir de la filière, il sera fondamental de récolter de la graine de lin en quantité cette année. Tel est le message…

MécaLive : penser la mécanisation différemment

Le 16 mai à Beuzevillette, plus de 1 200 visiteurs ont arpenté les allées de MécaLive, l’événement “machinisme” organisé par…

Remarquable vitrine de l’élevage, le Comice agricole de Forges-les-Eaux est l’occasion  pour les éleveurs de se distinguer en montrant tout leur savoir-faire et de faire connaître les métiers de l’élevage.
150e édition du Comice agricole

Tradition bien vivante, le Comice agricole de Forges-les-Eaux fête ce week-end son 150e anniversaire. Rendez-…

Concours interrégional Grand Ouest de blondes d’Aquitaine. 53 éleveurs ont soumis leurs animaux aux jugements de Peter Thissen et Thierry Bouas.
Comice agricole de Forges-les-Eaux : les temps forts et coulisses de l’édition 2024

Pour cette 150e édition du Comice agricole de Forges-les-Eaux des 1er et 2 juin, quelques 6 500 personnes sont venues à…

" Ce fut une campagne très éprouvante mais la betterave reste une chance dans nos régions. Savourons cet exercice de tous les records mais sachons rester humbles ", a souligné Olivier de Bohan, président du groupe Cristal Union.
La betterave revient dans la cour des grands

La campagne betteravière 2023-2024 a été définie comme la campagne des records par Samuel Crèvecœur, président de la section…

Nicolas Roux accompagnera son père au concours interrégional blonde d’Aquitaine qui revient à Forges-les-Eaux après 10 ans d’absence.
Plus de 150 animaux au concours interrégional blonde d’Aquitaine

Pascal Roux et son fils Nicolas participeront au concours interrégional blonde d’Aquitaine du Grand Ouest qui débutera dès le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole