Aller au contenu principal

Cultures
Le colza érucique : les mérites d’une filière maîtrisée et locale

Avec 45 % de teneur minimale en acide érucique, l’huile de ce colza est destinée au marché de l’oléochimie (détergent, solvant, lubrifiant, cosmétique, agrochimie, pharmacie ou encore peinture).

A contrario du colza 00 (“double 0”), le colza érucique n’est pas destiné à l’alimentation humaine ou animale. C’est d’ailleurs pour cette raison que de grandes précautions sont prises pour ne pas mélanger les lots. Des mesures d’éloignement de parcelles entre le colza à destination alimentaire et le colza érucique sont mises en place. Pour en savoir plus sur la culture du colza érucique et son marché, la rédaction a interrogé (voir ci-dessous) Pierre Ouvry, directeur du pôle agri chez NatUp, qui fait le lien entre les agriculteurs et la coopérative, et Jean-Philippe Dagneau, en charge de la commercialisation des huiles chez Pollen, premier producteur européen d’huile de colza érucique pour les marchés de la chimie et des lubrifiants renouvelables, basé à Rouen. Ensemble, ils travaillent au développement de la filière colza érucique dont l’huile est riche en acide érucique, le C22 (22 atomes de carbone, NDLR), qui en fait sa particularité. Cette huile sera utilisée à des fins industrielles pour remplacer les ressources fossiles dans l’élaboration de détergent, solvant, lubrifiant, cosmétique, agrochimie, pharmacie ou encore peinture.

 

Sébastien Verhaeghe, gérant de la SCEA de la Butte du moulin, à Saint-André-sur-Cailly

J’ai commencé dès les premières années de lancement de la filière par NatUp

Sébastien Verhaeghe est un précurseur dans la production de colza érucique. « Je me suis lancé il y a une dizaine d’années maintenant, j’étais dans les premiers à essayer. À l’origine j’ai débuté par une simple curiosité. Aujourd’hui je continue à produire du colza érucique en plus du colza 00, pour la simple et bonne raison que le mode de production est le même pour les deux cultures. Mais le colza érucique me rapporte plus grâce à la prime donnée par NatUp. J’ai commencé avec un contrat de trois ans, aujourd’hui je suis engagé sur un contrat de cinq ans, ce qui me rapporte plus étant donné que les primes sont croissantes en fonction de la durée du contrat. Par exemple, pour la même année, j’ai vendu du colza 00 à 585 euros la tonne, alors que le colza érucique s’est vendu à 626 euros la tonne », rapporte le producteur. Si Sébastien Verhaeghe continue à produire les deux colzas c’est pour pouvoir les comparer. « Je ne trouve pas qu’il y en ait un meilleur ; les résultats sont très variables d’une année sur l’autre et notamment en fonction des facteurs climatiques. Ce qui fait varier les rendements du colza érucique, c’est surtout les engrais de fond. NatUp fait également des recherches sur des nouvelles variétés, ce qui permettra probablement, à l’avenir, d’augmenter encore les rendements », conclut-il.
 Propos recueillis par Blandine Huré

 

Pierre Ouvry, directeur du pôle agri chez NatUp, et Jean-Philippe Dagneau,
en charge de la commercialisation des huiles chez Pollen

« Est-ce une filière maîtrisée dans un marché d’avenir ? »
J.-P. D. « NatUp et Pollen sont les leaders européens de la production de colza érucique. C’est un marché exceptionnel pour lequel la demande ne fait que progresser. C’est une filière historique pour la coopérative, développée localement et ancrée sur le territoire. La force de cette filière est d’aller jusqu’à l’extraction des huiles que nous faisons sur le territoire avant de la commercialiser quasi-exclusivement en Europe : on peut presque parler de filière courte. Il faut veiller à ne pas perdre notre position forte sur ce marché de niche. »
 
« Comment lutter contre les craintes des agriculteurs ? »
P. O. « Tout d’abord les agriculteurs craignent de devoir choisir entre le colza érucique et le colza 00, mais il est tout à fait possible de faire les deux. Il faut simplement veiller à ne pas mélanger les lots. Notamment lors du stockage de la production, qui peut se faire en ferme. Il faut également savoir que le colza érucique est une variété précoce, ce qui peut permettre aux agriculteurs d’échelonner leur travail en plaine. Certains agriculteurs s’interrogent également sur la rentabilité de la filière et ils ont raison : notre objectif est de leur assurer une rentabilité au travers d’une amélioration des variétés que nous leur proposons, mais aussi au travers d’une prime liée aux débouchés que nous avons et qui nous permettent de leur proposer, pour un engagement sur cinq ans, jusqu’à 100 euros de la tonne. Si certains sont tentés par des prix fermes quand le marché est haussier, la valorisation que nous leur assurons en Cap Duo a toujours été supérieure à celle d’un colza 00. Enfin concernant le taux érucique à respecter dans le colza produit, il est rare de voir des productions n’ayant pas atteint ce taux. »
 
Existe-t-il des productions concurrentes au colza érucique ?
I.-P. D « On pourrait trouver de l’acide érucique dans la moutarde mais ce n’est qu’un surplus de la production alimentaire, essentiellement basée en Inde ou au Pakistan, et pas à destination de l’Europe. La production est donc aléatoire et victime d’un vrai problème de qualité. »
Propos recueillis par Blandine Huré
 
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Pissy-Pôville se prépare au Festival de la terre 2022
Petite commune de près de 1 300 habitants, idéalement situées à quelques kilomètres de Rouen (15 km), Pissy-Pôville se prépare le…
abricotiers
Fruits d’été : face aux GMS, les producteurs brandissent la menace de l’agroécologie

L’AOP Pêches et abricots de France menace de «suspendre» certains projets agroécologiques (vergers écoresponsables,…

Prix du lait : le compte n’y est vraiment pas
Alors que la hausse des prix du lait a tardé à s’enclencher, la mécanique se grippe et les principaux opérateurs de la filière…
Dans le marais, la fauche réglementée a un goût amer
Dans la réserve naturelle de l’estuaire de la Seine, les agriculteurs sont contraints de respecter une réglementation quant à la…
Foncier : le ministère publie le prix des terres par région agricole pour 2021

Le barème indicatif de la valeur vénale moyenne des terres agricole en 2021 est paru au Journal officiel le 7 août.…

Le colza érucique : les mérites d’une filière maîtrisée et locale
Avec 45 % de teneur minimale en acide érucique, l’huile de ce colza est destinée au marché de l’oléochimie (détergent, solvant,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 288 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole