Aller au contenu principal

Fourrages : sécheresse et canicule.

Les productions fourragères, surtout les prairies, subissent une période de sécheresse aggravée par de faibles réserves en eau à la fin de l'hiver.

Les conséquences techniques et économiques de cette période de sécheresse sont lourdes. La perte de la productivité des prairies est évidente. De plus, le potentiel de production est largement entamé pour l'avenir. En effet, il y a disparition de certaines plantes mal adaptées à ces contrastes climatiques, au profit d'autres comme le crépis ou la porcelle enracinée qui ne présentent pas d'intérêt fourrager. Par ailleurs, le maintien des animaux en prairie entraîne un surpâturage préjudiciable aux graminées et qui facilite l'invasion d'adventices adaptées à ce contexte climatique. Cette pénurie de fourrages à pâturer entraîne la nécessité de nourrir avec des fourrages stockés initialement prévus pour l'hiver, ou avec des concentrés avec le surcoût que l'on imagine, sachant que les frais de récolte multiplient par 3 le prix de revient par rapport au fourrage pâturé.


RECONSTITUER  DES STOCKS AVEC LES  DÉROBÉES FOURRAGÈRES

Les solutions et décisions à prendre sont multiples et à adapter en fonction des conditions du foncier (disposition des parcelles), du type d'animaux, du mode d'exploitation prévu. L'année climatique a avancé la date des moissons et autres récoltes. L'occasion est de miser davantage sur les cultures dérobées fourragères. Au moins 25 espèces sont disponibles, des crucifères, des légumineuses, des graminées comme le moha, le millet, le sorgho. Le choix se fera en fonction de la période prévue de récolte (ou pâturage), récolte uniquement à l'automne ou uniquement au printemps ou à la fois à l'automne puis au printemps. Mais aussi le choix se fera en fonction du mode de valorisation : pâturage, fauche, affourragement. Il faut penser aussi à la des-truction de ce couvert et gérer le risque des repousses ou de la dissémination.


SELON SA SITUATION,  BIEN CHOISIR LA CULTURE DÉROBÉE FOURRAGÈRE

Pour aider à réaliser ce choix, le GNIS vient de réaliser une réglette disponible pour tous. De plus, deux clés essentielles sont à prendre en compte pour réussir la culture dérobée four-ragère : la qualité de la semence et les soins de l'implantation. Enfin, pour éviter les dégra-dations liées au surpâturage, il est préférable de limiter les surfaces accessibles aux ani-maux afin d'épargner l'essentiel de la surface. Les conditions difficiles pour la prairie sont aussi des périodes particuliè-rement favorables au sursemis. Le principe est d'utiliser de préférence un semoir de semis direct (pour une perturbation minimale du sol et éviter les levées d'adventices), de semer dans la terre (et non dans la matière organique de surface) à 1 cm de profondeur, des espèces pérennes agressives, comme les ray-grass d'Italie, les ray-grass hybrides et les trèfles hybrides. Ces espèces peu pérennes seront toutefois en capacité de produire rapi-dement des stocks. Pour une restauration plus durable de la prairie, on pourra envisager un sursemis de ray-grass anglais et trèfle blanc géant. La fétuque élevée, la fétuque des prés, la fléole, le dactyle sont plus lentes à s'implanter et il faudra être très rigoureux sur le fait de maintenir une hauteur basse du couvert existant afin que les jeunes plantules ne soient pas étouffées et aient accès à la lumière.


LA BETTERAVE  FOURRAGÈRE : UNE  SOLUTION POUR L'AVENIR

Sur le long terme, on peut penser aussi à l'aménage-ment parcellaire : les points d'eau mais aussi des parcelles  arborées : de l'ombre pour les animaux et les plantes. En ces conditions d'été exceptionnelles, remarquons le comportement des betteraves fourragères qui, même d'apparence « fanées », surprendront par leur facul-té de récupération dès que  les conditions redeviendront favorables. Occasion de préciser que les betteraves pourront se pâturer au fil dès la fin août.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Pour une production de lin en quantité et en qualité

Pour le devenir de la filière, il sera fondamental de récolter de la graine de lin en quantité cette année. Tel est le message…

MécaLive : penser la mécanisation différemment

Le 16 mai à Beuzevillette, plus de 1 200 visiteurs ont arpenté les allées de MécaLive, l’événement “machinisme” organisé par…

Remarquable vitrine de l’élevage, le Comice agricole de Forges-les-Eaux est l’occasion  pour les éleveurs de se distinguer en montrant tout leur savoir-faire et de faire connaître les métiers de l’élevage.
150e édition du Comice agricole

Tradition bien vivante, le Comice agricole de Forges-les-Eaux fête ce week-end son 150e anniversaire. Rendez-…

Concours interrégional Grand Ouest de blondes d’Aquitaine. 53 éleveurs ont soumis leurs animaux aux jugements de Peter Thissen et Thierry Bouas.
Comice agricole de Forges-les-Eaux : les temps forts et coulisses de l’édition 2024

Pour cette 150e édition du Comice agricole de Forges-les-Eaux des 1er et 2 juin, quelques 6 500 personnes sont venues à…

" Ce fut une campagne très éprouvante mais la betterave reste une chance dans nos régions. Savourons cet exercice de tous les records mais sachons rester humbles ", a souligné Olivier de Bohan, président du groupe Cristal Union.
La betterave revient dans la cour des grands

La campagne betteravière 2023-2024 a été définie comme la campagne des records par Samuel Crèvecœur, président de la section…

Nicolas Roux accompagnera son père au concours interrégional blonde d’Aquitaine qui revient à Forges-les-Eaux après 10 ans d’absence.
Plus de 150 animaux au concours interrégional blonde d’Aquitaine

Pascal Roux et son fils Nicolas participeront au concours interrégional blonde d’Aquitaine du Grand Ouest qui débutera dès le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole