Aller au contenu principal

Robotique
Irrigation des pommes de terre : Oscar s’occupe de tout

Après le prototype en 2020, la version pré-industrielle d’Oscar, robot totalement autonome d’irrigation de la pomme de terre, a été testé in situ dans l’Oise.

Oscar est totalement autonome et peut irriguer chaque jour une vingtaine d’hectares de pommes de terre, à la bonne dose, au bon endroit, au bon moment.
© Osiris agriculture

Sa mission est de décharger totalement l’exploitant agricole des manipulations des matériels d’arrosage tout en réduisant la dose grâce à un calcul permanent en fonction des conditions météorologiques et du stade de développement de la plante.
invention
« Nous sommes trois ingénieurs, fils d’agriculteurs, qui avons imaginé ce robot capable de soulager le travail des irrigants tout en collant au plus juste aux besoins en eau de la plante », témoigne l’un des fondateurs d’Osiris Agriculture, Léon Guyard. Oscar est robot de 4 m de long et entre 1,8 et 3 m de large, qui reprend le principe éprouvé de l’enrouleur. Il se déplace de façon autonome grâce à un guidage GPS RTK, possède quatre roues motrices et directionnelles et supporte une bobine d’enrouleur placée verticalement, à l’inverse des enrouleurs classiques dont il s’inspire.
« Le tuyau se déroule vers la droite, les roues ne passent pas deux fois au même endroit pour ne pas tasser le sol et Oscar peut arpenter toute la journée une parcelle d’environ 20 hectares de façon totalement autonome. Il soulève le feuillage pour apporter l’eau au plus près de la base de la plante, à une dose automatiquement calculée grâce à des capteurs », précise le jeune ingénieur. Ainsi, Oscar travaille presque comme un système goutte-à-goutte, gage de limitation de pertes d’eau par évapotranspiration, et permet une modulation intra-parcellaire de la dose apportée. Il travaille continuellement sur la parcelle afin d’apporter tous les jours la bonne dose, en totale autonomie grâce à une turbine qui produit de l’énergie.

Trois mois sur place

Installé en début de campagne d’irrigation sur la parcelle, Oscar travaille seul tous les jours. Bien entendu, l’exploitant peut reprendre la main sur le système pour imposer ses préconisations d’irrigation. « A terme, sur pommes de terre, Oscar sera capable d’apporter également des éléments fertilisants et même de vaporiser des produits phytosanitaires sur les plantes repérées comme malades», ajoute Léon Guyard.
Le robot sera en mesure d’intervenir sur d’autres cultures, notamment des légumes industriels de plein champ, grâce à des roues dont la taille et l’écartement seront adaptés. Pour cela, des améliorations seront apportées par l’équipe d’Osiris agriculture qui l’a déjà testé avec succès, dans l’Oise,  sur la ferme familiale de Ferrières d’Henri Desesquelles, l’un des co-fondateurs. « En 2023, nous continuerons nos essais en plaine avec deux ou trois exemplaires d’Oscar et nous pensons arriver à des économies d’eau de l’ordre de 10 à 30 %, tout en déchargeant totalement l’exploitant du travail de manipulation et en réduisant les coûts énergétiques.» Les essais sont destinés à quantifier de façon incontestable les économies potentielles. « Nous sommes fils d’agriculteurs, nous savons que nos clients potentiels ont besoin de résultats fiables. »
Restera à lancer une fabrication plus importante pour Oscar, en cours d’obtention de brevet. Les jeunes ingénieurs imaginent plus le commercialiser en prestations de service chez les exploitants agricoles, pour la campagne d’irrigation, qu’en achat direct. « Tout dépendra du comparatif entre notre offre, qui reste à finaliser, et le coût d’utilisation du matériel que possède déjà l’exploitant, ce qui n’est pas toujours facile à évaluer. » On peut néanmoins imaginer, au vu de ses arguments en termes d’économies et de réduction de charge de travail, que de nombreux exemplaires d’Oscar puissent un jour prendre en charge une partie des parcelles irriguées. •

 

Osiris agriculture
Créée en mars 2021, Osiris agriculture a été fondée par trois ingénieurs fils d’agriculteurs, Henri Desesquelles, Rodolphe Cockenpot et Léon Guyard. Leur philosophie : aider les agriculteurs à vivre plus sereinement tout en rendant l’agriculture plus durable. Ils ont créé pour cela Oscar, robot autonome capable d'automatiser les tâches d'irrigation, de fertilisation, de désherbage et de protection des cultures. Testés et sans cesse améliorés, des exemplaires du robot devraient se déployer en plaine dès 2024.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Paiements couplés bovins : quels changements en 2023 ?
L’aide couplée aux bovins est sans aucun doute celle qui a connu le plus de bouleversements. Elle fusionne les aides aux bovins…
Pac 2023 : comment accéder à l’éco-régime ?
La Pac 2023-2027 entre bientôt en vigueur. Pour vous aider à vous approprier cette nouvelle réglementation, l’Union agricole…
Création d’Oplase SA pour renforcer le poids des producteurs
Les producteurs de l’Association des producteurs laitiers normands (APLN) se sont réunis lundi 24 octobre pour comprendre l’…
Dégrèvement de la taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFNB) : les précisions
À la demande de la FNSEA 76, de JA 76 et de la Chambre d’agriculture, et compte tenu de la sécheresse estivale, le préfet de…
“Si T’es Pro T’es In” : quatre passeports pour quatre publics
Comment faire en sorte que l’information sur l’autonomie protéique soit facilement accessible à des groupes d’agriculteurs, de…
Influenza aviaire : trois zones de contrôles temporaires dans le 76
Des cygnes morts à Saint-Aubin-le-Cauf, un goéland trouvé mort à Octeville-sur-Mer ainsi qu’une basse-cour touchée à Anneville-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 288 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole