Aller au contenu principal

Affichage environnemental : les OPA maintiennent leurs critiques

Après la mise en ligne d’un outil de calcul provisoire par l’Ademe, les acteurs du monde agricole restent prudents sur l’affichage environnemental. Selon eux, la méthode ne valoriserait toujours pas assez l’origine ou les modes de production

élevage en plein air
La méthode n’est pas satisfaisante pour la filière élevage et viande.
© Shutterstock

L ’alerte vient de l’interprofession de l’élevage : l’outil de calcul récemment dévoilé par l’Ademe en vue d’établir un affichage environnemental au niveau national ne répondrait toujours pas aux critiques répétées depuis plusieurs mois. Même s’il s’agit d’une méthode destinée à évoluer, s’agace Interbev, le poulet brésilien conventionnel obtiendrait d’après les premières simulations une meilleure note que le bœuf français bio. « La méthode, même complétée avec ces indicateurs complémentaires (hors ACV) n’est pas satisfaisante pour la filière élevage et viande », conclut l’interprofession. Les critiques visent encore sur le fond l’analyse de vie, prépondérante dans les calculs. Les indicateurs complémentaires sur la diversité, les infrastructures agroécologiques ou les méthodes d’élevage, ne seraient toujours pas assez forts pour compenser l’ACV et le poids accordé au climat, à hauteur de 21 % contre 12,5 % pour la biodiversité. Or, il s’agissait là d’un enjeu central pour cette nouvelle méthode : corriger les défauts de l’analyse de cycle de vie jugée trop centrée sur le carbone, pour valoriser les autres bénéfices environnementaux des produits agricoles, notamment la protection des prairies par le pâturage. « Nous avons conscience des effets de la viande sur le climat, mais notre problématique est de pouvoir accompagner les progrès dans les filières, et de valoriser les produits français », détaille-t-on chez Interbev. Pour éviter que tous les produits carnés aient systématiquement la pire note, l’une des pistes pourrait consister selon Interbev à « réfléchir aux catégories ». Les produits seraient comparés au sein d’une même catégorie, avec par exemple des échelles de notes différentes pour la viande et les légumes.

La FNSEA demande un affichage européen

Dans l’avis du Conseil national de l’alimentation dédiée à la future stratégie nutrition climat (SNANC), les acteurs du syndicalisme agricole majoritaire renouvellent plus largement leurs critiques. Pour la FNSEA, l’affichage ne doit ainsi pas être rendu obligatoire avant d’avoir été « harmonisé à l’échelle européenne ». Et de rappeler que « l’étiquetage des modes d’élevage n’entre pas […] dans les objectifs de l’affichage environnemental ». La coopération agricole, en écho aux reproches d’Interbev, estime de même que l’affichage qui s’appuie sur une unité fonctionnelle massique, c’est-à-dire un bilan par kilo de produit, doit évoluer « vers l’utilisation d’une unité fonctionnelle nutritionnelle ». Nicole Darmon, directrice de recherche à l’Inrae, prévient même que l’affichage « pourrait induire des effets pervers », puisque « les aliments ayant le plus faible impact environnemental ne sont pas les plus vertueux sur le plan de la santé ». •

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette

Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…

Frédéric Van Gansberghe, président de Futerro, et Olivier Leducq, directeur général de l'usine Tereos de Lillebonne, lors de la signature du partenariat le 11 avril à Gruchet-le-Valasse.
Tereos : ouverture d'un marché de 150 000 tonnes de dextrose par an

Le groupe coopératif a conclu le 11 avril un partenariat avec l'industriel belge Futerro qui doit ouvrir son usine de…

Faner le plus précocement possible pour atteindre les 30-35 % de matière sèche en 48 heures.
Ensilage d’herbe : privilégier le fourrage à plat pour 35 % de MS

Avec une organisation de chantier différente, on peut en 48 heures récolter de bons fourrages. Explication.

Reynald Fréger, président de la CGB 76
« Avoir les mêmes moyens de production que nos collègues européens »

Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves de la Seine-Maritime (CGB 76), Reynald Fréger, demande…

Donner de la lisibilité aux producteurs bio était l'objectif de la journée.
Porter collectivement des pistes pour améliorer la situation du bio

La Chambre d'agriculture a organisé une journée spéciale le 12 avril au lycée agricole d'Yvetot pour donner des perspectives…

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur au Molay-Littry pour présenter le plan, en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin

C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé au Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole