Aller au contenu principal

Tagliatelles et fusilli, divines avec viandes et poissons

À Gueutteville, dans un cadre typique en brique et silex du Pays de Caux, Agnès Ruette a construit un petit atelier de meunerie où elle élabore avec soin ses farines, ses spécialités céréalières et autres gourmandises sucrées dont elle a le secret.

Toute au long de sa carrière, Agnès Ruette a cherché à se diversifier. Depuis cinq ans, l'agricultrice transforme une partie du blé tendre produit sur la ferme en farines puis spécialités céréalières dans son petit atelier de meunerie installé sur l'exploitation, le "Moulin d'Agnès". L'occasion de mettre à profit ce qui lui tient à cœur en termes de transformation. "On est ce que l'on mange", martèle à loisir Agnès qui s'est toujours intéressée à l'alimentation et aux bienfaits d'une nutrition saine.

Pour fabriquer ses différentes farines, ni améliorants, ni correcteurs, ni additifs qui caractérisent si souvent les produits industriels. C'est l'écrasement des grains de blé avec la meule de pierre en granit qui, tamisés, permettent d'obtenir des farines naturellement riches en éléments minéraux agréables à travailler et d'un gluten suffisant pour être parfaitement assimilé. Une partie de cette production sera ensuite ensachée en farines, l'autre transformée en tagliatelles, fusilli, etc. "J'ai aussi imaginé des kits de préparations gourmandes sucrées, cookies d'Agnès et gâteau au chocolat".

De fortes convictions

En examinant de plus près son parcours, il est aisé de constater que l'agricultrice a son métier chevillé au corps et le souhait de faire rayonner un bon nombre de valeurs auxquelles elle est très attachée.

En 1986, après des études agricoles au lycée agricole d'Yvetot, Agnès accompagne son mari François, fils d'agriculteurs, dans la création de l'entreprise de polyculture élevage avant d'en devenir associée quelques années plus tard. Le couple élève alors un cheptel de vaches normandes, d'abord pour produire du lait puis depuis 2020 pour la viande. "Notre fils Nicolas, nous a rejoints il y a quelques mois en développant un élevage ovin allaitant qu'il commercialise notamment en caissettes"

Du côté des productions végétales, les associés cultivent blé, orge, seigle, colza, lin, betteraves sucrières et betteraves rouges potagères, mais aussi maïs ensilage et pâtures. "Avec François, nous sommes très rapidement passés à une agriculture de conservation des sols afin de préserver et favoriser la vie de nos sols. J'ai toujours considéré les vers de terre comme nos meilleurs alliés", s'amuse-t-elle à rappeler. "Obtenir la certification HVE 2 était donc une suite logique"

Une soif de communiquer

Agnès a souhaité très tôt communiquer et ouvrir les portes de l'exploitation dans le cadre des journées organisées par le réseau Bienvenue à la ferme. "Et puis durant 15 ans, nous avons tenu des chambres d'hôtes. Ce fut beaucoup de travail mais un réel plaisir que d'expliquer à des publics variés ce que nous faisions. Cela nous a aussi permis de mesurer l'évolution des attentes sociétales." Aujourd'hui, Agnès Ruette prépare l'installation de leur second fils sur l'exploitation. La boucle est bouclée, l'histoire familiale et son lien à l'agriculture va perdurer.

 

Agnès Ruette est présente sur de nombreux marchés et commercialise aussi en direct de sa ferme. Pour plus de renseignements et suivre son actualité : https://www.facebook.com/fermeruette/

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Comment maintenir les performances techniques du lin textile ? La génétique, le lin d'hiver, la structure des sols et une approche globale de la rotation sont des pistes d'amélioration.
Pour Terre de lin, la récolte 2024 sera déterminante

Pour l'exercice 2022-2023, les liniculteurs vont approcher une recette de 7 500 euros de l'hectare. Mais cette situation…

Affiche poster Normandie Vibes
Sia 2024 : « une belle occasion de présenter nos spécificités normandes »

Sur le stand de la Normandie inauguré le 26 février l’accent sera mis sur l’importance du bien manger. Au menu de cette…

Bruno Ledru, président de la FNSEA 76.
De l’action revendicative nous allons maintenant entrer dans la construction avec le préfet

Alors que les agriculteurs sortent à peine d’une période intense de mobilisation, Bruno Ledru, président de la FNSEA 76…

Conférence de presse des présidents FNSEA-JA, le 13 février au soir.
« Ni défiance, ni complaisance »

Les présidents de la FNSEA et JA, Arnaud Rousseau et Arnaud Gaillot, ont rencontré le Premier ministre Gabriel Attal le 13…

« C’est une passion pour nous de participer aux concours »

Adhérent à l’AS76, Corentin Godefroy, polyculteur-éleveur lait à Saumont-la-Poterie, est accompagné et suivi par le centre de…

Les animaux doivent être contenus par des clôtures entretenues sous peine de sanctions.
Animaux divagants : plus d’un incident par semaine

SNCF Réseau Normandie vient de rencontrer la Chambre d’agriculture pour alerter sur les trop fréquentes divagations d’animaux…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole