Aller au contenu principal

“Agriculture normande performante” : une opportunité pour financer vos projets

Lancé en 2015, le dispositif “Agriculture normande performante” (ANP) prend fin début 2023. Pour l’heure, il est encore possible de monter un dossier.

Si vous souhaitez :

  • Moderniser votre outil de production par la rénovation, la création de bâtiments ou d’installations en lien avec l’élevage, le stockage de vos productions ;
  • Développer votre exploitation par la création d’un atelier complémentaire ;
  • Réduire vos coûts de production, être plus autonome en matière d’intrants par la valorisation de vos surfaces en herbe ou par la production de légumineuses ;
  • Améliorer vos conditions de travail ;
  • Contribuer au développement de pratiques plus respectueuses des ressources par la réduction des phytosanitaires et des engrais chimiques, l’amélioration de la vie des sols, la limitation de l’érosion…

Pensez à monter un dossier ANP, un dispositif ouvert à toutes les filières animales et végétales.

Il s’agit d’un dispositif d’accompagnement à l’investissement des exploitations agricoles qui a débuté en 2015 pour une durée de cinq ans. Il devait donc prendre fin en 2020. À la suite de la crise sanitaire, un plan de relance a permis d’allouer de nouvelles enveloppes à ce dispositif pour une durée de deux ans. Ce dispositif devrait donc prendre fin début 2023.

Taux d’aide pour l’ensemble des investissements

2015-2022

 

Taux d'aide et majoration

 
Taux de base 20 %
Majoration agroécologique 10 %
Majoration Jeune agriculteur (JA) 15 %

Plafonds d’investissements éligibles 
(programmation 2015-2022)

 
Individuel et société 300 000 €
Gaec et projets collectifs 400 000 €
Plancher d’investissements éligibles 10 000 €

 

Calendrier des appels à projets à venir :

(source site internet de la Région Normandie)

  • Appel à projets n° 2 - 2022 :
    du 1er juin au 30 septembre 2022
  • Appel à projets n° 3 - 2022 :
    du 1er octobre 2022 au 31 janvier 2023 (en attente de confirmation)

Exemple de dépenses éligibles aux aides du dispositif ANP :

  • Bâtiments d’élevage ou de stockage (construction, agrandissement, aménagement intérieur ou rénovation) et installation d’élevage (salle de traite, silos de stockage, ouvrages de stockage des effluents…) ;
  • Achats de matériels et équipements agricoles liés à l’élevage (distribution fourrages, contention, séchage en grange, développement de l’autonomie alimentaire…) ;
  • Matériels pour la valorisation des prairies (récolte et entretien), pour le maraîchage, les cultures légumières, l’horticulture et les pépinières ;
  • Matériels apportant une alternative à l’usage des pesticides, matériels de précision, de gestion des épandages et des traitements ;
  • Matériels liés à la récolte des fruits et l’entretien des vergers ;
  • Matériels d’entretien des haies ;
  • Aménagements agricoles (chemins d’accès, clôtures…) ;
  • Investissements relatifs à la mise aux normes pour le stockage des effluents (hors zone vulnérable ou pour les JA) ;
  • Plantations de bandes lignocellulosiques.

 

L’objectif et le fil rouge de l’exploitation depuis le départ est de ne plus parler de hors-sol en porc

Antoine Maquerel est installé depuis 2008 sur une exploitation de 200 truies avec 115 ha de cultures. L’exploitation a la particularité d’engraisser ses animaux sur paille. 
« En 2021, j’ai décidé d’améliorer mes conditions de travail et de travailler sur le bien-être animal. L’objectif et le fil rouge de l’exploitation depuis le départ est de ne plus parler de hors-sol en porc puisqu’il faut des céréales pour l’alimentation des animaux et de la surface pour l’épandage des effluents. Avec ce projet de passer l’alimentation en soupe, cela nous a permis d’utiliser ce que produit l’exploitation (maïs, orge/blé/triticale) et éventuellement d’ouvrir la porte à l’utilisation de coproduit comme de la drêche cette année à défaut d’avoir conservé la céréale produite en 2021. 
Pour conforter financièrement mon projet, j’ai décidé de faire appel au dispositif ANP. Mes responsabilités professionnelles m’ont permis de bénéficier d’informations sur ce dispositif qui, par ailleurs, est largement diffusé auprès des agriculteurs pour que chacun puisse en bénéficier. Mais j’avais des doutes sur la sélection de mon dossier car je pensais ne pas avoir suffisamment de points. 
Pour vérifier l’éligibilité de mon projet et la réalisation du montage du dossier de demande de subvention, j’ai fait appel aux conseillers de la Chambre d’agriculture. J’ai été accompagné par Floriane Marie. La première étape a consisté à réaliser un scoring afin de calculer le nombre de points généré par mon projet et les ajustements à faire pour l’optimiser. La deuxième étape a concerné le montage du dossier avec un nombre conséquent de pièces à fournir et un remplissage du formulaire qui demande une certaine rigueur pour satisfaire aux exigences du dispositif. 
La fourniture de plusieurs devis par type d’investissement peut virer au casse-tête car il faut faire appel à de nombreux artisans ou entreprises, sans parler de toutes les attestations à joindre (fiscale, formation, adhésion à une coopérative ou un groupement de producteurs…). Faire face à cela tout seul est démotivant. Avec l’appui d’un conseiller expérimenté, cela facilite la tâche car il est vigilant sur tous les points réglementaires à respecter. 
Nous étions l’un des premiers dossiers en filière porcine déposé sur le département de la Manche, nous avons donc essuyé les plâtres sur le volet réglementaire au niveau de la vérification de notre autorisation d’exploiter et de notre Dexel, diagnostic environnement qui vérifie nos capacités de stockage des effluents produits par l’élevage. 
Un conseil ? Il ne fait aucun doute qu’il faut être accompagné dans son projet. Un dossier ANP est tellement complexe qu’il me semble impossible de réaliser son dossier seul sans aucun appui extérieur. Le conseiller de la Chambre d’agriculture nous apporte de la sécurité et de la sérénité dans notre projet pour garder le cap ! Je le prends avec philosophie maintenant, mais à l’époque c’était vraiment stressant et seul j’aurai abandonné »
. Propos recueillis par la Chambre régionale d’agriculture 
Lancé en 2015, le dispositif “Agriculture normande performante” (ANP) prend fin début 2023. Pour l’heure,  il est encore possible de monter un dossier.
Antoine Maquerel, éleveur porcin naisseur-engraisseur, Gaec des Jonquilles à Thèreval (50)
© D. R.
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Produits laitiers, baisse des prix
Prix du lait : Lidl et LSDH atteignent la barre symbolique des 500 €/1 000 l

Le distributeur Lidl va signer une revalorisation du prix du lait payé aux producteurs à 500 €/1 000 l (prix de base 38/32)…

Bio : les engrais perlés en voie d’interdiction

Après plus d’un an de bataille en coulisses et une enquête, la DGCRF pourrait bientôt retirer l’agrément "agriculture…

Festival de la terre : une édition marquée du sceau de la réussite
Retour sur le Festival de la terre organisé les 3 et 4 septembre par les JA de Pissy-Pôville.
Lait : le médiateur alerté sur le non-respect de la formule de prix chez Sodiaal

Plus de 200 producteurs de lait ont adressé un courrier au médiateur des relations commerciales pour signaler « l’absence…

Benne Orenge
Orenge, une entreprise seinomarine qui a plus de 100 ans
Une centaine de bennes agricoles sont fabriquées tous les ans dans les ateliers Orenge de Raffetot. La particularité de l’…
Amazone. L’UX Smart Sprayer, un condensé de technologie pour plus d’économies
Fin juin, Amazone, BASF et Bosch ont dévoilé l’UX Smart Sprayer à Auneau (Eure-et-Loir). Un pulvérisateur intelligent qui traite…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 288 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole