Aller au contenu principal

Des cultures de printemps pour gérer les graminées

Introduire des cultures de printemps dans la rotation permet de diminuer les traitements herbicides contre les graminées dans les cultures d'hiver (colza, blé ou orge d'hiver).

Introduire des cultures de printemps dans la rotation permet de diminuer les traitements herbicides contre les graminées dans les cultures d'hiver (colza, blé ou orge d'hiver).
© F. Vuillemin

Le bénéfice de l'introduction de cultures de printemps (comme le tournesol) dans les rotations pour gérer les graminées hivernales a été démontré par une étude statistique réalisée en collaboration avec Arvalis sur les données SSP (Service de la statistique et de la prospective du ministère de l'Agriculture) de la campagne 2017.

Comparaison des IFT

Comme les données concernant la flore adventice ne sont pas collectées dans ces enquêtes, les indicateurs de fréquence de traitement (IFT) des cultures d'hiver (colza, blé et escourgeon) de la campagne 2017 ont été comparés selon les différents types de rotation qui précèdent cette culture d'hiver. On part du postulat de base que cet IFT herbicide est un indicateur correct de la pression des graminées hivernales comme le vulpin ou le ray-grass dans la culture d'hiver.

Les résultats montrent qu'à partir de deux cultures de printemps dans la rotation, l'IFT de cette culture d'hiver baisse de 15 % par rapport à l'IFT obtenu après une rotation composée exclusivement de cultures d'hiver, et cette différence est statistiquement significative. L'effet est plus intéressant encore avec trois (- 25 %) puis quatre (- 39 %) cultures de printemps dans les cinq précédents. En effet, semer des cultures de printemps défavorise les graminées hivernales puisque la période de semis est en décalé par rapport à la période préférentielle de levée de ces graminées (plutôt en automne). Même s'il n'est pas rare aujourd'hui d'avoir des levées de ray-grass ou de vulpin dans du tournesol, introduire des cultures de printemps reste tout de même un levier intéressant pour faire baisser la pression des graminées.

De plus, diversifier les périodes de semis permet aussi d'avoir accès à des intercultures différentes : après une culture de printemps récoltée en septembre ou octobre, on pourra gérer les graminées pendant l'automne et l'hiver (faux-semis, labour…), ce qui est difficilement réalisable en présence d'une culture d'hiver.

Enfin, la diversification des cultures est aussi un moyen d'utiliser des modes d'actions herbicides différents pour éviter de sélectionner des populations résistantes voire gérer autrement des graminées déjà résistantes. •

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Comment maintenir les performances techniques du lin textile ? La génétique, le lin d'hiver, la structure des sols et une approche globale de la rotation sont des pistes d'amélioration.
Pour Terre de lin, la récolte 2024 sera déterminante

Pour l'exercice 2022-2023, les liniculteurs vont approcher une recette de 7 500 euros de l'hectare. Mais cette situation…

Affiche poster Normandie Vibes
Sia 2024 : « une belle occasion de présenter nos spécificités normandes »

Sur le stand de la Normandie inauguré le 26 février l’accent sera mis sur l’importance du bien manger. Au menu de cette…

Bruno Ledru, président de la FNSEA 76.
De l’action revendicative nous allons maintenant entrer dans la construction avec le préfet

Alors que les agriculteurs sortent à peine d’une période intense de mobilisation, Bruno Ledru, président de la FNSEA 76…

Conférence de presse des présidents FNSEA-JA, le 13 février au soir.
« Ni défiance, ni complaisance »

Les présidents de la FNSEA et JA, Arnaud Rousseau et Arnaud Gaillot, ont rencontré le Premier ministre Gabriel Attal le 13…

« C’est une passion pour nous de participer aux concours »

Adhérent à l’AS76, Corentin Godefroy, polyculteur-éleveur lait à Saumont-la-Poterie, est accompagné et suivi par le centre de…

Les animaux doivent être contenus par des clôtures entretenues sous peine de sanctions.
Animaux divagants : plus d’un incident par semaine

SNCF Réseau Normandie vient de rencontrer la Chambre d’agriculture pour alerter sur les trop fréquentes divagations d’animaux…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 300 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole