Aller au contenu principal

Chez John Deere, un capteur HarvetsLab 3 000 embarqué

Après avoir fait ses preuves sur les ensileuses et les tonnes à lisier, le capteur proche infrarouge HarvestLab 3000 peut désormais s’adapter sur les moissonneuses-batteuses des séries S et T. Il mesure avec une précision extrême, le taux de protéines, en direct.

Chez John Deere, un capteur HarvetsLab 3 000 embarqué.
© John Deere

Présenté durant le Sima, à Paris, le capteur HarvestLab 3 000 est désormais adapté aux moissonneuses-batteuses.
Installé sur l’élévateur à grains, il permet des relevés de haute qualité des constituants des céréales. Il est ainsi capable de mesurer la teneur en protéines du blé, de l’orge et du colza. Cette nouvelle solution d’analyse renseigne également sur la teneur en amidon de l’orge et celle en huile du colza. Grâce à une technologie de pointe, l’appareil compte 4 000 points de mesure par seconde, soit « des statistiques fiables, bien supérieures à une valeur unique obtenue à partir d’un échantillon aléatoire », souligne la marque.
L’appareil n’est pas nouveau dans la panoplie John Deere. Après avoir fait ses preuves sur les ensileuses et les tonnes à lisier, ce capteur proche infrarouge peut désormais s’adapter aux moissonneuses-batteuses des séries S et T (à partir de 2016). Avec un atout indéniable : cette mesure en temps réel améliore non seulement la commercialisation des céréales par une gestion plus efficace du stockage ou une meilleure stratégie de vente. Mais le capteur optimise aussi la production de céréales en améliorant la gestion des nutriments, le choix des variétés et la validation des performances des machines.

En temps réel

Ce dispositif, baptisé Grain Sensing, fonctionne en association avec un récepteur GPS StarFire et le système de télématique JDLink. « Les mesures sont documentées sur la console de quatrième génération de la machine et automatiquement synchronisées avec l’Operations Center via JDLink en temps réel », précise Benoît Chauvet, responsable marketing et Communication chez PM-Pro, à Feuges (10). 
« L’agriculteur peut ainsi cartographier les teneurs de chaque parcelle, lui donnant plus de précision dans la gestion du stockage de sa récolte, dans les comparaisons entre variétés et dans le pilotage de sa fertilisation », complète le fabricant américain. Des données instantanées et précises toujours intéressantes pour les agriculteurs stockeurs. « On obtient en direct la qualité de la récolte, ce qui fait gagner du temps », complète Benoît Chauvet. Dans l’Aube, la commercialisation a débuté. Le Grain Sensing devrait être disponible au printemps 2023. •

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Comment maintenir les performances techniques du lin textile ? La génétique, le lin d'hiver, la structure des sols et une approche globale de la rotation sont des pistes d'amélioration.
Pour Terre de lin, la récolte 2024 sera déterminante

Pour l'exercice 2022-2023, les liniculteurs vont approcher une recette de 7 500 euros de l'hectare. Mais cette situation…

Affiche poster Normandie Vibes
Sia 2024 : « une belle occasion de présenter nos spécificités normandes »

Sur le stand de la Normandie inauguré le 26 février l’accent sera mis sur l’importance du bien manger. Au menu de cette…

Bruno Ledru, président de la FNSEA 76.
De l’action revendicative nous allons maintenant entrer dans la construction avec le préfet

Alors que les agriculteurs sortent à peine d’une période intense de mobilisation, Bruno Ledru, président de la FNSEA 76…

Conférence de presse des présidents FNSEA-JA, le 13 février au soir.
« Ni défiance, ni complaisance »

Les présidents de la FNSEA et JA, Arnaud Rousseau et Arnaud Gaillot, ont rencontré le Premier ministre Gabriel Attal le 13…

« C’est une passion pour nous de participer aux concours »

Adhérent à l’AS76, Corentin Godefroy, polyculteur-éleveur lait à Saumont-la-Poterie, est accompagné et suivi par le centre de…

Les animaux doivent être contenus par des clôtures entretenues sous peine de sanctions.
Animaux divagants : plus d’un incident par semaine

SNCF Réseau Normandie vient de rencontrer la Chambre d’agriculture pour alerter sur les trop fréquentes divagations d’animaux…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole