Aller au contenu principal

Un bel oiseau pour les agapes des fêtes de Noël

Loic Loisellier élève des faisans et des perdrix en plein air à Sommery. Il plaide pour la réintroduction de ces animaux et souligne leur chair délicate et pleine de saveur qui sied particulièrement aux amateurs de gibier comme aux plus fins gourmets.

En ballotines, rôti ou mijotés (au cidre il va sans dire...), le faisan est un mets de fête par excellence. Cuisiné de longue date par les plus grands chefs – qui n’a jamais entendu parlé d’un faisan rôti grand siècle ou mijoté accompagné d’une sauce grand veneur ? ,– ce gibier est petit à petit tombé en désuétude, trop estampillé « cuisine classique ». Mais certains jeunes chefs, à la faveur d’une chair réputée peu grasse, l’ont remis au goût du jour et le présentent fièrement sur leur carte. 

Petit retour sur son histoire

Le faisan est un gibier à plumes originaire d’Asie. Il appartient à la famille des phasianidés. Introduit en Europe par les Romains, il a longtemps été considéré comme un mets royal, réservé aux seigneurs. Très prisé des chasseurs, cet animal se fait de plus en plus rare en France ; si bien qu’il est désormais élevé puis relâché en pleine nature afin de favoriser sa reproduction et de sauvegarder l’espèce. 

Un élevage en plein air

Le terme de faisan est le nom vulgaire de nombreuses espèces d’oiseaux qui représentent des gibiers réputés. On trouve par exemple le faisan colchide, le versicolore ou encore le vénéré. Loic Loisellier, s’est tourné très jeune vers l’élevage de ces phasianinaes. Après un cursus scolaire qui ne le passionnait pas, il a rapidement travaillé chez son voisin, Monsieur Lavandier, où il a tout appris de leur élevage. Le jeune homme a rapidement développé son propre élevage et s’est installé, seul, à 19 ans, lors de la retraite de son patron. Actuellement, il élève plus de 15 000 faisandeaux et perdrix par an qu’il « commercialise auprès des chasseurs pour leur plan de gestion et pour leur chair à travers un réseau de revendeurs ». Par ailleurs, depuis trois ans, l’éleveur a développé un atelier de 1 700 poules pondeuses. Toujours en quête d’amélioration et d’un développement de débouchés, il s’est engagé dans la certification Haute valeur environnementale (HVE).

Le sanitaire, l’épée de Damoclès

Outre les inquiétudes économiques liées à la flambée des coûts de production et aux difficultés à répercuter ces derniers auprès de ses clients, le souci majeur qui préoccupe Loic Loisellier reste celui du sanitaire. La grippe aviaire est une véritable épée de Damoclès au-dessus de son élevage plein air. S’il voit la conduite en plein air comme un atout, il mesure cependant que cela reste une faille dans son plan de biosécurité, et ce, malgré les filets qui empêchent le contact direct de ses animaux avec la faune sauvage. Un cas dans l’élevage ou à proximité serait une catastrophe, car « même si tout est mis en œuvre, le risque zéro n’existe pas », reconnaît-il.

Pour l’heure, pas de soucis, le faisan est un mets d’exception, plutôt abordable au regard de bien d’autres produits commercialisés à Noël. •

Faisanderie de l’abbaye, 751, chemin de l’Abbaye - Sommery. 
Loic Loisellier au 06 74 83 89 31

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Comment maintenir les performances techniques du lin textile ? La génétique, le lin d'hiver, la structure des sols et une approche globale de la rotation sont des pistes d'amélioration.
Pour Terre de lin, la récolte 2024 sera déterminante

Pour l'exercice 2022-2023, les liniculteurs vont approcher une recette de 7 500 euros de l'hectare. Mais cette situation…

Affiche poster Normandie Vibes
Sia 2024 : « une belle occasion de présenter nos spécificités normandes »

Sur le stand de la Normandie inauguré le 26 février l’accent sera mis sur l’importance du bien manger. Au menu de cette…

Bruno Ledru, président de la FNSEA 76.
De l’action revendicative nous allons maintenant entrer dans la construction avec le préfet

Alors que les agriculteurs sortent à peine d’une période intense de mobilisation, Bruno Ledru, président de la FNSEA 76…

Conférence de presse des présidents FNSEA-JA, le 13 février au soir.
« Ni défiance, ni complaisance »

Les présidents de la FNSEA et JA, Arnaud Rousseau et Arnaud Gaillot, ont rencontré le Premier ministre Gabriel Attal le 13…

« C’est une passion pour nous de participer aux concours »

Adhérent à l’AS76, Corentin Godefroy, polyculteur-éleveur lait à Saumont-la-Poterie, est accompagné et suivi par le centre de…

Les animaux doivent être contenus par des clôtures entretenues sous peine de sanctions.
Animaux divagants : plus d’un incident par semaine

SNCF Réseau Normandie vient de rencontrer la Chambre d’agriculture pour alerter sur les trop fréquentes divagations d’animaux…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole