Aller au contenu principal

Revenus : les écarts se creusent entre producteurs de viande bovine

D'après l'analyse réalisée sur 195 exploitations par l'Institut de l'élevage (Idele), il ressort que les éleveurs "diversifiés grandes cultures, naisseurs-engraisseurs de jeunes bovins" (189 ha SAU et 77 vaches allaitantes-VA) ont profité de la conjoncture très favorable des marchés de la viande et des céréales. Leur revenu courant en 2021 a atteint 46 100 EUR/Unité de main-d'oeuvre (UMO) en moyenne. Il est supérieur de 16 000 EUR/UMO à celui de l'an passé et il est deux fois plus élevé qu'en 2018. A contrario, le revenu des éleveurs "engraisseurs de veaux de lait et de veaux sous la mère" (79 VA pour 1,9 UMO) est trois fois plus faible (13 400 EUR/UMO) malgré la bonne stabilité du marché des veaux sous la mère. Les "naisseurs spécialisés extensifs" ont un revenu à peine plus élevé (13 700 EUR/UMO). Il est toutefois en légère hausse (+ 500 EUR/UMO) pour la première fois depuis six ans. En 2016, il était de 22 000 EUR/UMO. Les autres systèmes d'élevage dégagent des revenus par UMO intermédiaires. Celui des éleveurs " diversifiés grandes cultures et naisseurs" est 38 100 EUR/UMO en moyenne. Comme ils ont bénéficié de la bonne conjoncture de céréales, leur revenu est le plus élevé de ces dix dernières années. Les "naisseurs engraisseurs spécialisés" ayant bien valorisé leurs vaches de réforme et leurs jeunes bovins engraissés, ont dégagé un revenu de 31 300 EUR par UMO. Alors que les "naisseurs spécialisés" (19 100 EUR/UMO) ont pâti du marché atone des animaux maigres. Autre enseignement de l'Idele : les éleveurs n'ont dégagé aucune marge financière de sécurité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

abricotiers
Fruits d’été : face aux GMS, les producteurs brandissent la menace de l’agroécologie

L’AOP Pêches et abricots de France menace de «suspendre» certains projets agroécologiques (vergers écoresponsables,…

L’élevage ovin : une filière prometteuse en Normandie
Qu’en est-il du marché de l’ovin dans la région ? Réponse avec le président de la section ovine de la FNSEA 76, un éleveur, un…
Prix du lait : le compte n’y est vraiment pas
Alors que la hausse des prix du lait a tardé à s’enclencher, la mécanique se grippe et les principaux opérateurs de la filière…
Dans le marais, la fauche réglementée a un goût amer
Dans la réserve naturelle de l’estuaire de la Seine, les agriculteurs sont contraints de respecter une réglementation quant à la…
Pissy-Pôville se prépare au Festival de la terre 2022
Petite commune de près de 1 300 habitants, idéalement situées à quelques kilomètres de Rouen (15 km), Pissy-Pôville se prépare le…
Le colza érucique : les mérites d’une filière maîtrisée et locale
Avec 45 % de teneur minimale en acide érucique, l’huile de ce colza est destinée au marché de l’oléochimie (détergent, solvant,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 288 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole