Aller au contenu principal

Valnor : pour une meilleure valorisation de la viande de race Normande

La filière régionale a souhaité relancer la valorisation de la viande de race Normande, à travers la construction d'un projet financé par la région via des fonds européens et régionaux, le projet Valnor.

file-alt-63187
Concours d'animaux de boucherie à Forges-les-Eaux.
© © FNSEA 76

Les bovins de race Normande sont très ancrés dans leur berceau d'origine, la Normandie, première région herbagère de France. Le cheptel bovin régional est le deuxième en nombre d'animaux pour la filière laitière, et le deuxième en production de viande issue du cheptel laitier (en incluant vaches, boeufs et jeunes bovins). La race Normande est dite "mixte", avec des qualités à la fois laitières et bouchères. Depuis quelques années, la valorisation de la race s'est essentiellement centrée sur les qualités laitières de la Normande. La filière régionale a souhaité relancer la valorisation de la viande de race Normande, à travers la construction d'un projet régional, financé par la région Normandie via des fonds européens et régionaux (PEI-AGRI), le projet Valnor.

Une qualité supérieure

Ce projet, centré sur l'optimisation de la valorisation de la viande de vache normande de réforme, a débuté en janvier 2020 et doit s'achever en mars 2023. Il est copiloté par l'Institut de l'élevage (Idele) et par l'Interprofession bovine régionale (Interbev Normandie), regroupant de nombreux partenaires régionaux de l'ensemble de la filière (Organisme de sélection en race normande - OSN), Filière qualité race normande (FQRN), les abattoirs Socopa Coutances, Socopa Gacé, Socopa Le Neubourg, Les Éleveurs de la Charentonne, Grosdoit, La Chaiseronne. l'université de Caen et la ferme expérimentale de la Blanche maison participent également au comité de pilotage. Les objectifs de ce projet sont d'optimiser les conditions de production de la viande de vache Normande, en vue de produire une viande de qualité supérieure, créatrice de valeur ajoutée pour les éleveurs laitiers et la filière viande bovine de Normandie.

En outre, l'objectif est également de proposer des éléments pour une communication concertée autour de ces produits, et ainsi favoriser leur meilleure valorisation via la production de références concernant l'ensemble des aspects de la qualité de la viande de vache Normande. Ce projet est organisé en différentes actions techniques. Il comprend un état des lieux de la qualité des carcasses et du persillé de la viande de race Normande ainsi que la réalisation d'enquêtes en élevage afin d'identifier des pratiques de finition vertueuses. La comparaison de modes de finition de vaches Normandes sera réalisée à travers des essais en station expérimentale. Enfin, la réalisation de "focus groups" (groupes de discussion, ndlr) et d'enquêtes auprès de consommateurs avec dégustation de produits permettront une évaluation de la qualité de la viande produite en lien avec les attentes des consommateurs.

Premiers résultats

La première répétition de l'essai expérimental de comparaison de rations de finition a eu lieu durant le printemps et l'été 2021 Toutes les informations sur le projet sont disponibles sur l'espace web dédié : valnor.idele.fr. au Centre d'innovation et de recherche de la ferme des bouviers (Cirbeef) à Mauron. Quarante-cinq vaches Normandes ont été réparties en trois lots. L'objectif de l'essai était de réaliser la finition de ces vaches en 80 à 100 jours, en testant trois conduites alimentaires : une conduite avec 100 % de pâturage, une conduite à l'auge avec 2/3 d'enrubannage d'herbe et 1/3 d'ensilage de maïs, avec une complémentation énergétique (blé), et une conduite à l'auge avec 100 % d'ensilage de maïs et une complémentation au tourteau de colza. Les vaches ont été abattues en trois fois entre début juin et fin juillet. Les premiers résultats de cet essai montrent une durée totale moyenne d'engraissement de 105 jours, avec 69 à 75 jours en essai selon les lots. Le poids de carcasse moyen pour l'ensemble des lots est de 375 kg de carcasse, avec un rendement carcasse allant de 47 à 49 % selon les lots pour une note de conformation moyenne O= et une note d'état d'engraissement de 3 (carcasses finies). En outre, une évaluation des différents dépôts de gras sur les carcasses a également été réalisée, notamment du persillé (gras intramusculaire lié aux qualités en bouche du produit). L'analyse complète de ces résultats sera faite suite au second essai expérimental qui sera réalisé de mars à juillet 2022.

Prochaine réunion, début 2022

L'Interprofession bovine régionale, en lien avec l'Institut de l'élevage, a organisé durant la seconde quinzaine de novembre 2021 une réunion destinée aux éleveurs de bovins normands, en lien avec les structures d'abattage et les partenaires du projet, afin de présenter ces premiers résultats. Une seconde réunion sera organisée début 2022.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Union agricole

Les plus lus

Plus écologique, plus absorbante, souvent moins chère que la paille de blé, la litière en anas de lin, déjà bien répandue dans les élevages équins, remplace petit à petit la paille de blé dans les élevages bovins.
Anas de lin : une litière naturelle très en vogue en élevages bovins
Plus écologique, plus absorbante, souvent moins chère que la paille de blé, la litière en anas de lin, déjà bien répandue dans…
A Forges-les-Eaux, le week-end dernier, concours de races Prim'Holstein et Normandes et présentation des races allaitantes ont intéressé un public venu en nombre. Retour en images.
Comice agricole 76 : des éleveurs à l’honneur sous le regard d’un public conquis
À Forges-les-Eaux, le week-end dernier, concours de races Prim’Holstein et Normandes et présentation des races allaitantes ont…
Agroalimentaire : CQLP noue des partenariats avec Fleury Michon et une fromagerie

La marque des consommateurs C’est qui le patron?! (CQLP) certifiera bientôt deux « produits ingrédients …

Fendt Ideal 7 : une moissonneuse qui tient ses promesses

« Plus de puissance, plus de débit, plus de confort », ce sont les mots de Fendt pour définir la gamme Ideal, lancée en 2017.…

Céréales : un effet ciseaux prix-charges à venir
Pour 2021-2022, le résultat courant moyen des céréaliers, avant MSA, est de 53 600 euros par unité de travail non salarié. Mais…
Le 13 mai dernier était un grand jour pour Annabelle Deschamps : l’ouverture de “La cabane des Champs”,  sa boutique autonome de produits frais et locaux sur la commune d’Alvimare.
La Cabane des Champs met à l’honneur les produits locaux
Le 13 mai dernier était un grand jour pour Annabelle Deschamps : l’ouverture de “La Cabane des Champs”,  sa boutique autonome de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 288 €/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Union agricole
Consultez le journal L'Union agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal L'Union agricole