Aller au contenu principal

Prévention et sécurité sanitaire : le site du GDMA 76 vous informe en continu

Pour suivre l’état sanitaire de votre troupeau et vous aider à conduire votre élevage dans de bonnes conditions d’hygiène et de sécurité sanitaire, le site du GDMA 76 met à votre disposition de nombreuses informations utiles et faciles d’accès.

file-alt-63174
© L.A.

Disponible depuis octobre 2020, le site internet du Groupement de défense contre les maladies des animaux (GDMA) de Seine-Maritime, accessible sur gdma76.fr, a pour objectif « d’apporter de l’information aux éleveurs tant sur le plan de l’actualité sanitaire, réglementée ou non, que sur nos actions », explique Charlotte David, ingénieur conseil et responsable qualité au groupement. « Nous venons par exemple d’informer les éleveurs que nos cantonales étaient annulées en raison du contexte sanitaire et qu’une autre date serait proposée dès que possible ».

De l'information utile et sourcée

Cette actualité du groupement est tout public sur le site, mais un espace privatif est réservé avec un identifiant dédié aux éleveurs bovins adhérents ainsi qu’aux vétérinaires sanitaires tous répertoriés sur ce site, accessible via différents supports (tablettes, smartphones).

« Avec ce site, les éleveurs bovins consultent les résultats d’analyses de leur troupeau, de subventions, l’inventaire de leur cheptel, développe la jeune femme. Ils y trouvent aussi des bonnes pratiques d’élevage (alimentation, qualité de l’eau, ambiance des bâtiments, etc.). » « L’atout indéniable de nos informations, ajoute-t-elle, c’est qu’elles sont sourcées et fiables, à l’inverse de ce qu’ils pourraient trouver sur Google. »

Un savoir-faire épidémiologique

Pour rappel, le GDMA 76 est un organisme à vocation sanitaire agréé par le ministère de l’Agriculture. Il a été fondé en 1955 à l’initiative conjointe d’éleveurs et de vétérinaires sous l’impulsion des services vétérinaires. C’est l’outil sanitaire au service de l’élevage par excellence. Il oeuvre à l’assainissement des cheptels d’animaux de rente vis-à-vis des maladies et permet aux éleveurs de générer de la valeur ajoutée grâce à son expertise en santé sanitaire.

Avec le temps, l’activité du GDMA s’est progressivement diversifiée. Ainsi, après la maîtrise puis l’éradication de la brucellose, de la tuberculose et de la leucose, le GDMA assure maintenant la surveillance d’éventuelles résurgences dans le cadre de missions déléguées par l’État. En parallèle, il propose des plans de lutte, et de maîtrise contre des maladies animales, comme l’IBR, le varron, la paratuberculose ou la BVD, et des garanties de cheptels ou d’animaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Comment maintenir les performances techniques du lin textile ? La génétique, le lin d'hiver, la structure des sols et une approche globale de la rotation sont des pistes d'amélioration.
Pour Terre de lin, la récolte 2024 sera déterminante

Pour l'exercice 2022-2023, les liniculteurs vont approcher une recette de 7 500 euros de l'hectare. Mais cette situation…

Affiche poster Normandie Vibes
Sia 2024 : « une belle occasion de présenter nos spécificités normandes »

Sur le stand de la Normandie inauguré le 26 février l’accent sera mis sur l’importance du bien manger. Au menu de cette…

Bruno Ledru, président de la FNSEA 76.
De l’action revendicative nous allons maintenant entrer dans la construction avec le préfet

Alors que les agriculteurs sortent à peine d’une période intense de mobilisation, Bruno Ledru, président de la FNSEA 76…

Conférence de presse des présidents FNSEA-JA, le 13 février au soir.
« Ni défiance, ni complaisance »

Les présidents de la FNSEA et JA, Arnaud Rousseau et Arnaud Gaillot, ont rencontré le Premier ministre Gabriel Attal le 13…

« C’est une passion pour nous de participer aux concours »

Adhérent à l’AS76, Corentin Godefroy, polyculteur-éleveur lait à Saumont-la-Poterie, est accompagné et suivi par le centre de…

Les animaux doivent être contenus par des clôtures entretenues sous peine de sanctions.
Animaux divagants : plus d’un incident par semaine

SNCF Réseau Normandie vient de rencontrer la Chambre d’agriculture pour alerter sur les trop fréquentes divagations d’animaux…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole