Aller au contenu principal

La sécurité au travail, l'affaire de tous

La MSA organisait jeudi 23 novembre une journée de sensibilisation sur la santé et la sécurité au travail, au lycée agricole d'Yvetot, à l'attention des exploitants agricoles en polycultures, des ETA et des Cuma.

C'est dans les locaux du lycée agricole à Yvetot que la MSA Haute-Normandie a organisé la journée professionnelle santé sécurité au travail en partenariat avec Enedis et les cercles d'échange. Plus de cent personnes s'y étaient inscrites, des employeurs venus seul ou avec un salarié, des salariés envoyés par leur employeur.
« Dans le métier il y a beaucoup de risques, sur l'exploitation, sur la route », énumère une agricultrice de Bréauté. « Cette journée permet de se remémorer les bases ». Sept ateliers étaient proposés par les équipes de prévention santé sécurité au travail de la MSA traitant des risques électriques, machine, troubles musculo squelettiques, routiers, de chutes en hauteur, chimiques et auxquels les participants se rendaient par petits groupes.

Des risques chimiques omniprésents
L'atelier sur les risques chimiques évoquait ceux rencontrés dans les ateliers de mécanique des exploitations agricoles. Entre le « coup de l'arc  » pour les yeux, la corrosivité de l'acide des batteries sur la peau, les émanations toxiques pour les poumons des gaz d'échappement, la vigilance est de mise. De nombreux produits, tels les dégrippants, les solvants, les diluants, les huiles et graisses usagées contiennent des substances identifiées comme cancérogène, mutagène ou toxiques pour la reproduction (CMR). « Pour évaluer son propre risque chimique, il faut commencer par faire l'inventaire des produits utilisés. Réduire leur nombre et vérifier s'ils peuvent être substitués par des produits moins dangereux (www.substitution-cmr.fr)», conseille Lynda Lavelle, responsable prévention des risques professionnels à la MSA. Le logiciel gratuit Seirich développé par l'Institut national de recherche et de sécurité, permet de procéder à cette évaluation.
Si les entreprises ont l'obligation légale d'évaluer les risques chimiques, les fournisseurs ont eux l'obligation de fournir gratuitement les fiches techniques des produits qu'ils commercialisent. « Ces fiches techniques sont précieuses pour renseigner les secours », explique le docteur Sophie Dochy qui a rappelé les consignes en cas d'accident. Le médecin de la MSA a aussi attiré l'attention sur les gants de protection. Certains ne sont pas prévus pour l'usage des solvants. S'ils ne sont pas adaptés, ils peuvent aggraver le risque d'exposition en absorbant le produit toxique.

Sécuriser les situations au travail
« Il y a toujours un écart entre le travail prescrit et le travail réel, il ne faut pas compter que sur l'humain et les équipements de protection individuelle, les situations de travail doivent d'abord être sécurisées au maximum », souligne Lynda Lavelle. Cela va de l'achat des produits, à leur acheminement, à leur stockage, à leur utilisation.
« Dans le travail quotidien on veut toujours faire vite, explique Grégoire Petit président de la MSA et employeur de deux jeunes salariés. « C'est parfois difficile de faire passer le message à nos salariés. Quand on est jeune on se croit invincible. Eviter un accident du travail c'est l'affaire de tous. Lorsque l'on revient d'une journée comme celle-ci on a un regard plus averti pour améliorer des petites choses.»

56 % des accidents de travail liés à l'élevage bovin
Selon les observatoires AT/MP salariés et non-salariés agricoles, 56 % des accidents du travail des exploitants agricoles sont principalement liés aux activités d'élevage bovin.
« J'invite les agriculteurs à solliciter les conseillers prévention santé sécurité de la MSA, c'est gratuit. Quand on a un projet de stabulation c'est toujours bon d'avoir un regard extérieur sur l'aspect sécurité de la contention », indique le président de la MSA. 
La MSA propose des formations sur la prévention des risques pour différentes thématiques. Elles sont gratuites ou entrent dans le dispositif Vivéa.

(Le catalogue offre de formation santé sécurité au travail est en ligne sur la page d'accueil de la MSA)

Pour tous renseignements auprès du service de prévention des risques professionnels, contacter Natacha Delauné au 02.32.23.43.81 ou par mail : contactprp@hautenormandie.msa.fr

Des nouveaux pictogrammes de sécurité
Les pictogrammes de sécurité indiqués sur les produits ont changé. Il est important de les connaître car il n'y a pas de correspondance entre les anciens et les nouveaux. Une plaquette d'information « Lire et comprendre les nouvelles étiquettes » est disponible sur le site de la MSA dans la rubrique santé et sécurité au travail en agriculture, connaître et prévenir les risques.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Damien Léger, exploitant agricole installé à Ymare, a bénéficié de l'aide en 2023.
Une aide pour l'achat de matériels agricoles

Investir dans du matériel agricole peut parfois s'avérer coûteux. Pour vous aider à franchir le pas, l'Agence de l'eau Seine-…

Le service chantier complet permet d'avoir un salarié qui connaît parfaitement son matériel et ses réglages, qui est à l'aise avec les nouvelles technologies.
Délégation du travail : quels bénéfices pour l'exploitant ?

Durant la journée MécaLive, qui se déroulera le 16 mai à Beuzevillette, l'un des ateliers portera sur la délégation de travail…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole