Aller au contenu principal

Les frères Radigue composent en Gaec

Jean-Baptiste et Jean-Édouard Radigue produisent 1,075 million de litres de lait à Bagnoles-de-l'Orne (61). Les deux frères sont en Gaec depuis 2011. Et tout se passe bien. 

Les deux frères sont raccords. Demandez-leur comment ils s'organisent au quotidien dans la société et vous aurez la même réponse : " on en parle, ça se passe bien. On a toujours fait comme ça ". Jean-Baptiste, 43 ans, et Jean-Édouard, 38 ans, élèvent leurs prim'holstein en rythme de croisière. L'aîné raconte le parcours familial.

" J'ai grandi là "

La ferme est celle de leurs parents. " J'ai grandi là ", dit Jean-Baptiste Radigue. Là, au lieu-dit des Prises. Plus jeune, il passe quatre ans en formation hôtellerie à La Ferté-Macé (Orne) et Hérouville-Saint-Clair (Calvados). " On est trois frères, je suis celui du milieu. Les deux autres étaient motivés par la ferme, moi je voulais faire autre chose. " Avec le temps, il revient sur son idée. Son bac technologique facilite son retour vers l'agriculture. Après un BPREA et un CS lait à Canappeville (Eure), il travaille dans l'exploitation comme aide familial en 2001. Et rejoint sa mère et Samuel dans la société en 2003. À l'époque, il y a du lait et un atelier porcs en naisseur engraisseur. Jean-Édouard arrive en 2011. " En 2015, notre maman est décédée. Samuel a quitté le Gaec d'un commun accord. " En 2016, les plus jeunes de la fratrie se retrouvent alors tous les deux. Ils arrêtent les porcs et se consacrent au lait. 

Travailler en binôme

Aujourd'hui, le Gaec Radigue compte 150 ha. " Quand Samuel est parti, il a pris un tiers des terres. Il a créé son ETA à quelques kilomètres. " Jean-Baptiste habite sur place, s'occupe des vêlages, de la partie repro et prend aussi la charge administrative. Jean-Édouard, lui, gère le suivi des cultures. " Il aime plus le matériel que moi. " Une partie des travaux est d'ailleurs déléguée à leur aîné. Les traites en semaine se font à deux. Et il en va désormais de même pour les week-ends. " Nous avons un salarié en CDD, car nous construisons un bâtiment de stockage avec des panneaux photovoltaïques. Et nous avons aussi un salarié en CDI pour les week-ends uniquement. On travaille en binôme un salarié/un associé. C'est plus confortable. " Les deux frères sont mariés, leurs femmes travaillent à l'extérieur. " Ma belle-sœur est infirmière. Elle a des astreintes le samedi et le dimanche. Quand elle connaît son planning, on en parle et on échange nos week-ends s'il faut. " Au quotidien, les décisions et l'organisation de la journée se prennent au fil de la tasse de café le matin. " C'est souple. On est frères, ça fonctionne. Même si on n'est pas d'accord sur tout, on est que deux à donner notre avis. " Tous les deux sont aussi pères de trois enfants chacun." Ceux de Jean-Édouard ont entre 3 ans et 9 ans. Les miens sont plus grands, ils ont entre 12 ans et 19 ans. J'ai un fils qui est entré au lycée du Robillard (Calvados) en septembre. La ferme l'intéresse. " Un bon point pour la suite de l'histoire familiale.•

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Comment maintenir les performances techniques du lin textile ? La génétique, le lin d'hiver, la structure des sols et une approche globale de la rotation sont des pistes d'amélioration.
Pour Terre de lin, la récolte 2024 sera déterminante

Pour l'exercice 2022-2023, les liniculteurs vont approcher une recette de 7 500 euros de l'hectare. Mais cette situation…

Affiche poster Normandie Vibes
Sia 2024 : « une belle occasion de présenter nos spécificités normandes »

Sur le stand de la Normandie inauguré le 26 février l’accent sera mis sur l’importance du bien manger. Au menu de cette…

Bruno Ledru, président de la FNSEA 76.
De l’action revendicative nous allons maintenant entrer dans la construction avec le préfet

Alors que les agriculteurs sortent à peine d’une période intense de mobilisation, Bruno Ledru, président de la FNSEA 76…

Conférence de presse des présidents FNSEA-JA, le 13 février au soir.
« Ni défiance, ni complaisance »

Les présidents de la FNSEA et JA, Arnaud Rousseau et Arnaud Gaillot, ont rencontré le Premier ministre Gabriel Attal le 13…

« C’est une passion pour nous de participer aux concours »

Adhérent à l’AS76, Corentin Godefroy, polyculteur-éleveur lait à Saumont-la-Poterie, est accompagné et suivi par le centre de…

Les animaux doivent être contenus par des clôtures entretenues sous peine de sanctions.
Animaux divagants : plus d’un incident par semaine

SNCF Réseau Normandie vient de rencontrer la Chambre d’agriculture pour alerter sur les trop fréquentes divagations d’animaux…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole