Aller au contenu principal

Élisabeth Borne de passage sur le pavillon Normandie

La Première ministre Élisabeth Borne s’est rendue lundi 27 février sur le pavillon Normandie du Salon international de l’agriculture. Une visite très scrutée.

Élisabeth Borne était accompagnée du ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau.
© L. A.

La foule était au rendez-vous ce lundi 27 février aux abords du pavillon Normandie, dans le hall des régions du Salon international de l’agriculture, Porte de Versailles. La cohue était justifiée par la venue sur le stand de la Première ministre, Élisabeth Borne, très attendue notamment par les médias pour savoir comment elle allait se débrouiller dans les allées de ce grand barnum, à la rencontre des professionnels comme du grand public.

Sous le feu des projecteurs

Semblant assez à l’aise, Élisabeth Borne a déambulé à travers les étals pour découvrir et échanger avec les producteurs normands présents. Elle a notamment fait un arrêt au niveau du bar à cidres, à coquillages, ainsi que sur le stand des animations culinaires.
Plusieurs déplacements normands à son actif
Âgée de 61 ans,  Élisabeth Borne a été candidate de la majorité aux législatives dans le Calvados, pour la circonscription de Vire-Évrecy, avant de céder sa place à son suppléant, Freddy Sertin, lors de sa nomination à Matignon. Ex-ministre du Travail sous le gouvernement de Jean Castex, elle a déjà réalisé plusieurs déplacements sur le territoire normand comme lors de la précédente édition de Bœuf en fête à Maltot ou de la Fête de la nature de Moult-Chicheboville dans le Calvados. •

 

Sous pression, Borne lance le chantier Écophyto 2030

Quelques semaines après les annonces de la fin des néonicotinoïdes en betterave, et d’interdictions à venir pour le S-métalochlore, la Première ministre a lancé, en plein Salon international de l’agriculture, le chantier Écophyto 2030.
À l’occasion de sa visite, la Première ministre a annoncé le lancement d’ici l’été d’« un plan de développement d’alternatives pour les produits phytosanitaires les plus importants, appelés à être retirés du marché lors des prochaines années ». L’objectif est d’identifier au plus tôt les produits susceptibles d’être interdits, notamment ceux pour lesquels il n’existe pas d’alternative viable économiquement, afin d’y flécher des efforts de recherche publique supplémentaires. Ce nouveau plan sera abondé par des fonds du plan France 2030 – dont le montant n’a pas été précisé. Il inclura notamment les instituts techniques et les fabricants, appelés à prendre des « engagements sur leurs plans de travail des prochaines années ».
Ce plan dédié à la « recherche et à l’innovation » doit, au passage, « renforcer nos moyens pour l’agriculture biologique ». Une annonce globalement bien vue par la FNSEA qui avait poussé auprès de l’Élysée et de Matignon pour « une planification pluriannuelle des alternatives », très proche du « plan de développement des alternatives » envisagé par la Première ministre. Plus tôt dans la semaine, le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau avait déjà évoqué son souhait d’une « meilleure coordination entre l’Anses, l’Inrae et les instituts techniques ». De son côté, le p.-d.g. de l’Inrae Philippe Mauguin se dit prêt à y travailler, et rappelle que son institut collabore d’ores et déjà avec l’Anses.
Quant à, Benoît Vallet, directeur général de l’Anses, ce dernier a estimé, lors d’une conférence de presse le 27 février, que « les industriels connaissent les dossiers et doivent prendre leur part en matière de recherche et d’innovation ». Face aux critiques du gouvernement sur le S-métolachlore, le président de l’agence sanitaire souligne au passage que « l’évaluation des produits à base de S-métolachlore avait été demandée en mai 2021 par nos tutelles » au sein des ministères de l’Agriculture, de la Transition écologique et de la Santé, comme rappelé dans l’avis sur ce sujet. Et le processus de retrait en cours, poursuit-il, vise avant tout à se conformer aux textes européens sur l’eau.
Alors que le gouvernement espère établir une liste de 200 molécules candidates au réexamen pour en évaluer les alternatives, la directrice du pôle Produits règlementés Charlotte Grastilleur s’interroge de son côté sur le chiffre retenu. Avec dix molécules étudiées par an par l’agence, « si nous connaissions à l’avance celles susceptibles d’être retirées, nous ne mènerions pas d’évaluation », observe-t-elle. Par ailleurs, « le rôle de l’Anses n’est pas de travailler sur les alternatives », sauf en cas de molécule candidate à la substitution, rappelle-t-elle. Exception récente : le travail sur le glyphosate, « a mobilisé les services pendant deux ans » sans offrir de solutions dans tous les cas.
Plus largement, Élisabeth Borne appelle son gouvernement à présenter une nouvelle mouture d’Écophyto d’ici l’été également, intitulée Écophyto 2030. La Première ministre a également plaidé pour « développer une offre de conseil individuel et stratégique adaptée », dans le cadre de la concertation autour du Pacte et de la future Loi d’orientation et d’avenir (LOA). Une demande portée notamment par les Chambres d’agriculture, qui souhaitent un renforcement et une « adaptation territoriale » de l’offre de conseil.
Enfin, la Première ministre est également revenue sur les rapports qu’entretiennent les réglementations européenne et française, après les récentes décisions concernant les néonicotinoïdes et le S-Métolachlore : « En matière de produits phytosanitaires, nous respecterons désormais le cadre européen, et rien que le cadre européen », a-t-elle promis. Et de préciser : « Nous ne créerons aucune distorsion de réglementation pour nos producteurs sauf en cas de force majeure, quand la santé publique est menacée. »
S’arrêtant plus en détail sur le cas des Autorisations de mise sur le marché (AMM) des pesticides, la Première ministre a simplement annoncé que son gouvernement « travaille aux problèmes qui subsistent dans le processus d’autorisation de mise sur le marché ». Et de citer « la mauvaise synchronisation entre les calendriers français et européen de réexamen des substances », et le « renforcement nécessaire des moyens de l’Efsa ».
La présidente de la FNSEA Christiane Lambert – qui plaidait pour une reprise en main du sujet par les pouvoirs publics – estime avoir « été entendue sur la nécessité d’un changement de méthode dans les décisions ». Selon elle, la Première ministre envisagerait « une modification par la loi » afin de redonner « au politique » du pouvoir sur les autorisations de produits. « Le ministère de l’Agriculture devrait avoir un droit de regard sur les décisions de l’Anses », prévoit Christiane Lambert, alors que l’agence sanitaire assume la compétence exclusive des AMM depuis une réforme de Stéphane Le Foll en 2014. •
M. R., I. L.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Pour une production de lin en quantité et en qualité

Pour le devenir de la filière, il sera fondamental de récolter de la graine de lin en quantité cette année. Tel est le message…

MécaLive : penser la mécanisation différemment

Le 16 mai à Beuzevillette, plus de 1 200 visiteurs ont arpenté les allées de MécaLive, l’événement “machinisme” organisé par…

Remarquable vitrine de l’élevage, le Comice agricole de Forges-les-Eaux est l’occasion  pour les éleveurs de se distinguer en montrant tout leur savoir-faire et de faire connaître les métiers de l’élevage.
150e édition du Comice agricole

Tradition bien vivante, le Comice agricole de Forges-les-Eaux fête ce week-end son 150e anniversaire. Rendez-…

Concours interrégional Grand Ouest de blondes d’Aquitaine. 53 éleveurs ont soumis leurs animaux aux jugements de Peter Thissen et Thierry Bouas.
Comice agricole de Forges-les-Eaux : les temps forts et coulisses de l’édition 2024

Pour cette 150e édition du Comice agricole de Forges-les-Eaux des 1er et 2 juin, quelques 6 500 personnes sont venues à…

" Ce fut une campagne très éprouvante mais la betterave reste une chance dans nos régions. Savourons cet exercice de tous les records mais sachons rester humbles ", a souligné Olivier de Bohan, président du groupe Cristal Union.
La betterave revient dans la cour des grands

La campagne betteravière 2023-2024 a été définie comme la campagne des records par Samuel Crèvecœur, président de la section…

Nicolas Roux accompagnera son père au concours interrégional blonde d’Aquitaine qui revient à Forges-les-Eaux après 10 ans d’absence.
Plus de 150 animaux au concours interrégional blonde d’Aquitaine

Pascal Roux et son fils Nicolas participeront au concours interrégional blonde d’Aquitaine du Grand Ouest qui débutera dès le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole