Aller au contenu principal

Des élevages robotisés pour convaincre les jeunes

Traite, paillage, alimentation, raclage, repousse-fourrage… Aujourd’hui, un grand nombre de tâches liées à l’élevage laitier peuvent être robotisées. Ces innovations aident à convaincre les jeunes de s’investir dans la filière. Reste que l’investissement est lourd.

Les innovations vont bon train en élevage. Parmi les nouveautés, le robot d’alimentation DairyFeed F4500 de GEA.
© GEA

Presque 4 heures pour traire le matin, et autant le soir. Même avec sept unités de travailleur humain (UTH), au Gaec de l’Argilière à Grandcourt (80), la salle de traite 2 x 12 postes ne permettait plus de traire les 250 vaches laitières (VL) dans de bonnes conditions. « L’outil était saturé. Il fallait changer. Les jeunes qui travaillent avec nous ont découvert l’efficacité des robots de traite grâce à des stages, et ils étaient convaincus », confiait Francis Herbet, l’un des associés, il y a un an. Depuis mars 2021, le troupeau est donc trait par cinq robots GEA. Un investissement qui permet un travail dans des conditions optimales : « Le robot offre une vue dégagée sur la vache et un accès facile à la mamelle. On peut intervenir à tout moment. La séparation de la destination du lait quartier par quartier est un réel plus », note Églantine Herbet, en charge de l’élevage au sein du Gaec.
Comme cet élevage de la Somme, de plus en plus d’éleveurs se tournent vers la robotique pour améliorer les conditions de travail et pallier un manque de main-d’œuvre, alors que les troupeaux ne cessent d’augmenter. « La pénibilité et l’astreinte du métier pèsent pour les jeunes éleveurs qui vivent dans une société qui aspire au temps libre. Ils veulent rester connectés à cette même société », justifie Denis Bully, président de la FDSEA 80, lui-même éleveur laitier. L’Institut de l’élevage (Idele), voit en cette robotisation un vrai soutien au métier. « Les robots ne dégradent pas forcément la relation homme-animal. Ils peuvent aider les éleveurs à mieux connaître leurs animaux et passer plus de temps auprès d’eux », plaide-t-il.

Que choisir ?

Reste à l’éleveur de choisir la ou les tâches qu’ils souhaitent robotiser. La plus grande partie opte pour la traite en premier lieu. L’industrie des robots de traite est d’ailleurs exponentielle : pour 2025, les chiffres prévisionnels indiquent que l’industrie des robots de traite pèsera près de 3 milliards de dollars. Cinq marques se partagent le marché : DeLaval, BouMatic, GEA, Fullwood et Lely.
Pour les ingénieurs de l’Idele et des Chambres d’agriculture, cet équipement n’est pas sans inclure des changements dans la conduite du troupeau. La surveillance, qui n’est plus effectuée lors de la traite, doit être quotidienne tout de même. Fréquence de raclage, de parages, étalement des vêlages pour optimiser la fréquentation du robot doivent être étudiés.
La robotisation de l’alimentation se développe elle aussi. Une étude des Chambres du Grand Ouest met en évidence un gain de temps plus important en automatisant cette tâche plutôt que la traite. Elle inclut dans ce raisonnement le temps d’observation du troupeau, le fameux “œil de l’éleveur”. Certains éleveurs utilisent le gain de temps du robot de traite pour observer leur troupeau mais d’autres le réinvestissent dans d’autres ateliers.

Un lourd investissement

L’Idele émet un bémol, quel que soit le robot choisi : « Ils permettent clairement de gagner du temps et du confort, mais le retour sur investissement est encore délicat. » « Si les productions agricoles étaient valorisées à leur juste prix,  les agriculteurs pourraient accéder à cette modernité. Le prix du lait est un enjeu crucial pour assurer le renouvellement des générations », martèle en conclusion Denis Bully. •
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Pour une production de lin en quantité et en qualité

Pour le devenir de la filière, il sera fondamental de récolter de la graine de lin en quantité cette année. Tel est le message…

MécaLive : penser la mécanisation différemment

Le 16 mai à Beuzevillette, plus de 1 200 visiteurs ont arpenté les allées de MécaLive, l’événement “machinisme” organisé par…

Remarquable vitrine de l’élevage, le Comice agricole de Forges-les-Eaux est l’occasion  pour les éleveurs de se distinguer en montrant tout leur savoir-faire et de faire connaître les métiers de l’élevage.
150e édition du Comice agricole

Tradition bien vivante, le Comice agricole de Forges-les-Eaux fête ce week-end son 150e anniversaire. Rendez-…

Concours interrégional Grand Ouest de blondes d’Aquitaine. 53 éleveurs ont soumis leurs animaux aux jugements de Peter Thissen et Thierry Bouas.
Comice agricole de Forges-les-Eaux : les temps forts et coulisses de l’édition 2024

Pour cette 150e édition du Comice agricole de Forges-les-Eaux des 1er et 2 juin, quelques 6 500 personnes sont venues à…

" Ce fut une campagne très éprouvante mais la betterave reste une chance dans nos régions. Savourons cet exercice de tous les records mais sachons rester humbles ", a souligné Olivier de Bohan, président du groupe Cristal Union.
La betterave revient dans la cour des grands

La campagne betteravière 2023-2024 a été définie comme la campagne des records par Samuel Crèvecœur, président de la section…

Nicolas Roux accompagnera son père au concours interrégional blonde d’Aquitaine qui revient à Forges-les-Eaux après 10 ans d’absence.
Plus de 150 animaux au concours interrégional blonde d’Aquitaine

Pascal Roux et son fils Nicolas participeront au concours interrégional blonde d’Aquitaine du Grand Ouest qui débutera dès le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole